E-commerce

Bilan de la FEVAD sur la situation de l’E-commerce en France en 2020

La FEVAD (Fédération e-commerce et vente à distance) vient, comme à chaque début d’année depuis maintenant 20 ans, de présenter son bilan annuel tant attendu sur le e-commerce en France.

Ce bilan e-commerce de la Fevad est le résultat d’un travail exhaustif de traitement et d’analyse des données recueillies auprès d’entreprises partenaires, sur l’ensemble du territoire français. Cela permet de dresser un état des lieux du e-commerce en France à la fin de chaque année, mais aussi de procurer à tous les acteurs du e-commerce hexagonal une mise en perspective sur l’évolution du secteur.

Voici les éléments clés du rapport FEVAD :

  1. Le cap des 110 milliards d’euros de ventes sur internet a été dépassé en France pour l’année 2020
  2. Le commerce en ligne a aidé les points de vente physique à faire face à la crise
  3. Les ventes en ligne progressent fortement, et l’épidémie de COVID-19 n’est pas étrangère à cette tendance
  4. Les grandes enseignes confirment la progression de leur activité commerciale en ligne
  5. Les marketplaces ont également vu leurs ventes augmenter

Ecommerce optimisation tunnel et outils

Intermédiaire

Ecommerce optimisation tunnel et outils

Ecommerce optimisation tunnel et outils

1 — Le cap des 110 milliards d’euros a été dépassé

Grâce à la digitalisation accélérée du commerce de détail, les ventes sur internet on atteint le chiffre faramineux de 112 milliards d’euros lors de l’année 2020 !

Voici quelques chiffres clés globaux de la FEVAD pour vous aider à comprendre comment le secteur du e-commerce a évolué lors des 12 derniers mois dans l’hexagone :

  • Le secteur du e-commerce (vente de produits et services combinée) a atteint 112 milliards d’euros en 2020, ce qui représente une hausse substantielle de 8,5 % sur un an.
  • On note toutefois des situations différentes en ce qui concerne les ventes de biens et les ventes de services : on estime la hausse des ventes de produits sur internet à +32 %, tandis que les ventes liées au secteur des services ont observé une baisse inquiétante — mais logique au vu de la crise — de près de 10 %. Pour le secteur du tourisme, le bilan 2020 est catastrophique, avec une baisse des ventes en ligne qui approche les 50 % par rapport à 2019 !
  • Alors que le commerce en ligne représentait moins de 10 % du commerce de détail en 2019, il en représente aujourd’hui pratiquement 14 %.
  • Le secteur de l’e-commerce a vu l’apparition d’environ nouveaux 17 400 sites web de vente en ligne par rapport à 2019.
  • 1,8 milliard de transactions ont été notées, soit une hausse annuelle de 5,8 %.
  • Le panier moyen du consommateur et de la consommatrice française sur internet se monte à un peu plus de 60 euros pour 2020, ce qui représente une hausse infime comparée à l’année précédente (59 euros en 2019).

2 — Le commerce en ligne a aidé les points de vente physique à faire face à la crise

Les ventes en ligne des grandes enseignes et des magasins physiques ont vu leurs ventes en ligne progresser en 2020, avec 53 % de hausse sur l’année, et même des pics impressionnants à +100 % pendant les deux confinements, provoqués par l’accélération des livraisons à domicile et du click & collect, notamment.

Ainsi, l’e-commerce a permis à beaucoup de commerces physiques — fermés au public ! — de conserver une activité commerciale décente en matière de chiffre d’affaires. La hausse des résultats du commerce en ligne a aussi bénéficié aux marketplaces, qui se sont révélées être des débouchés opportuns pour de nombreuses TPE/PME. Les marketplaces ont progressé de +27 % en 2020, soit deux fois plus vite qu’en 2019, et elles représentent toujours environ 15 % du volume total des sites du panel de la FEVAD.

