Rédigé par

Etienne Alcouffe

Google AdWords : Comment s’en servir pour faire des ventes ?

juin 14, 2018

De nombreuses personnes (dont vous faites sûrement partie) possèdent des entreprises. Dès que les gens commencent à générer d’importants revenus, ils cherchent à investir ou à placer.

 

La plupart du temps, dans l’immobilier, ou bien en achetant des parts d’une entreprise. Bien que ces placements « traditionnels » paraissent sûrs et rémunérateurs, il existe une autre option tout aussi intéressante : Google AdWords !

 

Toutes ces personnes dirigent de grandes entreprises et proposent des produits et des services de qualité. Mais ils préfèrent investir leur argent dans absolument tout sauf leur entreprise. Pourquoi ne pas utiliser ces fonds pour booster leurs ventes ?

 

Misez sur ce qui fonctionne déjà, au lieu de repartir à zéro.

 

 
C’est là que Google AdWords intervient.

 

 

Si vous souhaitez investir, vous devrez consacrer des milliers d’heures à chercher les bonnes opportunités.

 

  • Pour essayer de capitaliser sur les entreprises de demain.
  • Ou bien vous vous orientez vers l’immobilier, à la recherche d’un studio à louer à un étudiant, ou d’un T3 à rénover pour le revendre par la suite. Ça fonctionne, c’est prouvé, mais les gains sont-ils à la hauteur du temps consacré à l’opération ?
  • Autrement, consacrez une centaine d’heures à l’apprentissage d’AdWords, ou embauchez quelqu’un qui maîtrise déjà l’outil, et investissez votre capital pour décupler vos ventes.

 

 

Quelle sera, selon vous, l’opération la plus rentable ?

 

 

Cet article vise à présenter Google Adwords, et introduit les premières étapes vers une campagne publicitaire réussie.

 

Si vous maîtrisez vos coûts et vos marges, alors Google Adwords est l’outil parfait pour valoriser votre capital, avec des ROI pouvant dépasser les 100 %.

 

Le ROI (Return On Investment), c’est le retour sur investissement. Il correspond à la somme d’argent gagné ou perdu par rapport au montant initialement investi.

 

Un ROI de 100 % signifie que pour chaque euro investi, l’opération a rapporté 1 €.

 

Avec AdWords, il n’est pas rare d’obtenir des valeurs atteignant les 200 %, voire même plus si vos campagnes publicitaires sont correctement réalisées.

 

Commençons par le commencement.

 

 

Introduction à Google Adwords

 

 

Exemple Pour mon site internet, j’ai essentiellement misé sur la SEO (Optimisation de moteur de recherche). À chaque fois que je crée de nouvelles pages sur mon site, je cherche à insérer des mots clés pertinents dans le contenu et dans les liens. C’est une stratégie très répandue et éprouvée depuis de nombreuses années.

 

Toutefois, il s’agit d’une stratégie à moyen, voire long terme. Un contenu optimisé pour les moteurs de recherche est un outil redoutable : c’est le moyen le plus rentable de faire progresser votre site web sur la durée. Il faudra toutefois vous armer de patience, Rome ne s’est pas faite en un jour !

 

Avec Google Adwords, c’est l’inverse. Créez votre campagne le matin, elle générera de nouvelles ventes le soir même.

 

 

Une affaire de performances

 

 

Vous êtes surement familiers avec la notion de « Coût par clic » (ou Pay Per Click). C’est la somme que vous reversez à l’annonceur qui affiche vos publicités à chaque fois que quelqu’un clique dessus, par opposition au « Coût par mille impressions », où vous payez toutes les mille vues de votre publicité. Avec le CPC, le coût est fonction de l’efficacité de votre campagne.

 

Si vous ne générez ni résultats, ni clics, ni intentions, ni ventes, vous ne payez rien.

 

 

Passons à l’avantage suivant.

 

 

Personne n’utilise Google sans raison particulière. Derrière chaque recherche réside une intention. Chaque personne qui effectue une recherche Google a l’intention d’acheter quelque chose. Et ces personnes vous disent exactement ce qu’elles cherchent en tapant dans la barre de recherche.

 

C’est là que réside la puissance (et la rentabilité) de Google AdWords, l’outil de Search Engine Marketing le plus performant au monde.

 

La publicité est leur principale (si ce n’est unique) source de revenus. Google perçoit 1 € tous les 3 € dépensés en publicité en ligne.

 

Google AdWords génère plus de 95 % du chiffre d’affaires annuel du géant technologique. Ajoutez à cela le fait que plus d’un million d’entreprises utilisent cet outil, et vous comprendrez qu’il s’agit là d’une opération à gros potentiel.

 

Google AdWords n’est autre qu’un marketplace via lequel les entreprises paient pour placer leur site internet soit placé en haut de page de résultats, en fonction des mots cléss saisis dans la barre de recherche.

 

 

Soyons toutefois réalistes :

 

 

Les premières places sont chères, et les grands groupes sont toujours en tête de peloton. À moins que vous ne soyez un leader de votre marché, vous aurez du mal à détrôner un géant comme Amazon, qui propose quasiment tout ce qu’il est possible d’acheter.

 

Toutefois, Google Adwords vous permet d’emprunter un raccourci.

 

Au lieu de consacrer des mois à la création d’une quantité astronomique de contenu et de liens, vous pourrez arracher la pole position à moindre effort.

 

 

position 1 adwords

 

 

On voit ici que Grubhub a réussi à détrôner Domino’s pizza pour l’un des meilleurs mots clés de leur secteur.

 

Ensuite, on voit que Racca’s Pizzeria talonne Domino’s.

 

Même les petits acteurs d’un secteur sont en mesure de se hisser en premier résultat d’une page de recherche Google, et il ne leur aura fallu que quelques minutes pour y arriver.

 

En prime, Google Adwords vous révèle les mots clés les plus rentables par domaine. Sans investir des milliers d’euros dans de coûteuses campagnes, vous découvrirez ainsi les mots clés les plus intéressants et pourrez les intégrer à votre contenu et à votre stratégie de SEO.

 

Google Adwords est avant tout une plateforme d’enchères où les acheteurs placent des offres dans le but de remporter des clics, mais ce n’est pas toujours la meilleure offre qui remporte. Google prend en compte le facteur « argent », mais aussi le facteur « qualité » afin de fournir à l’utilisateur qui effectue une recherche une expérience optimale.

 

 

La recette idéale consiste donc en une publicité de qualité doublée d’une offre solide.

 

 

C’est une activité rentable dotée d’un important potentiel, mais attention : Google Adwords n’est pas un outil complexe, mais il n’est pas simple non plus.

 

Il faut du temps avant de parfaitement le maîtriser, et il n’est pas rare que les entreprises y perdent de l’argent, car il vous faudra vous armer de patience pour obtenir des résultats probants lors de vos campagnes au CPC. Ce guide vous permettra de créer une première campagne pour vous faire la main, sans mobiliser de nombreux capitaux.

 

 

Principes fondamentaux

 

 

Avant de commencer, il existe certaines règles à ne pas transgresser pour cette première expérience.

 

  1. Ne dépensez pas beaucoup d’argent. Fixez-vous un budget d’un montant allant de 50 à 100 €.
  2. Essayez de faire au plus simple. Google AdWords possède une interface complexe. Il est facile de s’y perdre et de créer des dizaines de variations sans savoir ce que l’on fait vraiment. Restez dans les clous et commencez par les plus petits montants autorisés par la plateforme.
  3. Soyez patients. C’est là-dessus que tout se joue. 99 % des entreprises qui perdent de l’argent avec AdWords ont simplement mis un terme trop tôt à leurs campagnes ou ont dépensé trop, trop vite. Faites l’effort de vous montrer patients et les résultats seront au rendez-vous.

 

 

Comprendre Google Adwords

 

 

Commençons donc par la base.

