Marketing

Ametix, dénicheur de talents du numérique et bien plus encore..

Ametix est un cabinet de conseil en transformation digitale, filiale de Docaposte (Groupe La Poste). Ce cabinet de plus de 500 experts dispose d’une vraie capacité d’accompagnement pour mettre en place et exploiter des stratégies digitales de pointe.

Dans les domaines du conseil en amont, du développement web, mobile, optimisation du SI, Ametix fait preuve d’une expertise rare sur le marché.

Ils sont également connus pour leurs évènements : Le Concours Annuel du Meilleur Développeur de France (plus grand hackaton d’Europe) ou le Club City-O (Plus grand rassemblement français des décideurs du numérique).

Aujourd’hui, dans le blog Junto nous avons rencontré Mickaël FINEL, Head of Sales and Operations chez Ametix. Il travaille au cœur de cette très belle machine, dans le contexte compliqué du « post » Covid-19.

1 — Bonjour Mickael, Pourriez-vous décrire Ametix en 5 mots :

  • Docaposte 
  • Accompagnement
  • Conseil
  • Unique
  • Transformation

2 — La crise sanitaire a-t-elle révélé un changement profond dans le monde du conseil et plus particulièrement dans le conseil en digitalisation des entreprises ? 

Il est clair qu’aujourd’hui il y a une sélection naturelle forte au niveau des entreprises de conseil IT et Digital. 

Notre industrie a surfé pendant près d’une décennie sur ce besoin très fort des entreprises en digitalisation de leur activité et de leur chaîne de valeur. 

Ce besoin fort associé à des technologiques grandissantes et un environnement économique pérenne ont créé une pénurie de profils techniques et web marketing. Ceci a entrainé une très forte hausse des prix de ces profils sur le marché. 

Cependant, la valeur ajoutée de certains de ces profils reste encore à démontrer. 

Ainsi, pendant 10 ans, les entreprises de service de qualité « moyenne » ont pu être considérées comme « bonnes », les « bonnes » considérées comme « très bonnes » et les « très bonnes » considérées comme « excellentes ». 

Cette crise va mettre en avant une sélection naturelle et une sorte de nivellement par le haut. 

Aujourd’hui, nos clients attendent de nous une compréhension profonde de leurs besoins et des solutions ad-hoc pour y répondre. 

C’est ce que nous nous efforçons de mettre en place depuis des mois et des années chez Ametix.

3 — Ametix recrute en moyenne 10 nouveaux collaborateurs par mois. Quelle est votre valeur ajoutée par rapport à une agence de recrutement classique ? 

Nous avons la conviction que le recrutement reste la clé de voute d’une transformation digitale réussie.

Chez Ametix, nous avons un processus de recrutement très particulier qui, associé à une très bonne connaissance de nos environnements clients, nous permet d’avoir un taux de transformation de plus de 85 % lors de nos réponses à appels d’offres.

Lorsqu’un consultant nous rejoint, il nous fait confiance et nous confie une partie de sa carrière.
Nous sommes sur un marché extrêmement tendu, nos métiers évoluent énormément, les attentes et les besoins aussi, nous nous centrons donc sur l’employabilité du collaborateur à la sortie de nos effectifs. Cela se fait par le choix de ses missions et de ses formations. C’est le deal qui est conclu à l’entrée de chaque nouveau collaborateur. 

Aussi, ce que nous proposons c’est une diversité de missions, de secteurs, d’environnements techniques, de taille d’équipe, ce qu’il ne peut retrouver chez un client final.
Il est intéressant, surtout en début de carrière, pour un profil qu’il soit technique ou fonctionnel, de voir différents environnements. 

J’ai en tête l’exemple de Quentin, développeur React JS qui nous a rejoint en Avril 2018. 

En deux ans Quentin a travaillé sur la refonte d’un SI RH dans le domaine du transport, il a développé un front client e-commerce dans le luxe et a été certifié Scrum Master. Quelle richesse de parcours !

4 — Quels sont les profils les plus recherchés actuellement ? Pourquoi ? 

Post Covid-19, nos clients restent frileux à l’idée de remonter de nouveaux projets, et ce jusqu’à Septembre au grand minimum, certains de nos clients étant toujours sous perfusion (Chômage partiel,..).
Cependant, ils nous font confiance dans le choix de profils ROIstes. Ces profils devront dégager un ROI business ou technique, quantifiable à court terme. 

Chez Ametix, nous avons la chance d’accompagner les directions e-Commerce ou Marketing sur de l’expertise WebMarketing (Expertise SEO et SEA, Content Management, Expertise CRM, Expertise Retargeting, Community Management..). Ces leviers sont très recherchés pour optimiser le trafic et la conversion sur les sites e-commerce.

Lors du confinement et jusqu’aujourd’hui, nous avons eu trois types de demandes récurrentes : le Développement Web, le Traffic Management et le Support (niveaux 1 à 4).
– Le développement pour maintenir les sites existants et développer de nouvelles fonctionnalités

– Le trafic management pour alterner entre une stratégie omnicanale très recherchée depuis de longs mois et une stratégie 100% online 

– Le support (de la hotline au débug en live) pour répondre aux nombreuses demandes clients associées à l’expérience online

5 — Comment voyez-vous la reprise ? Plutôt en « v » ou plutôt en « u » ?

Le marché des entreprises de services du numérique est un petit peu le reflet de la santé de l’économie. En effet, lorsqu’une entreprise débloque un budget pour mettre en place de nouveaux projets IT ou Digitaux (je ne parle pas de refactoring) c’est que celle-ci va bien financièrement ou qu’elle a décelé une nouvelle opportunité de marché.

Nous sommes donc quelque part dépendants de la bonne santé de nos partenaires.

