Startup

Embaucher ou prendre un freelance ? Le guide

Embaucher des salariés ou bien prendre des freelances ? C’est une question récurrente dans le monde de l’entreprise, mais surtout dans celui des nouvelles technologies. Depuis quelques années, on constate un boom du freelancing, à tel point que pratiquement un salarié français sur deux envisagerait de poursuivre sa vie professionnelle en tant que travailleur freelance. Certains métiers, notamment ceux en rapport avec les nouvelles technologies, sont d’ailleurs déjà constitués pour une large part de freelances. Développeurs, graphistes, etc. énormément de jobs appartenant au monde de l’internet et du numérique ont pris ce virage. Cela correspond en réalité avec l’évolution de l’entreprise au sens large. La tendance est à l’hyperspécialisation des compétences et à la flexibilité et l’appel au travailleur freelance permet en effet de combler un besoin spécifique pour une durée déterminée. Ceci étant dit, une entreprise aura toujours cet impératif de constituer un cœur de salariés dont la présence permanente et l’attachement assurent l’existence et la pérennité, quel que soit son secteur d’activité.  

Commençons donc par analyser les avantages inhérents au recrutement d’un salarié.

Mettre en place une stratégie d’Inbound marketing

Débutant

Mettre en place une stratégie d’Inbound marketing

Mettre en place une stratégie d’Inbound marketing

Les bonnes raisons d’embaucher un salarié

Il y ade multiples raisons qui font qu’avoir un salarié constamment sur le lieu de travail représente de gros avantages.

Tout d’abord, le salarié embauché par vos soins ne va travailler en principe que pour une seule entreprise : la vôtre ! Qu’est-ce que cela implique ? Il va être disponible en permanence, contrairement à un freelance qui doit dialoguer avec plusieurs clients. En gros, vous avez votre salarié à portée de main, alors que vous devrez certainement contacter votre freelance et voir s’il est libre à la date souhaitée. Seuls un arrêt maladie ou des congés peuvent rendre un salarié indisponible.

Ensuite vient un point important : le coût. Il n’y a pas de vérité ici, car chaque situation est différente. Cependant, si le taux horaire ou journalier demandé par un freelance peut s’avérer couteux, il ne faut pas oublier que l’embauche d’un salarié nécessite le paiement de charges multiples qui elles aussi ont un prix. Ce qu’il faut analyser dans ce cas, c’est la productivité. Lorsqu’un freelance démontre une productivité de haut niveau, son salaire horaire qui parait excessif de prime abord peut en réalité être une aubaine, car il a cette capacité à travailler vite et correctement en qualité de travailleur indépendant.

C’est certainement une question très intéressante qu’il convient d’étudier, sachant que la réponse variera énormément selon les postes et les secteurs d’activités. Ainsi, les besoins en recrutement d’une start-up sont certainement différents de ceux d’un site de production industrielle.

Au niveau de l’implication, il ne fait aucun doute par contre qu’un employé recruté à plein temps s’investisse à 100 % dans sa nouvelle start-up ou entreprise. On peut certainement considérer qu’un salarié va apporter plus qu’un freelance à plusieurs niveaux cruciaux au cœur d’une société : le lien humain, qui va affecter l’esprit d’équipe, l’ambiance au travail et l’orientation future de l’entreprise, en particulier si l’on parle d’un poste à responsabilité. Alors qu’un freelance ne sera que rarement présent physiquement et sans douter de son implication dans les tâches qui lui sont assignées, on peut tout de même considérer qu’il sera difficile de compter sur lui concernant des décisions importantes ou des activités qui doivent se tenir hors du bureau ou des horaires habituels de travail. Ceci, on a vu des employés qui une fois ayant obtenu un contrat à durée indéterminée se reposent sur leurs lauriers et ne s’investissent pas autant qu’on aurait pu le souhaiter. 

