Startup

Levée de fonds, pourquoi faire ?

Tous les entrepreneurs sont familiers avec le terme « levée de fonds » et d’ailleurs la plupart y sont régulièrement confrontés. Nous allons nous intéresser ici à ce mécanisme financier dans la perspective de jeunes sociétés opérant au sein du secteur des nouvelles technologies et tenter de répondre à quelques questions cruciales. Avant cela, il faudra définir de manière simple cette méthode de financement et puis analyser les règles de base qui permettent d’effectuer une bonne levée de fond.

Une levée de fonds, pour une entreprise, c’est tout simplement trouver un moyen de financement en dehors des organismes de crédit traditionnels comme les banques. À leur place, on par exemple va faire appel à des particuliers par le biais de plates-formes de financement participatif sur internet ou bien trouver des investisseurs « providentiels », terme provenant de l’expression anglaise « business Angels ». La levée de fonds comprend par conséquent une prise de participation d’investisseurs au capital de votre entreprise. Avant de foncer sur la création d’un business plan pour faire une levée de fonds il est bon d’en savoir plus dans les lignes qui suivent…

Le Guide Complet pour bien démarrer sur Facebook Ads

Débutant

Le Guide Complet pour bien démarrer sur Facebook Ads

Le Guide Complet pour bien démarrer sur Facebook Ads

La levée de fonds, c’est pour qui ?

Comme les investisseurs souhaitent obtenir des plus-values assez rapidement, une start-up ayant le projet d’une levée de fond doit être certaine de pouvoir proposer un potentiel de développement sérieux pour les années à venir et les revenus qui vont avec. On parle ici de perspectives qui s’étendent de quatre à six ans et promettent une croissance et une rentabilité certaines.

Levée de fonds, pour quelles raisons ?

En général, les entreprises qui décident de lever des fonds ont un besoin d’apport financier. Elles souhaitent par exemple faire des investissements importants dans les secteurs de la recherche et du développement, de la production ou bien du développement commercial.

Ces entreprises peuvent également vouloir souhaiter se développer au niveau national, comme dans l’exemple d’une franchise et même grandir à l’international.

On trouve aussi d’autres raisons, comme la volonté d’engager une nouvelle forme d’activité ou d’accroitre la taille de son entreprise afin d’avoir la capacité de faire face à une concurrence grandissante et menaçante.

Enfin, il arrive qu’une société planifie une levée de fonds dans un objectif de publicité, de communication. En effet, un tel évènement est toujours relayé dans les journaux et les sites internet spécialisés, ce qui permet de faire connaitre l’entreprise au grand public et à d’importantes personnalités du monde des affaires, le cas échéant et indiscutablement d’amplifier la visibilité de l’entreprise.

Quand effectuer une levée de fonds ?

Cette injection de capital peut se faire à divers moments de la vie d’une entreprise ou d’une start-up : avant le démarrage de l’entreprise, pendant la première phase de son développement commercial, mais aussi pour accélérer la croissance et le développement de l’entreprise ou bien même au moment de la céder.

La première question à se poser est de savoir si cette opération financière est vraiment nécessaire au développement de l’entreprise et si elle ne met pas en jeu sa pérennité. Un des facteurs importants est d’observer le contexte économique : est-ce le bon moment pour lever des fonds ? Est-ce qu’il y a une « fenêtre de tir », comme on dit dans le domaine de l’aérospatial ? C’est-à-dire, est-ce que les conditions sont optimales pour réaliser une opération financière d’une telle envergure ?

Voilà les questions de base que l’entrepreneur doit se poser. Si les conditions macro-économiques sont incertaines, n’insistez pas et reportez vos plans à plus tard. Avant de penser à lever des fonds, il faut réfléchir à un certain nombre d’éléments : tous les ingrédients doivent être réunis en amont pour faire en sorte de convaincre les potentiels investisseurs. Pour bien se préparer, il est préférable de rencontrer des entrepreneurs qui sont passés par cette étape et même d’assister à des réunions pendant lesquelles des « pitchs » sont présentés à des investisseurs, un moment essentiel pour convaincre.

Quel est le profil des investisseurs potentiels ?

Nous avons déjà mentionné les investisseurs providentiels et les plates-formes de financement participatif sur internet, appelées « crowdfunding » en anglais. (indiegogo, Kickstarter) En ce qui concerne cette dernière forme de financement, très prisée par les acteurs du secteur des nouvelles technologies, les sommes engagées peuvent atteindre quelques centaines de milliers d’euros. Idem pour les investisseurs providentiels qui sont toujours à la recherche de jeunes start-up à fort potentiel et de jeunes talents capables de créer des business plans solides. La plupart du temps entrepreneurs eux-mêmes, ils disposent de contacts intéressants qui s’ajoutent à la somme qu’ils souhaitent investir, ce qui n’est pas négligeable du tout.

Mais il existe d’autres solutions afin de dénicher des investisseurs. Pour une petite start-up, par exemple, on peut envisager d’utiliser son réseau proche comme la famille, les amis si la somme d’investissement souhaitée ne dépasse pas des montants faramineux.

Ce que les Anglo-saxons appellent « Love money » permet d’arriver à capter des sommes atteignant quelques dizaines de milliers d’euros. Il est aussi permis de solliciter les actionnaires de l’entreprise pour une recapitalisation, sous réserve qu’ils aient envie de contribuer à la levée de fond ou qu’ils en aient la capacité financière. C’est la même chose avec les employés d’une entreprise, à qui on peut proposer d’entrer au capital.

N’oublions pas que l’état français dispose d’outils de financement sur plusieurs niveaux (national, régional et même départemental), comme le Crédit d’Impôts (CIR), le statut Jeune Entreprise Innovante (JEI), et bien sûr la Banque Publique d’Investissement (BpiFrance) qui a pour mission de soutenir et d’aider les petites et moyennes entreprises.

Au final, qu’est-ce qu’une bonne levée de fonds ?

Vous l’avez compris, la levée de fonds est un exercice important pour le futur de votre entreprise et son développement. Mais c’est un acte délicat à la fois, qui nécessite beaucoup de préparation et d’organisation. L’élément fondamental reste la gestion de la trésorerie de votre société et une anticipation des résultats financiers à venir afin d’éviter les mauvaises surprises. Un autre aspect à prendre en compte, c’est le temps que prend une levée de fond et qui est rarement inférieur à 12 mois. La trésorerie adéquate qui va permettre de durer et même de parer au pire, comme l’échec de la levée de fonds, doit donc être suffisante. C’est ce qu’on appelle la « visibilité » en termes de gestion. Il ne faut pas oublier non plus qu’une levée de fonds n’est pas uniquement une opération financière, car elle vous engage avec les investisseurs qui ont misé sur votre entreprise.

La sélection de partenaires adéquates est donc une des clés de cette opération complexe.

Ne perdez pas de vue non plus qu’une levée de fonds signifie une ouverture de votre capital, ce qui comporte des avantages, évidemment, mais également des écueils. Comme par exemple un pouvoir moins important dans la gestion de l’entreprise, étant donné que les nouveaux investisseurs sont généralement présents au conseil d’administration, en fonction du niveau de leur apport financier.

Rédigé par

Partager

Découvrir plus d’articles