Startup

La French Tech, tout ce qu’il faut savoir!

La French Tech est le surnom de l’écosystème des startups françaises et de tous ceux qui le composent – des biosciences aux marketplaces en ligne – d’où qu’ils viennent, en France et à l’international.

C’est une initiative lancée en 2013 par le ministère de l’économie et la secrétaire d’état Fleur Pellerin avec l’ambition de soutenir et de promouvoir les communautés françaises de startups et d’entrepreneurs en Europe et à travers le monde.

L’objectif est d’accompagner l’ensemble des acteurs de la croissance et de la promotion internationale des startups françaises : entrepreneurs, investisseurs, ingénieurs, designers, développeurs, entreprises, centres de R&D, agences gouvernementales, incubateurs, espaces de co-working et autres personnes de talent.

La mission French Tech vise à accélérer le développement des entreprises françaises évoluant dans le secteur numérique. L’idée est de les soutenir afin d’en faire des champions.

La French Tech vise également à donner une identité visuelle commune forte aux startups françaises, ainsi qu’à favoriser l’échange entre elles. L’espace French Tech Central, hébergé à la station F à Paris, constitue le premier espace de co-working inter-administrations français destiné aux entrepreneurs de la nouvelle économie.

La French Tech est également un label français attribué à des pôles métropolitains reconnus pour leur écosystème de startups, ainsi qu’une marque commune utilisable par les entreprises innovantes françaises. Neuf villes françaises à savoir Lille, Lyon, Grenoble, Aix-Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Rennes ont reçu le label French Tech en novembre 2014 lors d’une première vague de labellisation.

Les métropoles French Tech labellisés se caractérisent par :

 Un écosystème numérique présentant une taille critique et un certain dynamisme remarquable, associant en particulier un ensemble conséquent d’entreprises de croissance.

 Un réseau d’acteurs publics et privés coordonné, efficace, et fortement mobilisé pour les startups et les entreprises de croissance du territoire.

 Un portefeuille de programmes d’accélération d’entreprises numériques portés par les acteurs privés.

 Un environnement urbain favorable, lisible et attractif développé par les collectivités (des espaces géographiques identifiés, des aménagements dont au moins un bâtiment emblématique, des infrastructures, des services, etc.).

 Des espaces d’expérimentation et de démonstration.

Les startup françaises peuvent également bénéficier du label French Tech. Parmi les startup labellisées, on peut citer Wizbii, Activus Group, Carjoy, Confqual SAS, Voodoo, Ketchapp ou encore Gameloft. Les français Voodoo, Ketchapp et Gameloft étaient parmi le top 6 des éditeurs numériques mobiles les plus vendus sur Google Play en 2018.

Le dernier volet de l’initiative French Tech porte sur le rayonnement des nationaux et l’attractivité de la France à l’international. Si le premier axe vise la croissance intérieure en aidant les jeunes pousses françaises, le deuxième veut développer la croissance extérieure. Le gouvernement souhaite ainsi attirer des talents, des investisseurs et des projets entrepreneuriaux étrangers.

En janvier 2015, un budget de 15 millions d’euros avait été attribué pour permettre le développement de la French Tech à l’international et la mise en place des French Tech Hubs dans les grandes métropoles internationales telles que Tokyo, New York, San Francisco, Londres, Tel Aviv et Sao Paulo.

En 2016, la French Tech a continué son expansion à l’étranger, notamment aux États-Unis, où des entreprises labellisées French Tech faisaient partie de la plus grande délégation étrangère au Consumer Electronics Show 2016 de Las Vegas notamment pour les objets connectés.

En juillet 2017, la mission French Tech s’est installée dans un espace de 1 000 m2 au sein de l’incubateur Station F de Xavier Niel. Cet espace accueille un ensemble de 30 administrations destinées à apporter une réponse complète aux besoins des startuppers.

Cette offre de service a été complétée de différentes innovations publiques créées par les administrations dans le cadre d’un appel à projets lancé au titre du Programme d’Investissements d’Avenir dont notamment la bourse French Tech.

Récemment Mounir Mahjoubi secrétaire d’état au numérique du gouvernement Macron a annoncé que la stratégie French Tech allait se recentrer sur les scale-ups, la tech for good et la mixité sociale. De plus il a également annoncé l’élargissement du French Tech visa. Mis en place par le gouvernement il y a près de deux ans sur un secteur économique restreint.

Le « French Tech Visa » est une procédure qui simplifie et accélère les formalités administratives en vue de l’obtention d’un titre de séjour pour les travailleurs étrangers recrutés par des entreprises françaises innovantes, ainsi que pour leurs familles.

A compter d’aujourd’hui, pour y prétendre, l’entreprise désirant embaucher un salarié étranger doit au préalable être reconnue comme innovante par le ministère de l’économie et des finances en répondant à au moins l’un des trois critères suivants :

 Avoir été bénéficiaire au cours des cinq dernières années d’un soutien public à l’innovation.