Les bonnes raisons de collaborer avec un freelance

Il existe plusieurs raisons qui font que prendre un freelance peut s’avérer plus avantageux que l’embauche d’un salarié. Premièrement, on peut considérer que le freelance est naturellement orienté vers l’aspect « satisfaction client ». Non pas qu’un salarié travaillant à plein temps dans les bureaux ne le soit pas, mais pour le freelance, la satisfaction et le feed-back du client sont vitaux. Un travail bien fait est synonyme de fidélité, de confiance, et probablement d’une offre de travail accrue.

Sans compter qu’un client satisfait va potentiellement déboucher sur des offres émanant de nouveaux partenaires grâce au bouche-à-oreille. Ainsi, un projet rondement mené représente la meilleure forme de publicité dont un freelance puisse rêver. 

Mais un des aspects appréciables et crucial qu’un freelance va pouvoir apporter à une jeune start-up, c’est la flexibilité. Des volumes de travail irrégulier et des commandes fluctuantes par exemple font nécessairement orienter des patrons vers des travailleurs freelances, car ceux-ci sont tout simplement mieux adaptés à un contexte particulier et à un moment précis donné. De plus, lorsque les besoins d’une entreprise changent rapidement, le personnel embauché n’est pas forcément apte à répondre aux nouvelles attentes en termes de qualification et de compétence. Typiquement, dans le cas d’une start-up, vous aurez en premier lieu besoin d’un développeur puis viendra ensuite l’exigence de parfaire et de modifier votre site web et enfin de mettre l’accent sur l’aspect marketing. Toutes ces tâches requièrent des compétences différentes et il est souvent compliqué et même impossible de trouve la personne qui va être capable de toutes les assumer. C’est pourquoi faire appel à plusieurs freelances qui chacun vont apporter leur pierre à l’édifice, de manière successive ou bien même concomitante, va être un plus en matière de performance et de gain de temps.   

Deux autres éléments majeurs font qu’un freelance va en général pouvoir apporter plus à votre entreprise qu’un salarié : c’est l’expérience et la productivité.

On peut en effet considérer qu’un freelance qui a déjà derrière lui quelques années de travail dans un domaine bien précis, accompagné d’un portfolio et de références avantageux, représente un atout sérieux pour effectuer un travail bien spécifique et délimité dans le temps.

De plus, on constate que les freelances ont une capacité à produire plus dans des délais restreints. Ce gain de productivité est primordial pour les entrepreneurs, sans compter le fait que le freelance demande très peu de temps et d’attention concernant la supervision et l’orientation, contrairement à un jeune salarié, par exemple. 

Du point de vue du droit français

C’est un point important qui mérite d’être éclairci. Car les liens qui unissent un employeur et ses salariés ne sont pas les mêmes que ceux qui régissent la relation client/freelance. On utilise ici le terme « client » sciemment à la place d’employeur parce qu’en réalité une entreprise ne « recrute » pas un freelance, aucun lien de subordination n’existant entre l’employeur et le freelance, contrairement au cas d’un salarié. Cela ne signifie pas, bien entendu, que le client n’a aucun contrôle sur son consultant indépendant. Le principal étant de fixer des objectifs clairs et précis pour une mission donnée.

Comme la relation client-freelance n’est pas encadrée par la loi, et que le statut des travailleurs peut être décliné (en nom propre, en EIRL ou en société unipersonnelle), il convient de rédiger un contrat qui comportera des éléments clés comme les objectifs et la durée de la mission, les conditions de résiliation du contrat, la rémunération, etc. 

Il semble donc intéressant d’exploiter les freelances pour certaines tâches ou missions requérantes de l’expertise et ayant une durée limitée. Cependant, il faut également faire attention à ce que les employés de votre entreprise en CDI puissent aussi sortir de leur zone de confort habituelle afin de progresser et de ne pas montrer des signes de démotivation. La recherche de freelances peut aussi être envisagée comme un moyen d’optimiser la masse salariale des sociétés, ayant en tête que celui-ci représente la plus grosse part des charges qui leur incombent actuellement.

Rédigé par

Partager

Découvrir plus d’articles