 

 

Voici quelques termes à connaître :

 

 

Un mot clé est terme ou une phrase que les utilisateurs saisissent dans la barre de recherche. La plupart du temps, les premiers résultats sont des publicités créées dans le cadre de campagnes AdWords. Votre publicité apparaîtra en fonction des mots clés choisis.

 

Google comptabilise le nombre de clics sur vos publicités et vous facture chaque clic. Il indique également le nombre d’impressions, qui correspond simplement au nombre de fois que votre publicité a été vue lorsqu’un utilisateur a utilisé l’un des mots clés correspondants.

 

En divisant le nombre de clics par le nombre d’impressions, on obtient le « taux de clics », ou Click-through-rate, en anglais. En d’autres termes, il s’agit du pourcentage d’utilisateurs qui vont sur votre site web après avoir cliqué sur votre annonce. Il s’agit là d’un indicateur très important, car il indique clairement quelles sont les campagnes qui fonctionnent et quelles sont celles qui végètent.

 

 

Google Adwords est une grande salle des ventes.

 

 

Vous devez y définir votre budget et placer des enchères. L’enchère correspond à la somme maximale que vous êtes prêts à payer pour chaque clic. Si vous placez votre enchère maximale à 1 €, Google n’affichera votre publicité que si personne n’a surenchéri (en moyenne).

 

Google cherche à maximiser ses revenus, il publiera naturellement les annonces du plus offrant pour un mot clé déterminé, en partant du principe que tous les participants à l’enchère disposent du même score de qualité.

 

À noter que si vous avez placé la plus haute enchère, Google ne prendra pas nécessairement en compte votre enchère maximale afin d’optimiser les impressions et les enchères. Dans ce cas de figure, vous paierez un montant inférieur à votre enchère maximale, à savoir moins de 1 €.

 

Votre coût par clic, ou CPC, peut donc être inférieur à votre enchère maximale, notamment si vos publicités génèrent un bon score de qualité. Ce score est une statistique qui prend en compte l’expérience de l’utilisateur lorsqu’il arrive sur votre page d’accueil, la pertinence de votre site internet et cette de votre annonce à proprement parler.

 

 

Google n’affiche pas simplement l’annonce du plus gros enchérisseur.

 

 

Il se peut que ce soit une très mauvaise annonce. Le moteur de recherche attache tellement d’importance à l’expérience des utilisateurs qu’il préfère prioriser une publicité qui lui rapporte moins d’argent, car c’est ce qui pousse les utilisateurs à revenir vers Google.

 

Toutefois, rien de cela n’a du sens sans conversions. Une conversion est un nouveau « lead » ou une vente, et signifie plus généralement que l’utilisateur a réalisé l’action souhaitée.

 

Cette action n’est pas toujours un achat. Elle peut consister en une inscription à une newsletter, ou en une saisie de données personnelles.

 

Mais il est vrai que ces conversions concernent souvent un achat.

 

Les entreprises dépensent souvent des milliers d’euros en coût par clic, étant donné que le budget est fixé chaque jour et qu’il fonctionne indéfiniment, à moins que vous ne mettiez votre campagne en pause.

 

Admettons que vous créiez 5 campagnes différentes, chacune dotée de 10 € de budget. Si cette campagne reste active pendant un mois sans surveillance, vous vous retrouverez avec une facture de 1 500 € à la fin du mois.

 

 

C’est pourquoi vous aurez besoin de convertir vos clics en vente, afin de récupérer rapidement l’argent investi dans vos campagnes publicitaires.

 

 

Pour que ces annonces soient rentables, vous devez vendre un produit.

 

Ça paraît logique, quand on y pense.

 

C’est pour ça que tout dépend des conversions. Nous allons configurer ensemble votre compte, nous assurer que vous suivez vos taux de clics et de conversions avant de nous lancer.

 

Mais d’abord, regardons plus en détail le mode de fonctionnement de Google Adwords.

 

 

C’est à dire, son mode de calcul et les facteurs qui détermineront les deux variables les plus importantes :

 

 

  1. Le prix que vous allez payer.
  2. Votre classement.

 

Voici comment la machine fonctionne.

 

 

Comment fonctionne Google Adwords ?

 

 

Il y a quelques années, il était possible d’enchérir sur absolument tous les mots clés.

 

C’était alors des enchères simples, qui ne prenaient pas en compte la pertinence de la publicité par rapport au contenu recherché par l’utilisateur. C’est pour cette raison qu’a été introduit une nouvelle statistique, le score de qualité. Ce score intègre de nombreuses variables afin de déterminer avec précision le degré d’adéquation entre votre annonce et la recherche d’un utilisateur.

 

On s’attaque maintenant à la partie technique. Il est essentiel de bien comprendre les principes fondamentaux d’AdWords si vous vous apprêtez à y consacrer votre temps et votre argent.

 

 

Chaque mot clé de votre compte dispose de son propre score de qualité.

 

 

C’est à dire que deux mots clés qui sont dans le même groupe d’annonces (nous en parlerons dans les lignes qui suivent) peuvent avoir des scores de qualité différents, en fonction de leur pertinence par rapport à une recherche.

 

 

quality score google adwords

 

 

Il s’agit là du premier facteur qui rentre en compte dans l’équation : La pertinence. Imaginons que quelqu’un effectue une recherche pour une « location de snowboard ».

 

 

Quel mot clé aura, selon vous, le meilleur score de « pertinence » ?

 

 

  1. « Location snowboard Super Besse »
  2. « Location matériel de ski »

 

Ça paraît simple, non ? Bien que ces mots clés soient similaires, il y en a un qui semble plus adapté que l’autre.

 

 

Ici, nous avons un cas de figure similaire :

 

 

  1. Location snowboard »
  2. « Prix Location snowboard »
  3. « Location snowboard Super Besse »

 

Cette fois, tous les mots clés sont relativement pertinents. En fonction de la popularité de chaque mot clé, il vous faudra être aussi spécifique que possible.

 

Vous devrez peut-être alors créer des annonces voire des campagnes différentes pour chacun de ces mots clés, car le second facteur rentrant en jeu est le « taux de clics » (à la fois attendu et historique), autrement appelé CTR (Click-through-rate).

 

 

Click through rate

 

 

Au cours de vos campagnes, vos publicités généreront des « impressions » (autrement dit, des « vues »), ainsi que des clics à proprement parler. Votre CTR correspond au nombre de clics par rapport au nombre de vues. Un CTR plus élevé que votre publicité et vos mots clés sont plus pertinents que ceux dont le CTR est plus faible.

 

Google consulte vos anciens CTR et prédit ceux à venir afin de déterminer le niveau de correspondance entre votre publicité et la recherche d’un utilisateur.

 
 

C’est ensuite l’historique de votre compte qui rentre en jeu.

 

 

Proportionnellement, son poids dans la balance est bien inférieur aux deux statistiques précédemment mentionnées. Mais il permet tout de même à Google de déterminer si vous êtes une marque authentique proposant des produits ou services de qualité.

 

Tous ces facteurs situés en coulisses sont directement liés à votre compte AdWords. Sur le devant de la scène, on trouve la « Landing page » (ou Page de destination). C’est-à-dire la page sur laquelle les utilisateurs vont arriver après avoir cliqué sur votre publicité.

 

Elle doit correspondre avec l’objet de la recherche effectuée. Les recherches relatives à une « location de snowboard » doivent être associées à des publicités de « location de snowboard » qui vous dirigent vers des pages de « location de snowboard ».

 

 

landing page

 

 

La landing page doit également être ergonomique et facilement navigable. Autrement, les utilisateurs ne s’y attarderont que quelques secondes avant de quitter le site.

 

Et Google le saura. Il considérera que votre site n’est pas en adéquation avec l’expérience qu’il propose à ses utilisateurs. Votre score en pâtira, et vous dégringolerez au classement pour vous retrouver derrière tous les annonceurs qui possèdent de meilleures landing pages que vous.

 

 

C’est là toute la subtilité d’AdWords.

 

 

Il s’agit, certes, d’une enchère, mais si vous agissez avec tact et minutie, vous pourrez vous hisser au premier rang pour une somme modique.

