Marketing

Google lance en catimini un rival de Pinterest : Keen

Sans tambour ni trompette, Google vient tout juste de lancer « Keen » il y a quelques jours, un nouveau service qui ambitionne de marcher sur les plates-bandes de Pinterest, la célèbre et populaire application américaine dont le concept consiste à fusionner le partage de photos numériques et le réseautage social. Pour Google, c’est un moment important, car Keen représente sa première incursion de taille sur le marché de l’espace social.

De quoi s’agit-il ?

En langue anglaise, Keen est utilisé à la fois pour désigner quelqu’un de passionné et une personne à l’esprit vif. Cela résume assez bien la philosophie de ce produit élaboré par Google et disponible sur Android et internet et c’est un nom qui paraît de prime abord attractif et cool. Attention, car l’adresse n’est pas Keen.com, qui est déjà prise, mais staykeen.com.

Keen, donc, est une sorte de réseau social innovant qui va vous donner la possibilité de créer des dossiers et de réunir dans un même endroit plusieurs sortes de contenu, comme des photos, des articles de presse, des vidéos, ou de la musique qui font tous partie d’un centre d’intérêt propre. Keen vous offre également la possibilité de partager vos compilations de contenu ou bien de les garder jalousement pour vous-même par le biais de deux modes : public et privé. La finalité étant d’inviter des amis ou des spécialistes d’un thème particulier dans le but de faire grandir et de compléter votre collection et vos connaissances.

Intelligence artificielle au programme

Là où Keen devient intéressant, c’est qu’il va vous suggérer du contenu sous diverses formes ayant rapport à un sujet précis. Ceci grâce à l’intelligence artificielle développée par Google et deux de ses équipes : Area120 et Pair, un groupe de recherche travaillant dans le domaine de l’IR. C’est pour cette raison que certains spécialistes du monde des nouvelles technologies parlent d’un « Pinterest intelligent et automatisé ». Et bien entendu, l’intelligence artificielle vous invite à suivre et à explorer les passions d’autres personnes.

Google a recours aux outils qu’il utilise habituellement pour la recherche, les actualités et ses flux de découverte qui servent à alimenter le site. Ce qui fait de Keen une énième application de flux, mais située au carrefour de la recherche et de la découverte. Et bien que le nouveau bébé de Google ne soit pas à priori aussi attrayant visuellement que Pinterest, il comporte des utilisations potentiellement plus étendues.

Ce projet aurait vu le jour plusieurs mois après que CJ Adams, responsable produit chez Google et cofondateur de Keen, ait expliqué à des journalistes que, au lit en compagnie de sa femme, ils parcouraient des fils d’images, de commentaires, de posts, d’infos pendant des heures, sans réfléchir, à la manière de robots. D’après lui, ces soirées passées sur le téléphone portable ne servaient qu’à remplir un intervalle de temps entre le travail et le sommeil pendant la nuit. C’est là qu’il a pris conscience du caractère futile de ces longues consultations sur son portable. CJ Adams et son épouse ont donc décidé de changer leurs habitudes d’utilisation de l’internet en commençant à collecter des photos, des vidéos, ou des articles sur un sujet donné qui les passionnait tous les deux, et à s’échanger ce contenu dans le but de partager leur passion commune. C’est de là qu’est partie l’idée de Keen.

Pour l’instigateur du nouveau produit phare de Google, Keen représente « un progrès par rapport à la navigation habituelle en aveugle sur les flux en ligne ». En effet, l’application permettra à ses utilisateurs de mieux se concentrer sur leurs sujets favoris, tout en ayant l’opportunité de les partager.

Créer un compte Keen et découvrir les fonctionnalités de l’appli

Pour ceux qui possèdent déjà un compte Google, la mise en route de Keen va très vite. L’interface est enfantine à prendre en main et les éléments du décor visuel sont minimalistes. L’application vous propose immédiatement de créer un « Keen » (l’équivalent d’un tableau sur Pinterest) une sorte de dossier qui peut avoir le sujet que vous souhaitez lui attribuer : pêche à la ligne, pâtisserie française, ou architecture japonaise. Alors, à vous de jouer ! Choisissez un thème de prédilection et c’est parti !

La première fois que vous ouvrez Keen, une grille de sujets divers apparaît et la possibilité vous est donné de sauvegarder n’importe lequel de ces sujets et d’un faire un « Keen », et puis d’en ajouter un autre, et ainsi de suite, basé sur un ensemble de requêtes de recherche persistantes prises en charge par l’apprentissage automatique.

Chaque « Keen » est constitué de trois différentes sections : « gems », « explore », et « searches ». La partie « gems » abrite tous les résultats que vous avez sauvegardés et propose des résultats de recherche inédits ou mis à jour en lien avec les requêtes de recherche qui sont présents dans la partie « search » et peuvent être également mis à jour ou édités. Il est possible en outre de recevoir des nouveautés en relation avec vos Keen par email deux fois par semaine, selon les paramètres que vous adopterez.

La question des données

C’est une question que de nombreux utilisateurs vont se poser : quelles sont les données collectées par Keen ? Il est légitime de s’interroger à propos de ce que Google va être en mesure de retirer de ce projet en matière de données. La firme de Mountain View n’a jamais été capable, contrairement à Facebook, de pénétrer dans l’espace social, lieu d’activité en ligne lucratif par excellence avec la masse de données et de publicité qu’il génère. Ce nouveau réseau social, sorte de Pinterest amélioré, devrait permettre à Google de se concentrer sur les intérêts de ses utilisateurs et de bien entendu recueillir les fameuses données qui valent de l’or. Apparemment, il semblerait que les données collectées par Keen soient rassemblées avec tous les autres types d’informations et de données sur les utilisateurs que Google a déjà en sa possession. En effet, si vous cliquez sur l’onglet « confidentialité » de Keen, vous êtes redirigé vers le lien de politique de confidentialité de Google.

Si on voulait être cynique, on pourrait soutenir qu’une partie de la motivation de Google à travers Keen est de saisir des données afin de les utiliser pour personnaliser les annonces et le contenu présent sur le réseau Google, ou pour tenter de comprendre l’intérêt du public pour des types de ciblage différents. Si Keen arrive à survivre et à grandir, il ne fait aucun doute que l’application sera un nouveau panneau d’affichage pour de la publicité ciblée.

Quelles sont les chances de Keen face au rival Pinterest ?

Il faut tout de même rappeler qu’au mois de décembre 2019, Pinterest avait annoncé le lancement de « Pinterest Trends » qui faisait également appel à l’intelligence artificielle et a un système taxonomique, c’est-à-dire de classification. Il n’est donc pas certain que le nouveau projet de Google surpasse l’ancien rival en matière de technologie et encore moins en ce qui concerne le nombre d’utilisateurs de Pinterest qui se targue de voir passer sur son site et son application plus 320 millions de personnes par mois. Certains spécialistes américains prédisent déjà que Keen devra se redéfinir et se différencier de Pinterest en vue de survivre.

Toutefois, Keen possède le potentiel pour devenir un site de recherche personnalisée et d’archives de contenu pour des sujets à la fois sérieux et amusants qui passionnent les gens. Pinterest fait un excellent travail de son côté, en se constituant comme une source d’idées, d’inspiration et un moyen de faire des collections d’images et de rassembler des informations en vue de réaliser des projets et des achats. Keen devra proposer des solutions d’utilisation plus étendues pour échapper à la comparaison avec Pinterest et se rendre indispensable.

Rédigé par

Partager

Découvrir plus d’articles