 Avoir une partie de son capital détenue par une entité ayant pour objet principal le financement ou l’investissement dans des entreprises innovantes.

 Avoir été accompagnée au cours des cinq dernières années par une structure d’accompagnement consacrée aux entreprises innovantes.

Les startup jugées innovantes pourront alors faire une demande en ligne sur le site lafrenchtech.com pour un « French Tech Visa » à condition que le contrat de travail du futur salarié soit en lien avec le projet de recherche et de développement de l’entreprise ou avec son développement économique, social, international ou environnemental. Le montant de la rémunération doit également être supérieur à deux SMIC annuels brut (36.509,28€). Une fois octroyé, le visa est valable pour une durée de quatre ans, renouvelable.

Le recrutement de profils hautement qualifiés, moteur d’innovation et de créativité pour les entreprises, est souvent crucial pour le développement des startup françaises de la Tech, souvent confrontées à une pénurie de talents.

Dans cette course, la France doit, par ailleurs, rivaliser avec une flopée de pays du monde entier et des grands groupes. La mise en place du « French Tech Visa », qui permet de faire venir des salariés étrangers en un temps considérablement réduit par rapport à la procédure standard présente donc un atout non négligeable pour les jeunes pousses en renforçant à la fois leur compétitivité et leur attractivité en dehors de l’Europe.

French Tech Ticket

Mais ce n’est pas tout, le gouvernement français est allé plus loin en développant le « French Tech Ticket ».

Lancé le 20 mai 2015, ce programme vise à attirer en France des entrepreneurs internationaux porteurs d’un projet entrepreneurial ambitieux, en création ou déjà créé.

L’objectif est simple selon Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat au numérique « il s’agit d’attirer les meilleurs talents en France pour qu’ils y créent de l’activité et des emplois, qu’ils participent du renforcement de l’attractivité du pays dans la compétition internationale, qu’ils contribuent à le conforter au premier rang des grandes nations innovantes. ».

Ce lancement du Paris French Tech Ticket s’est effectué dans la cadre d’une opération pilote en partenariat avec la Ville de Paris en 2015 pour tester le dispositif et il a été déployer ensuite dans les métropoles French Tech dès 2016.

Ce dispositif d’accueil comprend :

 Une procédure accélérée pour l’obtention d’un titre de séjour.

 Un prix de 12 500€ pour 6 mois.

 Un hébergement gratuit dans une structure d’accompagnement partenaire.

 Un programme d’animation dédié.

 Un « Help Desk » qui pourra assister les lauréats dans le cadre des formalités administratives.

 Une aide à l’installation personnelle avec le Paris Landing Pack.

 Des tarifs avantageux sur les vols Air France, l’octroi d’une carte de fidélité Gold et une visibilité pour la startup via Air France.

Pour être éligibles les startup qui souhaitent bénéficier du programme doivent répondre à certains critères:

 Le projet de startup doit être en création ou déjà créée, donc s’adresse à de jeune entreprise innovante, technologique ou non, à la recherche d’un modèle de croissance rapide (innovation de rupture et scalabilité) dans tous secteurs innovants : digital, medtech, biotech, fintech, etc.

 Pour les porteurs de projet ils doivent être de nationalité étrangère ou française à condition de faire équipe avec des étrangers (maximum un Français par équipe), être anglophones, être 2 à 3 personnes par projet, co-fondateurs ou actionnaires/directeurs de l’entreprise. Ils doivent également être installés en France et engagés à plein temps dans le programme pendant 6 mois minimum.

Pour les startup qui ne seraient pas éligibles, elle peuvent toujours intégrer les différents hubs de la French Tech.

La missions des « French Tech Hubs » est de réunir tous les entrepreneurs français et les startups françaises à l’étranger pour accélérer leur activité et leur donner de la visibilité. Ces dernières années, l’écosystème de startups français a fait preuve d’un fort dynamisme.

On peut identifier jusqu’à 13 Métropoles françaises French Tech Hubs, mais aussi à l’international. De nombreuses chambres de commerces internationales sont parties prenantes de ces hubs.

Ces « French Tech Hubs » ont pour mission de réunir tous les entrepreneurs français et les startups françaises à l’étranger pour accélérer leur activité et leur donner de la visibilité. Ils sont ouverts à tout professionnel de langue française vivant ou travaillant dans les pays où les hubs sont implantés et investi dans la vie des startups françaises.

L’ambition de ces French Tech Hubs est de structurer les communautés French Tech dans les grandes métropoles d’innovation en France dans le monde.