 

On en revient souvent au score de qualité et au classement de l’annonce (ou Ad Rank).

 

Ce dernier correspond à votre score de qualité multiplié par votre enchère maximale. C’est un calcul très simple qui va déterminer (en théorie) la position à laquelle votre publicité apparaîtra. En pratique, ce n’est pas si simple.

 

Le CPC effectif, c’est-à-dire la somme que vous allez payer, est généralement déterminé par ces scores comparés à ceux de vos compétiteurs.

 

AdWords évalue votre enchère maximale + vos scores de qualité + votre Ad Rank et compare le tout avec les valeurs de la concurrence afin de déterminer ce que vous allez réellement payer.

 

 

Voici un schéma réalisé par WordStream qui illustre le fonctionnement expliqué plus haut :

 

 

quality score guide

 

 

Le CPC de votre secteur peut grandement varier en fonction de la demande des utilisateurs, mais aussi en fonction des montants investis par vos compétiteurs.

 

Par exemple, dans le secteur automobile, le CPC ne dépassera jamais quelques euros. Mais dans des domaines bien plus compétitifs, comme les assurances, le CPC peut parfois dépasser les 50 €.

 

C’est un prix qui peut paraître ridiculement élevé, surtout lorsque des centaines de clics sont recensés chaque jour.

 

En réalité, ce n’est pas si cher. Si vous savez ce que vous faites, vous pouvez tout de même multiplier votre investissement par 10.

 

 

Étape 0 : Google Adwords 101

 

 

Création d’une campagne publicitaire

 

 

Rendez-vous sur AdWords et cliquez sur « commencer »

 

Saisissez votre e-mail et l’URL de votre page d’accueil pour créer votre compte AdWords. Google va ensuite vous demander de créer votre première campagne AdWords.

 

Mais comment faire, nous débutons tout juste ?

 

Laissez simplement cet onglet ouvert en arrière-plan. Parlons d’abord des différents types de campagnes qu’il est possible de créer avec AdWords.

 

 

Les réseaux

 

 

Le terme « publicité PPC » mentionné plusieurs fois dans ce guide fait référence au Réseau de recherche Google. C’est ce dont nous parlons depuis le début, il correspond aux résultats textuels affichés par Google.com lorsqu’une recherche est effectuée.

 

 

Les réseaux

 

 

Il existe une section « Réseau » qui permet d’élargir les possibilités d’affichage de vos publicités. Par exemple, si vous effectuez une recherche avec l’un des partenaires de Google (comme AOL), vos publicités apparaîtront également sur leur site.

 

Ce guide est essentiellement consacré au réseau de recherche, en raison des avantages précédemment mentionnés (intentions et performances). Vous pourrez donc vous attendre à de meilleurs résultats que sur le réseau Display.

 

Le réseau Display de Google concerne la plupart des sites. Il s’agit de bannières affichées via leur réseau AdSense sur des blogs de n’importe quelle envergure. Google affirme que les deux millions de sites web qui constituent le Réseau Display permettent d’atteindre environ 90 % des utilisateurs naviguant sur internet.

 
 

Vous pouvez cibler des blogs et des sites web en indiquant des catégories précises.

 

 

Le réseau Display vous permet plutôt d’afficher votre nom. La possibilité d’atteindre un panel d’utilisateurs si large vous permet de booster votre visibilité au sein d’un secteur.

 

Ainsi, lorsqu’ils rechercheront un produit à acheter, ils reconnaîtront le nom de votre marque. Prenons l’exemple de biens ou de services onéreux. Un utilisateur ne dépensera jamais 5 000 € sur votre site lors de sa première visite. Mais après avoir vu votre nom plusieurs fois sur le réseau Display, ils finiront par penser à vous lorsqu’ils seront prêts à acheter.

 
 

C’est là que tout commence.

 

 

Calculons d’abord le budget AdWords nécessaire pour garantir un retour sur investissement supérieur à 100 %. Ce n’est qu’alors que nous pourrons nous pencher sur des stratégies plus avancées.

 

 

Étape 1 : Calculer un budget Adwords

 

 

Pas besoin d’être mathématicien pour réaliser cette étape. Afin de déterminer la somme que vous pouvez consacrer à cette campagne publicitaire, il faut partir de la fin.

 

 

Cas pratique

 

 

Admettons que vous vendez des briques. Nous avons besoin de deux éléments pour calculer votre budget : votre bénéfice par vente et votre taux de conversion.

 

Si une palette de 500 briques coûte 250 €, et que sur ces 250 € vous dégagez 150 €, alors votre bénéfice par vente sera de 150 €.

 

Votre taux de conversion correspond au nombre de personnes qui achètent sur votre site rapporté au nombre de visiteurs. Si vous réalisez 10 ventes toutes les 1 000 vues, votre taux de conversion sera de 1 %.

 

Puisque la publicité avec Google coute de l’argent, le bénéfice s’en retrouve réduit.

 

 

Quel montant êtes-vous prêts à donner à Google pour chaque vente ?

 

 

Si vous considérez qu’un bénéfice de 100 € reste convenable, alors vous pourrez payer la commission de 30 % de Google par le biais d’AdWords pour chaque conversion.

 

En assemblant tous ces éléments, on obtient la formule qui permettra de calculer votre CPC maximal :

 

 

CPC max. = votre profit x la commission de Google x votre taux de conversion

 

 

Ici, on obtient donc : 150 € x 0,3 x 1 % = 0,45 €

 

Vous pourrez donc dépenser 45 centimes d’euro avec AdWords pour chaque clic tout en réalisant un bénéfice de 105 €.

 

 

Nous pouvons maintenant passer au calcul de notre budget quotidien.

 

 

Contrairement aux idées reçues, vous n’avez pas besoin de beaucoup de clics pour effectuer tous ces calculs.

 

Seuls quelques-uns suffiront pour commencer.

 

Bien sûr, plus votre échantillon est grand, plus vos statistiques seront précises. Mais accumuler un tel volume de données prend du temps.

 

20 clics par jour suffisent pour commencer.

 

Au CPC maximum, cela représente 9 € par clics. 10 jours de campagne ne vous coûteront que 90 €.

 

Vous pouvez ensuite peaufiner cette opération avec des stratégies d’enchères plus poussées.

 

 

Stratégies d’enchères

 

 

AdWords propose différentes manières de gérer ces enchères qui vous permettront de suivre l’évolution de vos différentes campagnes simultanées.

 

Par exemple, en utilisant l’option « CPC manuel », vous serez en mesure de mieux maîtriser vos campagnes. Ainsi, chaque mot clé ou groupe d’annonce sera doté de la même enchère (à moins que vous n’effectuiez ces réglages manuellement).

 

Si vous n’avez encore jamais fait cela, ou que vous évoluez avec un budget réduit. Passez tous vos CPC en mode manuel pour vous assurer qu’AdWords ne modifie pas votre enchère à votre insu.

 

Le CPC automatique est une autre stratégie d’enchère plus poussée qui vous permettra de réduire le temps nécessaire pour vous occuper de chaque campagne. Les enchères augmenteront ou diminueront automatiquement en fonction de plusieurs facteurs.

 

 

Prenons le cas de figure où vous souhaitez atteindre l’audience la plus large possible.

 

 

Si vos impressions chutent, les enchères augmenteront automatiquement pour que vos publicités continuent d’apparaître.

 

Le CPC amélioré se base sur les données historiques de Google pour anticiper les changements d’enchères, afin d’optimiser vos résultats. Ainsi, si les performances d’une campagne s’avèrent prometteuses, AdWords augmentera automatiquement les enchères pour capter plus de résultats. À l’inverse, les enchères diminueront pour que vous ne perdiez pas d’argent si jamais votre publicité commence à ne plus fonctionner.

 

Les enchères au Coût par acquisition (CPA) sont une variante de celles au CPC, et correspondent au Coût par conversion.

