Rédigé par

Etienne Alcouffe

Facebook durcit ses contrôles pour rassurer les annonceurs

octobre 15, 2017

 

Nous vous avons annoncé dans un précédent article que Facebook avait émis un nouveau système de rémunération comprenant une liste de contenus interdits à monétisation.

 

Aujourd’hui, le réseau social va encore plus loin avec l’introduction de nouvelles mesures qui permettraient aux annonceurs d’avoir des rapports détaillés sur le type de contenu associé à leurs publicités et l’assurance que les contrôles nécessaires aient été fait.

 

 

Rapport post-campagne publicitaire

 

 

Carolyn Everson, vice présidente des solutions marketing à Facebook, a annoncé dans un article récent, la mise en place, dans les prochains mois, de rapports post-campagne publicitaire qui identifiaient clairement les contenus auxquels les annonces publicitaires ont été associées, qu’ils soient sous formes vidéos, photos ou articles instantanés afin de répondre aux inquiétudes émises par les annonceurs à ce sujet.

 

 

Vérification tierces

 

 

De plus, suite aux accusations de certains annonceurs concernant le manque de vérifications tierces des performances des annonces publiées sur le réseau social.

 

Carolyn Everson a annoncé le désire de Facebook d’obtenir une accréditation de l’organisation à but non lucratif ‘Media Rating Council’ qui examine et accrédite les services de mesure d’audience dans plusieurs domaines clés.

 

Le réseau social désire ainsi, dans un premier temps, obtenir l’accréditation MRC dans deux domaines : celui des contrôles d’audience et celui de la durée de visualisation des vidéos sur Instagram et ceci, au cours des 18 prochains mois.

 

Ils espèrent ainsi, par ces mesures, prévenir la perte de confiance et le désintérêt des annonceurs pour les Facebook ads.

 

 

 

 

Nouveaux contrôles publicitaires pour la protection de l’image de marque

 

 

Facebook a par ailleurs annoncé son désire de durcir ses mesures vis-à-vis des discours de haine. Et du contenu qui favorise la violence ou le terrorisme. Cependant, étant donné le nombre important d’utilisateurs sur la plateforme. Même une politique de tolérance zéro ne peut pas signifier une occurrence zéro.

 

Alors, la solution que la plateforme a trouvée est le recrutement de 3 000 examinateurs de contenu supplémentaires. Doublant ainsi le nombre de personnes dans l’équipe actuelle.

 

De plus, le réseau social s’associe avec des tiers. Tels que DoubleVerify et Integral Ad Science, des entreprises spécialisées dans la sécurité. Afin de s’assurer que les outils de sécurité et de protection des marques servent efficacement les besoins des annonceurs.

 

En ce qui concerne la protection des marques quant à l’association de ces dernières avec du contenu indésirable.

 

Facebook pense que les personnes qui voient le contenu dans leur fil d’actualité comprennent implicitement que les messages individuels qu’ils regardent ne sont pas connectés. Ou approuvés par les autres publications associées ou toute autre personne. Mais il n’est pas forcément aisé de dissocier les deux contenus.

 

Donc, comme solution à ce problème, Facebook propose la publication de rapports pré campagnes.

 

Cet outil donnera aux annonceurs un aperçu des partenaires utilisant des articles instantanés et des vidéos en direct sur Facebook. Ainsi que des éditeurs qui effectuent de la monétisation de leurs sites et applications via Audience Network.

 

Pour Audience Network, la liste complète des éditeurs sur l’ensemble complet des formats sera disponible sous peu. Les rapports post-campagne commenceront quant à eux à se déployer dans les prochains mois.