Startup

500 startups : un fonds d’investissement et incubateur premium

L’histoire de 500 startups

Ce fond d’investissement et incubateur américain fondé par Dave Mc Clure et Christine Tsai a récemment fêté ses 10 ans d’existence.

Spécialisée dans le capital-risque et l’incubation de start-up prometteuses, l’entreprise a réussi à s’imposer dans la Silicone Valley et elle possède dorénavant des bureaux dans plusieurs endroits de la planète, son siège social étant implanté à San Francisco.

Publicité sur YouTube Le guide complet

Débutant

Publicité sur YouTube Le guide complet

Publicité sur YouTube Le guide complet

Mais revenons un instant sur le profil et la personnalité des deux fondateurs qui ont commencé cette aventure ensemble, en 2010 exactement. Honneur aux dames, alors commençons par Christine Tsai, le PDG de l’entreprise californienne. Elle a fait ses gammes chez Google dans l’équipe de maintenance et de support technique pour le programme Google AdSense et a également participé au développement de You Tube après que la célèbre plateforme de vidéos en ligne ait été absorbée par le géant de Mountain View. Au niveau des études, Christine a obtenu une licence dans le domaine des sciences cognitives à l’université de Berkeley. Origine du Guam, une petite île américaine perdue au milieu du Pacifique, elle arrive à San Francisco à l’âge de 4 ans. Dans une interview qu’elle a récemment accordée à CNN, le boss de 500 Startups a formulé une réponse qui traduit assez bien son état d’esprit audacieux, lorsqu’un journaliste de la chaîne d’info américaine lui posa la question suivante : « Si vous pouviez donner un seul conseil à la jeune Christine Tsai lorsqu’elle avait 18 ans, que lui diriez-vous ? ». Réponse de Christine : « Je lui dirais que dans la vie, on n’obtient pas forcément ce qu’on mérite ; on obtient ce qu’on arrive à négocier. Alors il ne faut jamais avoir peur de demander quelque chose, car le pire qu’on puisse avoir en retour est non ».

Quant à Dave Mc Clure, c’est un entrepreneur et un investisseur providentiel réputé de la baie de San Francisco. Il est resté PDG de 500 Startups depuis la création de l’entreprise jusqu’en 2017. Né en 1966 dans l’état de Virginie-Occidentale, Dave a fait des études dans le domaine des mathématiques à l’université John Hopkins. Son expérience dans le domaine des nouvelles technologies est énorme, et il a notamment été consultant technologique pour Microsoft, mais également directeur marketing chez PayPal. Malheureusement pour lui, Mc Clure a dû quitter l’entreprise suite à un scandale sexuel.

Un incubateur qui a fait ses preuves

La mission première de 500 Startups, c’est de découvrir et d’accompagner les entrepreneurs les plus talentueux, d’où qu’ils viennent, pour faire en sorte que ces jeunes pousses puissent se développer sereinement dans un écosystème qui leur convient.

Depuis sa création, 500 Startups a investi dans plus de 2300 entreprises par le biais de ses 5 fonds globaux et ses 15 fonds thématiques.

Intégrer un des programmes d’incubation de 500 Startups comporte beaucoup d’avantages qui ont fait leurs preuves : premièrement, c’est la communauté. Tous les entrepreneurs savent qu’il est beaucoup plus difficile de démarrer un business tout seul dans son coin que d’être en compagnie de personnes ayant les mêmes ambitions et qui rencontre des problématiques similaires.

Ensuite, le programme concocté par 500 Startups est conçu et élaboré spécifiquement pour chaque start-up, en tenant compte de son degré de développement, de son secteur professionnel, et surtout de ses ambitions. Des experts sont là pour guider les entrepreneurs en herbe à chaque pas de leur progression. De plus, l’accélérateur californien permet aux start-up d’accéder à plus de 1800 fondateurs d’entreprises, plus de 200 mentors, sans compter les employés de 500 Startups. Ce réseau immense, fort d’une expérience incommensurable, est une aubaine pour les jeunes pousses.

Au niveau financier, chez 500 Startups, le deal est simple : la firme de San Francisco s’engage à investir la somme de 150K dollars en échange de 6 % des actions de la start-up en incubation. Et la participation au programme « 500 Seed » coûte 37 500 dollars.