 

 

Avec ce système, AdWords ajuste vos enchères pour vous proposer le meilleur CPA possible. En ce sens, il est possible qu’elles augmentent.

 

 

Les enchères au CPM ne concernent que le Réseau Display, tout comme les campagnes de remarketing. Avec cette option, vous payez toutes les mille impressions. Attention, vous n’achetez pas des conversions, ou des clics, mais simplement des vues ! Utilisez cette option lorsque vous visez à maximiser le trafic sur votre site plutôt que vos ventes.

 

Une fois que vous aurez la visibilité recherchée, vous pourrez alors créer une autre campagne au CPA ou au CPC pour convertir toutes ces impressions.

 

C’est là les stratégies les plus répandues sur la plateforme. Vous pouvez aller encore plus loin dans l’optimisation de vos campagnes grâce aux ajustements d’enchères. Ils vous permettent de réguler l’activité de vos campagnes en fonction d’une zone géographique, de l’appareil utilisé pour effectuer la recherche et du moment de la journée.

 

 

Ajustements d’enchères

 

 

Il s’agit d’un système de « règles » qui influent sur le montant d’une enchère si une ou plusieurs conditions sont réunies.

 

Par exemple, les utilisateurs parisiens sont plus enclins à dépenser de l’argent. Les conversions à Rennes s’avèrent plus chères (en fonction du Cout par lead).

 

Ces ajustements vous permettent d’inhiber ces différences pour que vous ne payiez pas trop dans une zone spécifique (ici, à Rennes), sans toutefois abandonner une zone à haut taux de conversion (comme Paris).

 

 

Le même principe s’applique aux appareils utilisés.

 

 

De nombreuses personnes naviguent sur le web avec leurs téléphones plutôt qu’avec leur ordinateur. On peut donc en conclure que beaucoup d’utilisateurs recherchent avec leur téléphone, mais les conversions ne sont peut-être pas proportionnelles à cette tendance.

 

Les conversions sur ordinateur de bureau représentent une part plus importante que celles sur téléphone portable.

 

Il est donc préférable d’optimiser les campagnes mobiles pour une meilleure visibilité et d’axer les campagnes « PC » sur les conversions.

 

Vos ajustements des enchères en fonction de l’appareil utilisé vous permettront de mieux contrôler la part de votre budget dédiée à un support précis.

 

 

Le calendrier de diffusion des annonces est un outil incontournable pour optimiser vos campagnes.

 

 

Il vous permet de décider des jours et des heures de la journée où vous souhaitez diffuser vos publicités. Si vous souhaitez que vos leads contactent votre bureau, vous devrez ajuster vos enchères pour que vos campagnes soient plus agressives entre 9 et 18 h.

 

Au milieu de la nuit, personne ne décrochera le téléphone, rien ne sert alors de maintenir vos enchères à un niveau élevé pour rien.

 

Toutes ces techniques requièrent toutefois une certaine expérience. Arrêtons-nous là pour les stratégies d’enchères et préparons votre compte.

 

Vous avez déterminé votre budget ? Savez-vous à peu près ce que vous pouvez dépenser ? Alors, poursuivons. La prochaine étape décrit la marche à suivre pour trouver des mots clés rentables adaptés à votre porte-monnaie.

 

 

Étape 2 : Les mots clés

 

 

Choisir ses premiers mots clés

 

 

Ouvrez le Planificateur de mots clés de Google et commencez votre recherche.

 

Mettez-vous à la place de vos clients, si vous vouliez acheter des briques en ligne, que taperiez-vous dans la barre de recherche ? Faites attention à bien indiquer la bonne langue et le bon pays, puis cliquez sur Obtenir des idées.

 

Dans l’onglet Idées de mots clés apparaîtront les nombres moyens de recherches en fonction de votre région, mais aussi les CPC moyens de chaque mot (fourchette haute et basse).

 

Commencez toujours par des recherches associées à votre marque. Il peut s’agir du nom d’un produit, d’un service, ou bien d’un terme qui décrit votre activité.

 

 

google trends

 

 

Ces mots clés vous garantissent des conversions faciles, car ils ciblent des utilisateurs qui recherchent déjà votre entreprise.

 

Il ne s’agira toutefois que d’une petite audience, à moins que vous ne soyez déjà une multinationale. Vous devrez donc viser des mots plus répandus, voire très répandus en parallèle, pour tenter d’atteindre des utilisateurs qui n’ont jamais entendu parler de vous.

 

 

Ces termes doivent faire écho aux divers points de votre stratégie de contenu.

 

 

Par exemple, « Conseil en Acquisition pour les Startups ambitieuses » est un terme beaucoup trop spécifique. Vous pouvez donc viser plus large en recherchant des termes déjà très demandés.

 

 

Où trouver des mots clés

 

 

SEMrush est un excellent outil de SEO qui vous permettra de découvrir plus facilement des mots clés.

 

Il vous offrira également la possibilité de surveiller la compétition, en vous indiquant qui enchérit sur vos termes et quels formats de publicité ils utilisent pour cibler ce mot clé.

 

Si vous tapez « Assurance auto pas chère »,vous pourrez ensuite exporter les publicités de vos compétiteurs afin de rechercher d’autres termes en amont pour toujours avoir une longueur d’avance.

 

Et ce n’est que la partie visible de l’iceberg.

 

 

Vous pouvez également rechercher des mots clés en fonction de différents critères :

 

 

  1. Tendances : Lancez Google Trends et regardez si des personnes, des lieux ou des objets précis gagnent en popularité dans les médias
  2. Saisons : Créez des campagnes saisonnières pour des événements qui se dérouleront dans les semaines à venir (Noël, Saint-Valentin, Halloween, etc.).
  3. Recherche sur site : Google Analytics vous indiquera ce que les utilisateurs recherchent et qui est déjà sur votre site. Vous n’aurez plus qu’à leur offrir sur un plateau.

 

Les mots clés que vous choisissez sont très importants, mais vous devrez aussi rendre en compte les types de correspondances.

 

 

Cas pratique

 

 

Imaginons que vous souhaitez embaucher un ingénieur. Vous créez donc une nouvelle « Landing page » ainsi qu’une nouvelle campagne AdWords pour tenter d’attirer les ingénieurs en recherche d’emploi vers votre site.

 

Mais lorsque vous consultez vos premiers résultats, vous vous rendez compte que le profil de nombreux candidats ne correspond pas à ce que vous recherchez.

 

Vous cherchez un « ingénieur logiciel », mais ne recevez que des candidatures d’« ingénieurs électroniques » et d’« ingénieurs mécaniques ».

 

Le problème ne vient pas seulement du mot clé utilisé, mais aussi du type de correspondance choisi.

 

 

Google AdWords propose trois types de correspondance :

 

 

  1. Requête large : L’annonce est susceptible d’être déclenchée par la plupart des recherches en lien avec votre mot clé.
  2. Expression exacte : L’annonce est déclenchée lorsque votre mot clé est utilisé avec des mots avant ou après.
  3. Mot clé exact : L’annonce n’est déclenchée que lorsque votre mot clé exact est recherché.

 

La requête large vous permettra d’atteindre la plus large audience possible, tandis que la correspondance exacte ciblera le plus petit groupe d’utilisateurs.

 

Il ne s’agira pas d’en choisir exclusivement un, mais bien d’utiliser les trois de manière stratégique pour optimiser votre budget. Avec une trop petite audience, vous ne gagnerez jamais en visibilité. À l’inverse, vous gaspillerez votre argent pour des clics et des vues inutiles, car le degré de correspondance entre votre publicité et la recherche d’un utilisateur sera trop faible.

 

 

Voici la syntaxe idéale pour chaque type de correspondance de recherche :

 

 

  1. Requête large : +ingénieur+informatique
  2. Expression exacte : “ingénieur informatique”
  3. Mot clé exact : [ingénieur informatique]

 

En associant ces trois types de correspondances, vous serez en mesure d’atteindre un public à la fois large, mais aussi ciblé.

