Startup

Sam Altman, entrepreneur et surdoué de la Silicone Valley

Un talent ultra précoce

Blogueur, programmeur, entrepreneur, et investisseur, Sam Altman est l’un de ces talents protéiformes qui aiment à développer leurs aptitudes et leurs facultés sous le soleil de Californie. Né à Chicago le 22 avril 1985, le jeune Altman a cependant grandi dans la ville de Saint-Louis, Missouri, loin des plages qui bordent l’océan Pacifique. C’est son inscription à l’université de Stanford qui lui donnera l’occasion de venir au cœur de la Silicone Valley, au sud de la baie de San Francisco. Il n’ira cependant pas au bout de son cursus universitaire en abandonnant ses études lors de l’année 2005.

Sans perdre une seconde, Altman crée sa propre société la même année, à l’âge de seulement 19 ans ! « Loopt » est ainsi sa première aventure entrepreneuriale, qu’il partage avec son ami Nick Sivo. Loopt procurait à ses utilisateurs un service de réseautage social axé sur la géolocalisation. Compatible avec BlackBerry, iPhone, Android, et Window, Loopt a compté jusqu’à 5 millions d’abonnés. L’épisode Loopt se termine en 2012 pour Altman, qui est promis à de plus grandes fonctions.

« Sam Altman : président de y combinator »

Il devient président de « Y Combinator » en 2014. Cette société fondée en 2005 par Jessica Livingstone et Paul Graham notamment est un nom bien connu dans le secteur des accélérateurs de start-up. Basée à Mountain View, cette entreprise a participé au lancement et au décollage de plus de 2000 Startups, dont Twitch, Dropbox, Airbnb, excusez du peu !

Tous les ans, des centaines de start-up espèrent décrocher la timbale et être sélectionnées par « YC », comme on l’appelle dans la Silicone Valley, afin de pouvoir se développer et grandir sereinement. Jessica Livingstone a d’ailleurs récemment très bien résumé l’objectif fondamental derrière Y Combinator, en dévoilant que l’entreprise qu’elle et Graham avaient créée était en quelque sorte « la première vitesse enclenchée par les start-up », un pied à l’étrier, en quelque sorte.                                                                                                                                                                                            

Le principe de financement derrière Y Combinator se nomme « seed funding/capital », ce qui se traduit en français par « capital d’amorçage ». Qu’est-ce donc au juste ? En gros, le capital d’amorçage constitue le premier apport en capital dont une société a besoin pour se lancer. Une levée de fond est organisée pour récolter des capitaux qui seront versés à la jeune start-up en échange d’action ou d’obligations. 

Ce qui différencie le capital d’amorçage du capital-risque (Venture capital), ce sont les montants, qui sont en général beaucoup plus importants dans le second type d’investissement, et aussi la nature des investisseurs, que l’on peut qualifier d’investisseurs institutionnels dans le cas du capital-risque.

En 2019, Sam Altman décide de quitter l’entreprise pour voler vers d’autres aventures. Son bilan dans l’accélérateur de start-up californien est applaudi par tous les observateurs.

Une brillante carrière d’entrepreneur et d’investisseur, mais pas seulement

En mars 2019, Altman décide de se concentrer sur OpenAl, une société qu’il avait cofondée avec Elon Musk et d’autres associés à San Francisco au mois de décembre 2015. Ce laboratoire de recherche qui a pour projet de développer l’intelligence artificielle se pose en concurrent direct de DeepMind Technologie, une entreprise basée au Royaume-Uni qui appartient au géant Google. OpenAl est dorénavant affiliée à Microsoft qui a par ailleurs investi la somme faramineuse d’un milliard de dollars dans la firme dirigée par Altman. Celui qui en est le PDG, et est parfaitement secondé par des « serial » investisseurs et entrepreneurs bien connus dans la Silicone Valley : Reid Hoffman, Peter Thiel, et… Jessica Livingstone ! L’ambition d’OpenAI est de tirer le meilleur de l’IA, conscient que celle-ci pourrait avoir des conséquences dévastatrices pour l’homme dans le cas où elle tomberait entre de mauvaises mains. Elon Musk ne disait pas autre chose lorsqu’il déclarait en 2018 que l’IA était « une des plus grandes menaces existantes pour l’humanité ». Parmi les produits et applications phares d’OpenAI, citons Gym, Robosumo, et Debate Game.

Mais Sam Altman ne se contente pas de ses fonctions de dirigeant chez OpenAI car il investit depuis longtemps dans des start-up à titre individuel. À son tableau de chasse, on compte Airbnb, Reddit, Pinterest, entre autres, comme tout bon entrepreneur en série de la Silicone Valley qui se respecte.

Plus étonnant, le natif de Chicago fait partie du conseil d’administration d’Hélion et d’Oklo, deux sociétés, dont le cœur de métier, se concentrent sur la production d’énergie nucléaire.

Quoi qu’il en soit, le meilleur moyen de se tenir au courant des activités du trépidant entrepreneur californien, c’est tout simplement de suivre son blog https://blog.samaltman.com/ où ce jeune homme vous dit tout sur sa vision des nouvelles technologies et de l’univers des start-up.

Au niveau financier, Altman est évidement bien placé. Selon le magazine Forbes, il pèserait plus de 200 millions de dollars.

Rédigé par

Partager

Découvrir plus d’articles