En octobre 2016, 10 nouveaux French Tech Hubs ont été labellisés :

Berlin, Dubaï, Los Angeles, Milan, Pékin, Sao Paulo, Shanghai, Shenzhen, Taïwan et Vietnam. Ils rejoignent le réseau préexistant constitué de : Abidjan, Barcelone, Hong-Kong, Israël, Le Cap, Londres, Montréal, Moscou, New York, San Francisco, Séoul et Tokyo.

Il y a donc désormais 22 French Tech Hubs, qui représentent près de 300 entrepreneurs-mentors, dont 50 entrepreneurs emblématiques de la French Tech et 1.000 startups.

« L’internationalisation des startups est un véritable enjeu, que nous avons souhaité accompagner, en mettant en place plusieurs dispositifs, dont les French Tech Hubs. J’ai vu la mobilisation et l’enthousiasme des écosystèmes lors de mes déplacements dans les hubs déjà labellisés comme Londres ou encore Abidjan et New York. Une fois de plus, la French Tech s’affirme avec ce réseau mondial, enrichi de 10 nouveaux hubs et représente aujourd’hui un outil incontournable au service du rayonnement de l’écosystème de startups français », a déclaré Axelle LEMAIRE.

La CCI de Grande Bretagne par exemple est l’un des membres fondateurs du FT Hub Londres aux cotés de l’Ambassade, de Business France et 3 autres acteurs privés : French Connect, French Digital, Frog Valley.

Les fondateurs du French Tech Hub Londres ont co-organisé 3 événements en 2016 dont la soirée de lancement en Avril en présence d’Emmanuel Macron, Ed Vaizey son équivalent britannique et Axelle Lemaire.

Plus récemment on peut citer la French Tech in the Alps qui incarne La French Tech sur le sillon Alpins et répond à travers son action à trois objectifs principaux :

 Fédérer les acteurs pour permettre aux startups d’accéder aux ressources dont elles ont besoin à proximité : accélérateur, Business Angel, collaborateur, client, etc.

 Accélérer : nous fournissons des outils qui permettent de favoriser l’émergence de startups et leur croissance en PME, ETI et Tech Champions ainsi que la croissance de toutes les entreprises (et des emplois) par ou pour le numérique.

 Rayonner : c’est à dire, localement, accroître la visibilité de l’écosystème numérique (via le label) mais également sur les réseaux sociaux.

Il y a également les Réseaux Thématiques, lancés en juillet 2016 et appelés « Réseaux Thématiques French Tech ». C’est une fédération de territoires de la scène Tech en France, incluant les Métropoles French Tech, qui travaillent tel un réseau d’affaires concret pour permettre aux startups de leur thématique tech de se développer en France et à l’international.

Ce n’est pas un nouveau label mais plutôt une déclinaison de la mobilisation collective tirée par les Métropoles French Tech. Ces Réseaux Thématiques French Tech désignent des acteurs régionaux et nationaux de l’écosystème des startups d’une thématique (Métropoles French Tech, écosystèmes de startups, associations nationales privées d’entrepreneurs) qui se fédèrent en se mettant en réseau et qui ont pour objectif la croissance des startups françaises de la thématique et de faire émerger parmi elles de grands leaders internationaux.

Ils ont une feuille de route d’actions pour développer leur écosystème thématique au niveau national et international, sur la base des différents outils mis en place par la French Tech.

Il existe 9 Réseaux Thématiques French Tech :

 HealthTech : BioTech, MedTech, e-santé

 IoT, Manufacturing

 EdTech, Entertainment

 CleanTech, Mobility

 FinTech

 Security, Privacy

 Retail

 FoodTech, AgTech

 Sports

Réseaux Thématiques French Tech

Enfin on peut citer comme autre composante le Pass French Tech, qui est un programme national d’accompagnement d’entreprises en hyper-croissance, dans les secteurs du Numérique, de l’Industrie et de la Santé. Ces entreprises sont reconnues pour leurs performances remarquables sur les marchés qu’elles adressent et connaissent une croissance continue et exceptionnelle.

« Nous sommes honorés de figurer parmi les lauréats du Pass French Tech, qui réunit les entreprises les plus prometteuses de l’écosystème tech français. Le réseau, ainsi que les partenaires que la French Tech met à notre disposition, représentent des atouts de taille dans le cadre de notre stratégie d’expansion. » Paulin Demethon, CEO de Drivy.

Pour accompagner ces entreprises dans leur hyper-croissance, les partenaires publics du programme (La French Tech, Bpifrance, DGE, Business France, INPI, AFPC, France Invest et UGAP) offrent de manière unique, prioritaire et accélérée des services premium spécifiques.

Le Pass French Tech est décliné dans les Métropoles French Tech, et porté localement par 14 opérateurs, qui se mobilisent pour accompagner ces entreprises. Ces acteurs participent au développement et à la croissance des entreprises, pour permettre à cette communauté d’entreprises d’excellence de rayonner à travers le monde.

Rédigé par

Partager

Découvrir plus d’articles