 

Il s’agit là d’un élément fondamental de la publicité avec AdWords, car vous enchérissez sur des mots clés tout en payant pour les termes qui seront tapés par les utilisateurs dans la barre de recherche de Google.

 

Si vous avez survolé cette étape lors de la création de votre annonce, vous vous retrouverez avec des résultats peu probants (mais tout de même cohérents) qui ne se traduiront par aucune conversion.

 

Dans la section « Mots clés », vous pouvez consulter les rapports liés aux Termes de recherche. Ils recensent tous les termes pour lesquels vous payez.

 

 

Supprimer un mot clé

 

 

Toutefois, il est possible que vous ne soyez pas satisfaits par ces mots clés, qui peuvent parfois s’avérer inadaptés à vos campagnes.

 

Vous pourrez alors les exclure en les signalant comme mots clés négatifs.

 

En procédant ainsi, vous demandez à Google de ne plus jamais associer vos annonces à ces mots clés.

 

Après quelques semaines à exclure ces termes négatifs, vous serez en mesure de filtrer automatiquement les recherches les plus pertinentes pour un impact maximal.

 

Ce n’est qu’alors que vous constaterez une hausse de votre ROI, proportionnelle au degré d’adéquation entre vos publicités et les recherches des utilisateurs.

 

Nous avons vu comment définir votre budget et vos mots clés, mais ce n’est pas tout. Pour une campagne réussie, vous devrez savoir contre qui vous enchérissez, afin de déterminer les montants que vous allez payer.

 

 

Étape 3 : Connaître ses concurrents

 

 

Une bonne connaissance de votre concurrence vous permettra de savoir s’il sera facile de monter dans les classements.

 

Pour rappel, AdWords prend en compte la qualité de vos annonces et de votre site. En surveillant les sites et publicités des autres entreprises en lice, vous pourrez déterminer le niveau de qualité nécessaire pour vous assurer un classement décent.

 

Ce n’est ni plus ni moins que de la veille commerciale.

 

 

Rendez-vous sur Spyfu.com et saisissez-y votre mot clé.

 

 

Vous verrez alors le CTR correspondant, ainsi que le nombre d’entreprises qui ont utilisé ce mot clé au cours des 3 derniers mois.

 

Vous y trouverez également les mots clés qui présentent de bonnes performances dans AdWords pour un secteur donné.

 

Si vous cliquez sur « Advertiser history »,vous aurez accès aux publicités utilisées par vos concurrents.

 

Attention : L’un des facteurs déterminants du score de qualité de Google est la présence de votre mot clé dans votre publicité.

 

Vous pouvez faire la même chose avec SEMrush. Vous obtiendrez les coûts moyens estimés pour chaque mot clé.

 

Toutefois ce site propose une autre fonctionnalité très intéressante, qui vous permet de rechercher directement un concurrent.

 

 

Où trouver les statistiques de vos concurrents

 

 

Tapez donc le nom de l’entreprise qui occupe la première place des annonces.

 

Vous aurez ainsi accès aux mots clés sur lesquels ils enchérissent, mais aussi aux volumes et aux coûts estimés.

 

À l’aide de tous ces outils, vous serez en mesure de mettre au jour toute la stratégie d’enchères de vos concurrents.

 

 

Tirez-en profit, et hissez-vous sur le podium.

 

 

Nous en avons maintenant fini avec les fondamentaux d’AdWords, vous devriez normalement comprendre comment ces enchères déterminent le prix que vous allez payer, les différentes stratégies d’enchères, et comment bien choisir ses mots clés en fonction des différents types de correspondances.

 

Il nous reste tout de même quelques points à aborder avant de passer à la création de votre campagne.

 

 

Étape 4 : La Landing Page

 

 

N’oubliez pas que vous investissez des sommes plus ou moins importantes dans le but de générer du trafic sur votre site internet.

 

Google se chargera de convertir les sommes que vous lui versez chaque jour en clics ou en vues.

 

Toutefois, c’est à vous de convertir tout ce trafic et toutes ces intentions en actions concrètes.

 

 

Landing page et conversion

 

 

Si la page associée à votre annonce n’est pas à la hauteur des attentes des utilisateurs, non seulement vous aurez perdu de l’argent, car vous ne réaliserez que peu de conversion, mais votre score de qualité en pâtira également, et vous dégringolerez dans les classements de Google.

 

Certaines entreprises consacrent des budgets bien trop petits pour convertir un trafic pour lequel ils ont dépensé des sommes astronomiques.

 

 

Une fois les utilisateurs sur votre site, seriez-vous prêts à payer la même somme pour vous assurer une conversion ?

 

 

La réponse est oui.

 

Tout doit être mis en place sur votre site pour convertir vos impressions, et ce avant de commencer toute campagne publicitaire. Si, grâce à une annonce AdWords, votre site reçoit 1 000 visiteurs et que votre taux de conversion est de 1 %, vous réaliserez 1 000 € de chiffre d’affaires en vendant un produit à 100 €. En passant à 2 %, vous doublez ce résultat et serez en mesure d’investir un capital plus important dans vos campagnes.

 

Google AdWords peut être votre sésame pour un cercle vertueux, mais votre page d’accueil doit entraîner des conversions.

 

 

Optimiser sa page de destination

 

 

Voici les quatre principaux points à respecter pour une Landing page optimisée :

 

 

  • Un design simple. Ce n’est pas la peine d’insérer des vidéos, des animations et des objets graphiques mobiles qui chargent lentement et qui entravent la navigation.
  • Il vous faut un titre simple et accrocheur bien visible, car c’est la première chose que verront les utilisateurs.
  • N’écrivez pas quelque chose de trop technique ou trop pompeux que les utilisateurs ne comprennent pas, optez plutôt pour une formulation plus télégraphique, qui décrit très exactement votre offre.
  • Structurez votre contenu à l’aide de listes à puces et autres procédés de mise en page, tout en restant sobre. Une page bien organisée permet à l’utilisateur de bien saisir le message au premier coup d’œil.
 

 

Prenons un exemple de page d’accueil bien conçue. https://www.strikingly.com/ 

 

 

https://www.strikingly.com/

 

 

Le design général est simple, le titre est simple et mis en avant, les informations sont claires et structurées.

 

Prenons maintenant l’exemple de Codeacademy. Leur page d’accueil énonce clairement ce qu’ils vous proposent.

 

 

www.codecademy.com

 

 

La conception de cette page est axée sur la conversion, les utilisateurs s’y attardent, car ils ont envie d’en savoir plus et finissent par s’inscrire.

 

Hiten et ProfitWell ont mené une étude jointe visant à analyser les différences entre les « bonnes » et les « mauvaises » pages de tarification.

 

Plus précisément, les pages combinant « plus d’informations » et « plus d’actions » attirent les utilisateurs les plus confiants, qui seront plus enclins à poursuivre avec votre entreprise.

 

Un mauvais ratio « informations/actions » et vos visiteurs se sentiront intimidés, découragés, voire distraits. Dans tous ces cas de figure, ils n’achèteront pas.

 

 

balance information / action

 

 

Leur étude a classé la page « Tarifs » de Zendesk dans la catégorie des mauvais exemples.

 

 

On voit clairement que l’information y est trop dense et difficilement compréhensible.

 

 

 

trop d'information

 

 

Comparons-la maintenant avec la page de Campaign Monitor.

 

 

price page

 

 

En apparence, la mise en page est similaire.

 

La grande différence réside dans la présentation visuelle de l’information. Vous l’aurez compris, le design est la clé.

 

 

Le contenu

 

 

La création de contenu est une discipline à part entière, qui demande du temps et un savoir-faire certain.

 

 

Voici donc comment écrire un « pitch » en toute simplicité :

 

 

  • Problème : Vous pouvez gagner beaucoup d’argent grâce à AdWords. Mais c’est un outil complexe qui demande du temps.
  • Retournez le problème : Si vous ne vous en servez pas correctement, vous perdrez à la fois du temps et de l’argent.
  • Solution : À l’aide de ce guide, vous apprendrez tout ce qu’il faut savoir et éviterez les pièges.

