Rédigé par

Etienne Alcouffe

Le roi Facebook est mort : vive le roi

décembre 9, 2018

Victime de grosse difficulté liée aux scandales de confidentialité et à l’engouement pour les nouveaux réseaux sociaux. Facebook est-il en train de perdre de sa superbe ?

 

La forte chute en bourse pourrait-elle avoir des conséquences pour les annonceurs du monde entier ?

Junto a mené l’enquête

La fin d’année 2018 est particulièrement difficile pour Facebook, et ce ne serait pas une dure nouvelle si le début de cette même année n’avait pas été catastrophique à l’image du scandale Cambridge Analytica.

 

Facebook a décidément un gros problème avec la confidentialité de ses utilisateurs. (sans blague) à vrai dire, personne n’est vraiment surpris, mais est-ce que ces actualités négatives menacent pour autant l’avenir du réseau social ?

 

Le réseau social de mark Zuckerberg est confortablement installé parmi les acteurs les plus importants du Net avec 2 milliards d’utilisateurs actifs, un chiffre d’affaires qui se compte en milliards de dollars et une capitalisation boursière solidement installée à Wall Street ;

 


Non, Facebook n’est pour le moment pas prêt de s’arrêter.

 

 

facebook stock price

Une offre élargie dans la mouvance d’une demande plus forte

D’un point de vue extérieur, nous pourrions imaginer que la concurrence grappille des parts de marchés à Facebook. Mais la réalité est tout de même nuancée.

 

Les réseaux sociaux ne datent pas d’hier et si l’on en croit les statistiques sur le nombre d’utilisateurs cumulées. Il est en constante augmentation depuis leurs créations.

 

Facebook se place donc comme le grand frère très populaire qui balaye la génération des trentenaires jusqu’au baby-boomer. Et cela ne semble pas près de s’arrêter.

Des amendes de plusieurs milliards de dollars ? Même pas peur

Facebook va très certainement servir d’exemple pour aider le règlement général sur la protection des données à faire respecter leurs nouvelles directives.

 

En effet une nouvelle faille a été découverte et celle-ci concerne encore et toujours la fuite des données personnelles d’utilisateurs.

 

Cette fois-ci on parle de 29 millions de personnes touchés, dans un communiqué récent Facebook annonce que des pirates malveillants ont exploité une faille de sécurité leur permettant de s’introduire dans le système et de récupérer des informations normalement confidentielles.

 

Les cyberattaques s’enchaînent et se ressemblent pour le réseau au grand F. Mais si la confiance des utilisateurs se dégrade. Ils restent pour la plupart fidèles au réseau social le plus populaire du monde.

Une perte de confiance des utilisateurs vis-à-vis des données

S’ils ne le savaient pas déjà, les utilisateurs de Facebook sont maintenant informés des risques de fuites de leurs données.

 

Cet état de fait pourrait avoir des conséquences et les faire réfléchir à deux fois avant de publier et de partager des éléments de leurs vies personnelles quotidiennes.

 

Néanmoins on ne remarque pas vraiment de changement de comportement des utilisateurs qui ont conscience des risques de fuites, mais qui ne changent pas réellement la manière d’utiliser et d’appréhender les réseaux sociaux.

 

Si une perte de confiance des utilisateurs est notable, les comportements sur les réseaux ne sont que très peu impactés et la fuite d’utilisateurs n’est pas aussi spectaculaire que l’on aurait bien voulu l’imaginer.

Des annonceurs moins fidèles ?

Les annonceurs qui utilisent Facebook avec des annonces publicitaires ne sont pas forcement moins fidèle, mais appréhendent de manière plus globale le marketing digital en créant et en diversifiant leurs stratégies.

 

Facebook reste un endroit particulièrement efficace pour cibler des groupes d’individus, selon des critères démographies, géographiques et sociaux. C’est donc en toute logique que les annonceurs restent fortement présents sur le réseau.

Les acquisitions stratégiques de Facebook

Pourquoi chercher à lutter contre des concurrents particulièrement coriaces lorsque l’on peut tout simplement les racheter, en réalisant des acquisitions pertinentes et stratégiques Facebook s’offre la concurrence sur un plateau avec Instagram et Whatsapp.

 

En étant maître des réseaux les plus engageants (Instagram est le numéro 1), Facebook domine fortement et puissamment le marché.

 

Aux dernières nouvelles, 98,25 % des revenus du groupe sont issus d’annonces publicitaires sur Facebook et les applications Whatsapp, Instagram et Messenger.

 

Cela n’est donc pas près de s’arrêter, les annonceurs étant les clients privilégiés du groupe. Il est facile d’anticiper que de nouveaux outils à leurs destinations vont prochainement faire leurs apparitions.

Les offres pour les annonceurs toujours plus performants

Facebook chouchoute ses annonceurs et propose régulièrement des opportunités et mise à jour comme les pixels pour les groupes Facebook.

 

Si vous êtes un annonceur du réseau rassurez-vous les leviers restent et resteront particulièrement plus puissant. Et cela malgré les péripéties, dépréciations et petit coup de moues.

La prédiction du blog de Junto

Facebook devrait chercher à se diversifier pour épouser les nouveaux comportements des utilisateurs comme la VR, les assistants vocaux.

 

Le réseau de mark Zuckerberg avec son assise financière vertigineuse est toujours particulièrement pertinent.

 

Il est conseillé pour les annonceurs de poursuivre leurs efforts publicitaires,
tout en s’intéressant aux autres leviers et réseaux à l’image d’instagram ou même de Google ADS.

 

La diversification et une stratégie d’ensemble seront votre meilleur allier pour performer en marketing digital.

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme et Facebook ne fera pas en cette fin d’année 2018 l’exception qui confirme la règle !