Pour répondre à votre question, nous avons par exemple vu les « retailers » être particulièrement touchés depuis Mars. Nos clients dans l’énergie également.
Les grands établissements bancaires développent et maintiennent leurs outils informatiques : nous continuons à recevoir quelques demandes autour du cloud et de la cybersécurité. Les assureurs envisagent également de grands plans de digitalisation et nous consultent au quotidien pour les accompagner. 

Les « pure players » digitaux se portent également bien pour certains, moins bien pour d’autres.
Dans l’ensemble, la période est compliquée pour tous et chacun d’entre nous doit se réinventer. 

Notons un changement de paradigme à trois niveaux :

  • La réflexion des offres et des positionnements de nos clients qui se digitalisent encore et encore (fermeture de sites physiques pour une expérience 100 % online)
  • Le télétravail fait son trou (grâce aux outils digitaux) et l’optimisation des espaces de bureaux est de mise (la fin des ascenseurs et du déplacement vertical dans les environnements de travail pour un déplacement à dominance horizontale)
  • Les collaborateurs veulent donner encore plus de sens et de responsabilité sociale et environnementale à leurs enjeux quotidiens (attention cependant au greenwashing)

6 — Dans ce contexte particulier, quels conseils donnez-vous à vos clients ?

Dans ce contexte, nos experts invitent nos clients à se recentrer sur ce qu’ils savent faire.
Se diversifier c’est bien, mais il faut faire attention à la dispersion. 

Que ce soit dans le produit ou dans le service, nos entreprises partenaires sont invitées à être « customer centric ».

Nous proposons d’itérer un maximum avec leurs clients pour coller au mieux aux attentes de leur audience qui ont pu changer avec la conjoncture. 

Pour nos clients qui cherchent encore leurs « product market fit », mais qui ont levé de l’argent, la méthode « lean » est fortement conseillée. 

Nous les accompagnons dans le test et la validation de chacune des nouvelles fonctionnalités. Lorsque nous évoquons le test, nous entendons le test technique et le test marché.
Une fois testées, ces nouvelles offres devront ramener un ROI court terme : Business, Parts de marché, Ouverture à l’International..

7 — La crise sanitaire et surtout le confinement a-t-elle fait réagir vos clients sur la nécessité d’une digitalisation forte ? Si oui avez-vous des exemples de vraie prise de conscience du besoin d’assurer une solide présence digitale ?

Cette période est accélératrice de tendances et des modes de consommation. 

Avant le Covid, il n’était que trop peu envisageable de faire évoluer un projet uniquement à distance comme il était que trop peu coutume d’acheter une piscine ou une voiture sur Internet. 

Les entreprises qui avaient fait l’effort de la digitalisation pré confinement ont pu continuer à garder une chaîne de valeur de qualité.
Non seulement avec la mise en place d’outils digitaux, mais également dans l’élaboration de processus associés à l’utilisation de ces derniers. 

Nous avons en 2020 un panel d’outils digitaux de développement, de communication, de supply chain

ou de suivi de projets permettant à chaque entreprise d’optimiser sa chaine de valeur via le digital.
Dans ce contexte, un nombre non négligeable d’entreprises partenaires ont décidé de digitaliser leur offre à l’aide d’une refonte totale de leur organisation interne. 

Je pense notamment à un de nos clients dans le domaine des Mutuelles qui souhaite changer plus de 40 % de ses fiches de postes internes sans licencier personne. Nous nous retrouverons donc avec des comptables qui deviendront « Product Owner » ou des Juristes formés aux méthodes de Design.. Nous serons là pour les accompagner sur ce projet très fort de refonte organisationnelle. 

8 — Est-il forcément nécessaire d’exploiter tous les canaux pour assurer une présence efficace sur la toile ? La stratégie est-elle forcément complexe et implique-t-elle de nombreux leviers ? 

Il n’est pas nécessaire d’exploiter tous les canaux, mais en tout cas il est nécessaire de tous les tester.
Le process de base de mise en exergue de personas clients et le test de canaux marketing associés avec analyse de metrics est cohérent et peu onéreux. L’AB Testing marche également excellemment bien (AB Tasty est une super solution entre autres).
Une fois la cible et le canal trouvés, un budget conséquent peut être débloqué.

9 — Considérez-vous la gestion de projets à l’international comme complexe ? Chez Ametix, quelle est votre valeur ajoutée pour favoriser la réussite de ce genre de projets ?

C’est un sujet organisationnel. 

Nous avons récemment géré intégralement, de la réflexion à la mise en production, un projet de refonte web et de retargeting CRM pour un de nos clients « grands comptes » dans le domaine automobile. 

La France avait pour mission principale la gestion transverse de cette refonte, l’harmonisation, et la mise en place de l’ADN général e-commerce de la marque qui englobe les quatre pays revendeurs (France, Espagne, Italie, Allemagne). 

Pour cela, nous avons mis en place un « Design System » scalable et précis, puis une architecture technique commune à ces quatre sites. 

Nous avons la chance chez Ametix d’avoir un panel large d’experts dans la gestion de projets transverses (MOA et MOE), qui savent à la fois piloter de grands programmes et faire du micro management au besoin. 

Nous en revenons à ce qu’on se disait, la clé reste un recrutement précis et de qualité. 

Conclusion Junto 

Ametix de la même manière que Junto, accompagne les grands projets ambitieux avec les leviers numériques d’aujourd’hui. Plus que jamais, avec la crise sanitaire que traversent les nations, les entreprises doivent se réinventer et assurer une présence numérique forte. Monter en compétence ou faire confiance à des experts devient une vraie nécessité pour épouser ces changements qui transforment le quotidien de tous.

Rédigé par

Partager

Découvrir plus d’articles