 

Ce schéma de réflexion vous permet de bien garder en tête les sujets auxquels l’utilisateur est sensible, mais aussi de vous garantir une bonne adéquation entre page d’accueil, mot clé et terme de recherche.

 

N’oubliez pas que le score de qualité d’AdWords définit la cohérence de votre Landing page par rapport aux recherches des utilisateurs, elle doit correspondre aux mots clés que vous avez choisis.

 

 

Et qui dit plusieurs mots clés, dit plusieurs Landing Page.

 

 

Si vous avez déjà un web designer sous la main, le tour est joué. Autrement, faites appel à des entreprises en ligne qui proposent de créer des Landing pages pour vous.

 

 

Concevoir une Landing Page

 

 

Unbounce est un site qui propose de nombreux modèles de pages d’accueil, clés en main, que vous n’aurez pas à créer ni à héberger.

 

Leur outil de création est basé sur un système « drag-and-drop » aux possibilités illimitées, vous pourrez donc agencer les différents composants de votre Landing page sans avoir à écrire la moindre ligne de code.

 

Vous vous épargnez donc la création d’une page web pour chaque campagne AdWords, comme il fallait le faire auparavant.

 

Si Unbounce ne vous convient pas, vous pouvez également utiliser Instapage ou LeadPage, qui sont des outils similaires. Ils proposent tous deux des templates personnalisables, pour créer une Landing Page en quelques minutes.

 

 

Mais ce n’est pas fini.

 

 

Une fois votre template choisi, votre page créée et mise en ligne, et votre campagne active, vous devriez générer un trafic plus important.

 

Mais qui dit trafic ne dit pas nécessairement conversions.

 

Alors, comment faire pour que vos visiteurs décident d’acheter ?

 

 

Canaliser le comportement des utilisateurs

 

 

Penchons-nous sur le comportement des utilisateurs. Hotjar est un outil qui vous révèle ce qu’il se passe sur votre site, ce que font les utilisateurs, les endroits auxquels ils cliquent, et bien d’autres données cruciales pour une page optimisée.

 

Grâce à des « Heatmaps », vous découvrirez jusqu’où ils font défiler la page, quelles sont les différences de comportement entre les utilisateurs provenant de Facebook et de Google, etc. 

 

En comprenant mieux la manière dont les internautes utilisent votre site, vous serez plus à même de déterminer ce qui fonctionne, et ce qu’il faut améliorer pour atteindre vos objectifs.

 

La plupart du temps, les problèmes d’inefficacité d’une page peuvent être réglés en déplaçant quelques éléments.

 

Maintenant que votre Landing Page est finalisée, il nous reste une dernière chose à faire pour que votre stratégie AdWords ne soit parfaitement en place.

 

 

Comprendre et interpréter ses données

 

 

Google Analytics est un outil pratique et efficace, mais il ne vous donne que le nombre brut de conversions réalisées. C’est pourquoi vous devrez faire appel à un autre outil, tel que Kissmetrics, pour extraire le maximum de données possibles concernant l’activité de votre site et de vos campagnes publicitaires.

 

Si vos campagnes AdWords vous coûtent plusieurs milliers d’euros tous les mois, il est indispensable de savoir lesquelles attirent le plus d’acheteurs.

 

La campagne A génère 10 leads. La campagne B n’en génère que 5. Mais ces données n’importent que peu. Il faut prendre en compte la part de ces personnes qui achètent.

 

Si la campagne A n’entraîne que 2 ventes, et la campagne B, vous en rapporte 3, alors elle sera bien plus rentable.

 

Vous devrez mener vos campagnes jusqu’au bout pour pouvoir distinguer les publicités réellement rentables de celles qui ne génèrent que des impressions.

 

Cette parenthèse vous a permis de créer une Landing page efficace, qui contient toutes les informations nécessaires aux utilisateurs, de manière simple et organisée.

 

Vous êtes maintenant en mesure d’éditer cette page pour qu’elle soit en adéquation avec le comportement des utilisateurs.

 

Il est désormais temps de revenir à la création de notre campagne publicitaire.

 

 

Étape 5 : Création de votre première campagne AdWords

 

 

Un peu plus tôt, nous avons défini un budget quotidien. Maintenant, passons à 5 € par jour pour comprendre comment tout cela fonctionne.

 

La prochaine étape consiste à savoir où se trouvent physiquement nos consommateurs.

 

Si vous ne souhaitez viser que la France, indiquez-le dans la Zone géographique de votre campagne.

 

Dans les réseaux, cochez uniquement le Réseau de recherche. Votre publicité doit apparaître uniquement dans les résultats de recherches Google sur ordinateur, et non sur d’autres sites de votre secteur.

 

Ensuite, saisissez votre mot clé. Ne prêtez pas attention aux recommandations de Google, vous pourrez en ajouter d’autres plus tard. Placez maintenant une enchère à 2,50 €.

 

 

Récapitulons ce que nous sommes en train de faire.

 

 

Nous sommes en train de créer une campagne qui englobera toutes nos publicités. Au niveau inférieur, on trouve les Groupes d’annonces. Encore en dessous, se trouvent les mots clés et les annonces.

 

 

 

 

Pour commencer, il est préférable de se cantonner à une seule campagne. Mais au fur et à mesure que vous avancez, vous serez amenés à en créer plusieurs. Chaque campagne peut regrouper différents groupes d’annonces. Et chacune de ces annonces peut ensuite comporter plusieurs mots clés et publicités.

 

 

Il est donc capital de bien structurer tous ces éléments.

 

 

Organiser son compte

 

 

Il existe différentes manières de structurer un compte AdWords, chaque professionnel a sa préférence, mais il n’y a pas de « meilleure méthode ». Nous allons donc voir les systèmes de classement les plus répandus, tous avec leurs avantages et leurs inconvénients.

 

 

Commençons par les types de correspondances.

 

 

Cette méthode consiste à créer une campagne pour les requêtes larges, une campagne pour les expressions exactes, et une pour les mots clés exacts.

 

Ce système permet de mettre en exergue les performances de vos mots clés exacts afin de pouvoir ajuster vos budgets plus rapidement en fonction des résultats.

 

Le revers de la médaille, c’est que ces campagnes ont tendance à rapidement grandir et se complexifier. Si vous comptez faire la promotion d’un vaste catalogue, ne vous orientez pas vers cette méthode.

 

 

Choisissez plutôt de centrer vos campagnes sur votre marque, vos produits, etc.

 

 

Du bon côté des choses, l’organisation est simplifiée et vous pourrez rapidement consacrer du temps et de l’argent à un produit ou un service que vous voulez lancer.

 

Il vous sera toutefois plus difficile d’isoler les performances de chaque mot clé.

 

Et enfin, les groupes d’annonces d’un seul mot clé (ou Single Keyword Ad Group). C’est une méthode particulière, car elle consiste à créer des groupes d’annonces différents pour chaque mot clé.

 

Si vous souhaitez employer une grande quantité de mots clés, la charge de travail sera proportionnelle à leur nombre. Ce système a toutefois ses avantages.

 

 

Les avantages de la methode SKAG sont :

 

 

  • Garantie d’un bon score de qualité
  • Les publicités deviennent hautement ciblées pour un mot clé unique
  •  Vous disposez d’un meilleur contrôle général

 

 

L’inconvénient :

 

 

C’est que vous devez avoir choisi les mots clés à cibler en amont de la campagne. Votre marge de manœuvre en est donc réduite, et ne pourrez pas y aller à tâtons.

 

Ces trois méthodes ont été testées et approuvées, vous n’avez plus qu’à choisir celle qui correspond le mieux à votre manière de faire.

 

Toutefois, orientez-vous vers une méthode cohérente avec votre stratégie de marketing globale.