Des programmes d’éducation recherchés

En dehors de ses cycles d’incubation, 500 Startups propose des séminaires qui ont pour ambition de former les entrepreneurs et les investisseurs providentiels de demain. Depuis 2015, la firme d’investissement de San Francisco partage son expérience et son savoir-faire avec qui souhaite percer les secrets de l’« investment business » de la Silicone Valley. Concrètement, 500 Startups met à disposition de ses étudiants des manuels remplis de stratégies et de situations de business vraisemblables qui contextualisent l’expérience que les jeunes hommes et femmes d’affaires doivent posséder, elle organise aussi des débats avec des professionnels et des séances de négociations plus vraies que nature. 500 startups travaille en collaboration avec certaines des plus grandes institutions éducatives de la planète, et il est par exemple possible d’assister à un séminaire de deux jours à Paris au sein de Station F, le plus grand campus de start-up en Europe, ou bien de se rendre à un atelier sur le thème de l’intelligence artificielle à l’université de Stanford.

Des résultats extraordinaires

La firme basée à San Francisco a participé au décollage de centaines de start-up à travers le monde, dont les plus en vue sont certainement Grab, Knotel, Ipsy, Twilio, The RealReal.

Et pour la deuxième année consécutive, elle a été désignée comme la société d’investissement de capital-risque la plus active des États-Unis, avec un total de 285 investissements pour l’année 2019, ce qui représente une augmentation de plus de 30 % par rapport à 2018. Fait intéressant, plus de la moitié des investissements réalisés par 500 Startups provient de l’extérieur des États-Unis, que ce soit d’Asie, de l’Amérique latine, ou du Moyen-Orient. Au total, l’entreprise comptabilise plus de 560 millions de dollars de capital engagé.

Mais quoi de mieux que de demander à un ancien utilisateur de l’incubateur basé à San Francisco son avis sur 500 Startups ? Prenons par exemple Milan Thakor, fondateur de la start-up « Unwind Me » et passé par les deux plus importants incubateurs de la Silicone Valley, Y Combinator et 500 Startups. Il a plus qu’apprécié son expérience dans les deux entreprises, mais pour lui, 500 Startups a une grosse longueur d’avance dans le domaine de la distribution, notamment. Selon le jeune entrepreneur, ce qui fait la force de 500 Startups, c’est qu’à partir du moment où vous avez un produit basique, mais de qualité, à vendre, ils vont tout faire pour que votre marchandise s’écoule, c’est-à-dire trouver des clients et des débouchés, ce qui est la base du business. L’autre chose qui a vraiment enchanté Milan, c’est l’esprit de communauté que l’on trouve chez 500 Startups. Les relations qu’il décrit entre les différents participants, les intervenants, et les employés ressemblent à celle d’une véritable famille. Support technique, mais également émotionnel, avis d’experts, entraide entre les différentes équipes d’incubation en même temps, voilà comment se passe la vie au QG de 500 Startups.

The start-up show must go on !

Malgré le coronavirus et ses effets dévastateurs sur certains pans de l’économie mondiale, l’incubateur de San Francisco ne chôme pas. En effet, 500 Startups Latam (pour « Amérique Latine ») a annoncé il y a peu de temps être officiellement à la recherche de 10 participants pour rejoindre son programme d’accélération d’une durée de quatre mois.

Comme l’explique René Lomelí, responsable du bureau de 500 Startups Latam basé à Mexico City, « Trouver et soutenir les entrepreneurs les plus talentueux de notre région pour créer des entreprises prospères a toujours été notre objectif, et cela n’a pas changé », a-t-il déclaré dans un communiqué. Lomelí a ajouté que « compte tenu de la situation actuelle, nous pensons que, plus que jamais, il est crucial que nous continuions à travailler en tant que fonds d’investissement pour atteindre cet objectif. Nous croyons au grand potentiel des start-up pour relever des défis comme ceux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, et nous sommes persuadés qu’elles représentent une opportunité de transformer notre région de manière positive ».

500 Startups est aussi en train de devenir plus flexibles concernant l’entrée des jeunes pousses dans les programmes d’incubation. Une nouvelle plateforme vient d’être élaborée, qui sera plus adaptée aux besoins et au timing de chaque participant. L’époque du « one-size-fits-all » (que l’on peut traduire par « approche uniforme ») est révolue, et dorénavant, c’est un contenu sur mesure que 500 Startups promet d’assurer.

Rédigé par

Partager

Découvrir plus d’articles