3 — Les ventes en ligne progressent fortement, et l’épidémie de COVID-19 n’est pas étrangère à cette tendance

Au cours des 12 derniers mois, les sites de vente sur internet, tous produits et services confondus, ont enregistré plus de 1,84 milliard de transactions, soit une hausse de 5,8 % en une seule année. La crise sanitaire provoquée par la pandémie de COVID-19 a modifié l’évolution du montant moyen des transactions sur internet. Celui-ci était d’ailleurs en baisse depuis plusieurs années. Comme nous l’avons dit auparavant, le panier moyen s’élève à 61 euros en 2020 contre 59 euros en 2019.

Les deux périodes de confinement, qui sont intervenues du 17 mars au 11 mai, puis du 30 octobre au 15 décembre, ont entraîné des pics d’activité jusque-là inconnus en France concernant sur la vente de produits en ligne. Et même entre ces deux périodes, les chiffres de vente du commerce électronique sont restés à un niveau élevé.

L’accélération des volumes ventes a été particulièrement visible en fin d’année 2020, lors du dernier trimestre. La fermeture des magasins et celle des rayons dits non essentiels ont conduit à une augmentation considérable des ventes sur internet dès le mois de novembre, et le phénomène s’est poursuivi jusqu’à la fin du mois de décembre, malgré la réouverture des points de vente physiques. Si l’on s’arrête un instant sur la période de Noël, et plus globalement sur ce qu’on appelle « Holiday shopping season », qui inclut le Black Friday et le Cyber Monday, (novembre-décembre), on a observé une hausse de 23 % des ventes en ligne par rapport à Noël 2019, et les ventes de produits et services ont dépassé la barre des 25 milliards d’euros.

4 — Les grandes enseignes confirment la progression de leur activité commerciale en ligne

Les ventes de produits grand public du panel « iCE 100 » (panel représentatif utilisé par la FEVAD, qui mesure les performances économiques sur un échantillon constant d’une centaine de sites d’e-commerce leaders dans leur domaine) ont enregistré une forte augmentation (près de 30 %) en 2020. Et ce sont les secteurs de la beauté/santé et des produits de grande consommation qui ont connu les plus fortes croissances lors d’une année 2020 marquée par la crise sanitaire et les deux confinements (+52 % pour le premier confinement, et +42 % pour le second). Ensuite viennent les produits techniques (+34 %) et les accessoires de décoration/mobilier (+24 %).

Il est intéressant de noter que lors du premier confinement, au mois d’avril, les ventes en ligne de produits de grande consommation ont augmenté de près de 90 % ! Ce qui est en réalité logique, vu que la population pouvait certes se rendre dans les grandes enseignes pour acheter des biens alimentaires, mais de manière très encadrée et contraignante.

Enfin, et nous avons déjà esquissé le sujet, les sites de e-commerce en rapport avec le secteur du tourisme ont subi de plein fouet les effets des restrictions de circulation imposées par de nombreux gouvernements de la planète pour tenter d’enrayer la crise sanitaire. Malgré un léger regain pendant la belle saison, les nouvelles mesures de confinement décidées par le gouvernement français au début de l’automne 2020 sont venues fragiliser encore davantage le secteur du tourisme, dont les recettes ont dégringolé de près de 50 % par rapport à 2019.

5 — Les marketplaces ont également vu leur activité augmenter

Les ventes réalisées pour le compte de tiers sur les sites marketplaces ont permis à de nombreuses TPE/PME de limiter le recul de leur activité. Celles-ci ont en moyenne progressé de 27 % sur l’ensemble de l’année 2020, soit deux fois plus qu’en 2019. Le volume d’affaires réalisé sur les sites marketplaces est quant à lui resté stable (environ 15 % du volume d’affaires du panel iCE100 concernant les ventes de produits).

Du côté des ventes sur support mobile, elles ont été freinées en 2020 par le recul des ventes relatives aux transports, voyages, billetterie, etc.

Tandis que ce type de vente affichait une croissance de 18 % en 2019, il n’a progressé que de 5 % en 2020. Cette baisse s’explique logiquement par la chute des achats de voyages et de loisirs, qui représente normalement une part importante des achats effectués sur les sites internet via le support mobile.

Rédigé par

Partager

Laissez vos commentaires

0 commentaire

Découvrir plus d’articles