 

 

Cas pratique

 

 

Prenons les recherches Google suivantes :

 

 

    1. Paris
    2. Restaurant Paris
    3. Hôtel Paris

     

 

  1. Elles sont à la fois toutes liées et différentes. L’intention change.

     

    Ici, la première recherche a été effectuée par un utilisateur qui s’intéresse de quelconque manière à la ville. Il envisage peut-être la ville pour des vacances ou un weekend, mais rien n’indique qu’il est prêt à débourser le moindre centime.

     

    La seconde recherche montre que l’utilisateur est déjà sur le lieu recherché, mais qu’il pondère encore les options disponibles. Il est très probablement à paris, mais rien n’indique qu’il a déjà réservé un hôtel. Il cherche peut-être encore.

     

    La dernière requête est celle d’un utilisateur prêt à acheter. Il compare les prix des hôtels avant d’en choisir un.

     

    Les mots clés que vous choisirez pour ces trois types d’utilisateurs sont très différents les uns des autres. Il en va de même pour les publicités que vous leur présenterez.

 

 

Une fois de plus, tout dépendra de votre activité.

 

 

Vous disposez peut-être d’un budget limité et souhaitez mettre en place une campagne plus agressive pour attirer les consommateurs prêts à payer.

 

Ou alors vous souhaitez influencer les gens le plus tôt possible dans leurs prises de décision pour abaisser votre « Coût par lead ».

 

Quoi qu’il en soit, vous devrez réfléchir à la manière de structurer ces campagnes AdWords et quels types d’utilisateurs vous allez cibler avant de vous lancer dans la création de votre annonce.

 

Ce qui nous amène à la prochaine étape.

 

Nous avons désormais en notre possession tous les éléments, à l’exception de l’annonce publicitaire.

 

 

Étape 6 : La création de votre première annonce

 

 

Les ingrédients d’une annonce Google réussie

 

 

Soyez brefs. Soyez précis. Le nombre de caractères est très limité, alors réfléchissez bien.

 

Si vous disposez d’une « Unique Value Proposition », c’est le parfait endroit pour la placer. Il s’agit d’une phrase qui résume ce qu’apporte votre produit à vos clients.

 

 

Prenez le temps de réfléchir à votre avantage comparatif. Que proposez-vous que vos concurrents n’aient pas ?

 

 

C’est là-dessus qu’il faut capitaliser.

 

N’essayez pas de rédiger un texte original ou trop compliqué. Contentez-vous d’imiter les formulations qui marchent.

 

MarketingExperiments.com a récemment conduit une étude qui a prouvé qu’utiliser la même phrase d’accroche (à quelques différences près) pour votre publicité et votre Landing page permettait de générer 150 % de leads supplémentaires.

 

Une autre enquête a montré qu’intégrer des chiffres à la description entraînait une hausse de 217 % du CTR, qui s’accompagne de 23 % de conversions en plus.

 

En d’autres termes, il y a bel et bien des règles à suivre, des formulations à reprendre. Quand quelqu’un recherche « Livraison pizza »c’est qu’il cherche généralement à se faire livrer des pizzas.

 

 

Techniques de rédaction

 

 

Faites en sorte d’attirer leur attention lorsque vous rédigez votre annonce. Faites-leur une proposition de valeur. Ne cherchez pas à révolutionner le webmarketing, restez simples, ou bien vos conversions risquent d’en pâtir.

 

Incitez les utilisateurs à effectuer l’action souhaitée, et le moyen le plus simple est souvent de leur dire « cliquez ici ». Sans quoi, votre taux de clic ne sera peut-être pas à la hauteur de vos attentes.

 

Pour booster votre Call-to-action, utilisez des mots déclencheurs qui « forcent » les utilisateurs à cliquer. La crainte sera parfois votre alliée, mais cela peut tout aussi bien vous jouer des tours.

 

Outbrain a mené une étude qui a révélé que les descriptions négatives (axées sur les menaces ou les erreurs) affichaient des taux de clics 69 % plus importants que les annonces comportant des formulations positives.

 

 

 

 

Une « perte d’argent » est donc un concept plus stimulant que « réaliser des économies ». Plutôt que d’écrire « 5 astuces pour économiser de l’argent », optez pour un slogan type : « Évitez ces 5 erreurs qui vous font perdre de l’argent ».

 

On dit souvent que la curiosité est un vilain défaut, mais ici. Il s’agit clairement d’un avantage qu’il vous faudra exploiter. En piquant leur curiosité, en leur montrant une petite partie de quelque chose, ou en leur posant une question sans leur donner la réponse immédiatement, vous créez une sorte de « vide » dans l’esprit des utilisateurs, et ils chercheront à le combler à tout prix.

 

 

Cas pratique

 

 

Voici un mauvais exemple duquel tirer des enseignements.

 

Cette annonce apparaît lorsqu’on recherche le mot clé « assurance expat pas cher ».

 

 

assurance expat pas cher

 

 

Ils n’incluent pas le mot clé correctement dans le texte de la publicité, mais en plus il n’y a aucune invitation à réaliser une action.

 

Seuls sont indiqués les différents produits et leurs années d’expérience.

 

Ces informations factuelles n’apportent rien, je n’ai donc aucune raison de cliquer.

 

L’URL de votre page de destination joue également un rôle déterminant. Vous pouvez y écrire ce que vous voulez, mais le nom de domaine indiqué doit être le même que celui de votre page de destination.

 

 

Veillez à bien y intégrer votre mot clé, pour encore plus de visibilité.

 

 

Vous pouvez maintenant passer à la création de votre annonce.

 

Si l’URL de votre page est « hmvcourtage.com », vous devez absolument l’afficher.

 

Astuce : Supprimez le « http:// » ou le « www » de votre URL à afficher pour gagner des caractères.

 

Que dire de plus ? Il n’y a pas de point d’exclamation, car Google ne les aime pas vraiment, mais c’est tout de même une bonne invitation à réaliser une action.

 

 

Étape 7 : Régler les derniers détails

 

 

Vous vous trouvez maintenant face au tableau de bord pour la première fois. Commencez par mettre en veille votre campagne AdWords.

 

Si vous cliquez dessus, vous verrez que Google y a automatiquement créé un groupe d’annonce. Étant donné que nous ne disposons que d’une seule publicité, ce groupe d’annonce n’a pas d’importance.

 

Il vous sera toutefois utile lorsque vous commencerez à gérer de plus vastes campagnes avec différents mots clés. Vous devrez alors les diviser en plusieurs groupes d’annonces pour en faciliter la gestion.

 

 

groupe d'annonce adwords

 

 

Si vous cliquez ici, vous accéderez à votre annonce, où vous pourrez voir votre annonce.

 

 

ensemble des mots clef

 

 

Cliquez sur votre mot clé et sélectionnez « Expression exacte ».

 

 

exact match

 

 

Par défaut, il est réglé sur « Requête large ». Le problème, c’est que ce n’est pas assez ciblé.

 

Si un utilisateur tape « assurance expat haut de gamme », ils ne cherchent pas à acheter des briques à bas prix, mais votre publicité risque d’apparaître.

 

Les Mots clés exacts risquent de s’avérer trop ciblés, car la seule expression tolérée sera «assurance expat pas cher ».

 

La plupart du temps, l’Expression exacte est la meilleure option, car elle doit contenir exactement votre mot clé, mais tolère d’autres termes avant et après celui-ci.

 

Si les utilisateurs recherchent « ou acheter assurance expat pas cher», votre publicité apparaitra.

 

Il ne vous reste plus qu’une dernière chose à faire.

 

 

Étape 8 : Configurer le suivi des conversions

 

 

Tout le travail que vous avez fait jusqu’à présent n’aura servi à rien sans conversions.

 

Vous devez donc être en mesure de tout savoir sur vos conversions, à tout moment.

 

 

Pour cela, Google utilise un « snippet », ou « balise » en français.

 

 

Il s’agit de quelques lignes de code qu’il vous faudra intégrer à la page web à laquelle les utilisateurs accèdent après avoir acheté un produit sur votre site.

 

Ce microprogramme avertira AdWords chaque fois qu’un achat est réalisé par un utilisateur qui a cliqué sur votre publicité.

 

Pour le configurer, cliquez sur l’icône Outil, puis sélectionnez Conversions.

 

 

conversion suivie google adwords

 

 

Cliquez sur « + ».

 

 

cliquez sur +

 

 

Ensuite, cliquez sur Site Web.

 

 

conversion website

 

Remplissez les champs qui s’affichent ensuite.

 

Cliquez sur Créer et continuer.

 

À présent, copiez la balise de conversion puis collez-la entre les balises <body> et </body> du code HTML de la page de confirmation d’achat de votre site.

 

 

C’est terminé.

 

 

L’état du statut de votre conversion affiche normalement « Non vérifié », mais il devrait s’actualiser au bout de quelques heures.

 

Vous pouvez à présent retourner dans l’onglet Campagnes et lancer votre campagne.

 

Mais que faire si vous êtes une entreprise qui repose essentiellement sur des leads ?

 

Le Call Intelligence Index d’Invoca a prouvé que 70 % des 30 millions d’appels téléphoniques étudiés ont été initiés par un canal numérique. Les appels sont un excellent outil de conversion.

 

Les taux de conversion moyens en ligne oscillent entre 1 et 2 %, tandis que ceux des appels téléphoniques varient entre 30 et 50 %, selon Invoca.

 
 

Pourquoi ne pas essayer ?

 

 

Ajouter un numéro de téléphone

 

 

La première chose à faire est d’installer une extension d’appel. Elle vous permettra d’ajouter un numéro de téléphone ou un bouton d’appel à votre annonce.

 

 

ajouter un numero de telephone

 

 

Chaque nouvel appel reçu sera enregistré comme conversion par AdWords, afin que vous sachiez quelle campagne a généré chaque appel.

 

Mais tout le monde n’appellera pas directement au numéro affiché dans votre publicité. Il est possible que les utilisateurs se rendent sur votre site et y passent quelques minutes avant d’appeler.

 

Vous perdrez alors la trace de cet utilisateur et ne serez pas en mesure de savoir quelle publicité a entraîné cet appel.

 
 

Pour remédier à ce problème, vous pouvez utiliser des outils tels que CallRail pour assurer le suivi de ces utilisateurs.

 

 

Vous aurez simplement à copier-coller un script dans le code de votre site, comme vous venez de le faire pour les conversions.

 

Il ne vous reste plus qu’à régler le numéro de téléphone de votre site sur « Swap target ».

 

Un nouveau numéro de téléphone sera ainsi attribué à chaque visiteur pour la durée de son séjour sur votre site.

 

Vous saurez donc systématiquement quelle annonce est à l’origine du lead.

 

 

Créer une campagne de comparaison

 

 

Google va d’abord évaluer votre annonce avant de la diffuser dans son moteur de recherche. Ce n’est donc pas la peine de créer de nombreuses publicités d’emblée.

 

Vous recevrez ensuite un e-mail de confirmation vous avertissant que votre publicité a bien été approuvée (dans les 24 h). Ce n’est qu’alors que vous pourrez créer de nouvelles publicités en copiant votre première annonce.

 

Ainsi, vous n’aurez pas à attendre de nouveau la validation de Google. Rendez-vous dans l’onglet Annonces.

 

Cochez la case de votre annonce, cliquez sur Modifier, puis sur Copier.

 

Répétez l’opération en cliquant sur Coller, cette fois.

 

Cochez les deux cases et cliquez sur Coller.

 

Vous pouvez à présent modifier votre nouvelle annonce. Éditez-en le titre ou la description.

 
 

Pour obtenir des résultats probants, vous devrez toujours comparer vos publicités.

 

 

Si vous n’avez qu’une annonce active, qui fournit de mauvais résultats, vous ne pourrez pas savoir ce qui ne va pas, car vous agissez dans l’absolu.

 

C’est pour cette raison que vous devez créer une deuxième publicité une fois que la première a été validée.

 

Vous venez créer votre première campagne AdWords.

 

Il faut désormais l’entretenir.

 

 

Étape 9 : Maintenance de votre compte

 

 

Votre compte est désormais opérationnel.

 

Au cours des prochaines semaines, vous commencerez à obtenir des résultats. En attendant, vous n’aurez pas grand-chose à faire.

 

Mais il y a tout de même des petites opérations de maintenance à réaliser avant de commencer à compter toutes vos ventes.

 

 

Surveiller l’état de santé de vos campagnes

 

 

La fréquence du suivi dépendra de la taille de votre compte. Pour les plus petits, une vérification mensuelle suffira. Tandis que pour les plus grands, vous devrez vous en occuper toutes les semaines.

 

Si quelque chose ne va pas, vous devrez remédier rapidement au problème afin de minimiser les dépenses inutiles.

 

 

Commencez par ouvrir le rapport des termes de recherche. Vous devrez le consulter régulièrement et y réaliser les actions suivantes :

 

 

  1. Identifier les nouveaux mots clés potentiels à ajouter à vos campagnes en cours, ou bien
  2. Identifier les mots cléss hors sujets que vous devrez ajouter à votre liste de mots négatifs pour qu’ils n’apparaissent plus.

 

L’objectif est de transformer les mauvais investissements en bons. Pour bien faire, vous devrez éliminer les pertes et réaffecter les budgets concernés aux campagnes qui fonctionnent. Vous finirez par avoir une idée claire de la rentabilité de chaque mot clé.

 

 

Vérifier la position de vos publicités

 

 

Si vous êtes systématiquement en première position, vous pourrez légèrement réduire vos budgets pour faire descendre votre Coût par lead.

 

À l’inverse, si vous stagnez en 3e ou 4e position, vous ne recevez probablement que peu de clics. Augmentez alors vos enchères petit à petit pour tenter d’atteindre les deux premières places, mais attention à ne pas trop dépenser.

 

 

Créer plus de publicités

 

 

Idéalement, vos annonces doivent présenter des CTR d’environ 8 %.

 

Vous devrez donc tester plusieurs variations de vos mots clés ou de vos groupes d’annonces afin de trouver la publicité la plus performante.

 

N’hésitez pas à mettre en veille les campagnes les moins efficaces. Idéalement, vous devriez avoir des annonces qui changent régulièrement pour tester différentes versions. Éliminez rapidement les outsiders et pariez sur les annonces avec les meilleurs résultats.

 

Vous pouvez également essayer de nouvelles extensions d’annonces afin d’améliorer les performances de publicité déjà existantes (avec un numéro de téléphone, par exemple).

 
 

Après avoir amélioré vos annonces, passez maintenant aux zones géographiques et aux moments de la journée.

 

 

Commencez par identifier les zones les moins performantes ? Réorientez votre budget vers celles qui se portent le mieux.

 

Idem pour les jours et les moments de la journée. Quels jours et à quelles heures vos annonces sont-elles inefficaces ?

 

Inutile de créer des graphiques infiniment complexes pour savoir comment se portent vos campagnes, il suffit de savoir où regarder.

 

 

Conclusion

 

 

Une fois votre seconde publicité activée, levez-vous et faites autre chose. N’attendez surtout pas qu’il se passe quelque chose, vous risquez d’attendre longtemps.

 

Encore une fois, AdWords est un outil qui requiert de la patience, revenez donc demain. Ce n’est qu’alors que vous pourrez créer plus de publicités et des groupes d’annonces.

 

 

N’oubliez surtout pas : tout ceci est inutile sans conversions.

 

 

Si vous arrivez à savoir quelles annonces ont les meilleurs CTR, félicitations. Mais sans conversions, vous ne gagnerez pas d’argent.

 

Les premiers résultats probants ne se manifesteront peut-être que dans un mois. Effectuez simplement un suivi régulier de vos publicités, analysez les données des 10 jours à venir, évaluez-les, désactivez les campagnes infructueuses, rajoutez des mots clés et misez plus sur ce qui marche.