Rédigé par

Etienne Alcouffe

SEO : un Guide Complet pour vous Former Rapidement

juin 18, 2018

Le mot-clé « SEO » fait partie des termes les plus recherchés, avec 2 millions de requêtes quotidiennes uniquement sur Google.

 

Les sociétés du monde entier le savent, la visibilité d’un site en première page de Google sans avoir à utiliser le référencement payant (adwords) ouvre de nombreuses opportunités.

 

Pour certaines entreprises il est même capital de voir apparaître leurs sites en première page des résultats Google pour avoir un trafic régulier et faire de l’acquisition de clients potentiels.

 

Un bon référencement passe souvent par une étude approfondie du site (audit seo) qui aide les propriétaires à se remettre en question pour apporter des modifications aussi bien techniques que vis-à-vis du contenu. 

 

Chaque jour, plus de 2 millions d’articles sont publiés uniquement via WordPress, ce qui équivaut à environ 24 posts par seconde. Le temps que vous lisiez cette phrase, plus de 100 articles ont été mis en ligne.

 

Et il ne s’agit là que des publications WordPress !

 

Ça vous donne une idée du volume total de contenu créé chaque jour et on se retrouve vite noyé dans un océan d’articles.

 

Si vous voulez que votre blog génère du trafic, vous devez vous démarquer. Que vous passiez 1 ou 10 heures à rédiger un article, les 10 minutes que vous consacrerez à l’optimiser seront toujours les plus importantes.

 

Les premiers résultats naturels des moteurs de recherche sont très prisés et les algorithmes qui classent les pages web évoluent en permanence pour proposer une expérience utilisateur toujours plus pertinente.

 

Dans ce guide, nous vous donnerons les bonnes pratiques et quelques stratégies de référencement pour atteindre vos objectifs ou vous en approcher. 

 

 

Mais que signifie « SEO » ?

 

 

Il s’agit de l’acronyme de Search Engine Optimization (ou Optimisation pour les moteurs de recherche, en français).

 

Mais en quoi consistent exactement ces optimisations ?

 

S’agit-il de l’aspect visuel des pages du site ? 

De son contenu ? 

De la structure du site, ou bien de la qualité des liens qu’il contient ?

 

Le SEO est un ensemble d’éléments qui comprend des optimisations dites on-site et off-site, la visibilité d’un site dépend d’un nombre de facteur important qui ensemble forme la stratégie SEO.

 

 

Commençons par une brève présentation.

 

 

Définition : Wikipédia définit le SEO comme « un ensemble de techniques pour optimiser la visibilité d’une page web dans les pages de résultats de recherche ».

 

En d’autres termes, la stratégie SEO consiste à optimiser votre contenu en ligne pour que les moteurs de recherche le considèrent comme suffisamment qualitatif pour lui permettre d’être affiché en haut de page de résultats.

 

Trois acteurs rentrent en jeu : le moteur de recherche, l’utilisateur effectuant une recherche et vous.

 

Si vous avez publié un article concernant la culture des bonsaïs, vous aimeriez sûrement que Google l’affiche en premier résultat lorsque quelqu’un recherche les termes « entretien bonsaï ».

 

C’est justement grâce au SEO que votre article aura des chances de figurer en haut de page de résultats lorsque ce mot clé est recherché par un utilisateur.

 

 

Introduction

 

 

En quoi consiste exactement le SEO, et pourquoi est-il si important ?

 

75 % des sessions de navigation des utilisateurs commencent par une recherche Google.

 

Sur 3 de ces utilisateurs, 2 n’iront pas plus loin que les 5 premiers résultats affichés par Google.

 

Vous comprendrez vite l’intérêt d’apparaître dans les premiers résultats de Google. 

 

Si l’on fait le calcul, on s’aperçoit vite que 50 % des recherches effectuées sur internet aboutissent sur les 5 premiers résultats de Google.

 

Voilà pourquoi le SEO est aujourd’hui un incontournable du webmarketing.

 

Selon une étude réalisée il y a quelques années par Chitika, 91 % des clics sur Google se font sur la première page. Les résultats des moteurs de recherches impactent donc directement votre capacité à obtenir du trafic.  

 

Si vos articles de blog ou vos produits apparaissent sur une autre page que la première, c’est presque comme s’ils n’existaient pas.

 

Mais pour comprendre comment atteindre le podium des résultats Google, vous devez d’abord comprendre comment fonctionnent les moteurs de recherche.

 

 

Le fonctionnement des moteurs de recherche

 

 

Les algorithmes de recherche de Google sont volontairement gardés secrets, et seulement une partie des 200 facteurs qu’ils prennent en compte est connue du grand public. Backlinko a toutefois réussi à en lister la majeure partie, que vous trouverez ici : https://backlinko.com/google-ranking-factors.

 

Le SEO est divisé en deux écoles, et ce sera à vous de choisir votre camp à la fin.

 

 

White hat et black hat

 

 

Le SEO est relativement similaire aux différentes stratégies commerciales des entreprises.

 

Certains cherchent une rentabilité ponctuelle et rapide, tandis que d’autres visent une activité plus pérenne sur le long terme.

 

 

Black hat

 

 

Si vous voulez un SEO rapidement efficace et rentable, il faudra vous orienter vers un modèle « Black hat ».

 

Ce type de SEO vise uniquement à optimiser votre contenu pour les moteurs de recherche, et non pour les utilisateurs.

 

C’est généralement ce modèle qui est choisi pour grimper rapidement dans les résultats et engranger quelques milliers d’euros sur de courtes périodes.

 

Le problème, c’est que ces sites ne seront pas en mesure d’offrir une expérience de navigation satisfaisante aux yeux de Google et finiront par être supprimés des résultats de recherche.

 

Les marchands associés à ces sites s’exposent par la suite à des sanctions de la part des moteurs de recherche et voient généralement leurs chances de construire une activité durable et pérenne réduite.

 

Il est possible de gagner de l’argent, mais il vous faudra ruser en permanence pour contrecarrer les mises à jour des moteurs de recherche.

 

 

White hat

 

 

De l’autre côté, nous trouvons le SEO « White hat ».

 

Contrairement à son obscur alter ego, ce dernier repose essentiellement sur une audience humaine.

 

Il consiste à offrir le contenu de la meilleure qualité possible et à le rendre disponible en respectant scrupuleusement les règles dictées par les moteurs de recherche.

 

Inbound Marketing propose une très bonne explication des différences entre les deux grands types de SEO.

 

 

black hat seo vs white hat

 

 

Comme vous pouvez vous en douter, ce guide n’abordera que le SEO White HAT.

 

 

Mais dans la vie, tout n’est pas tout noir, ni tout blanc.

 

 

Il en va de même pour le SEO. Il existe un entre-deux qu’il est nécessaire d’aborder.

 

Comme son nom l’indique, le Grey HAT, consiste en un mélange des deux méthodes précédemment mentionnées.

 

Il se situe au milieu du spectre qui rejoint le Black HAT, manipulateur et insidieux, et le White HAT, plus innocent et bienveillant. Et c’est ainsi que vous réussirez à vous construire un avantage comparatif.

 

Les exigences de Google ne sont pas aussi précises qu’il le laisse croire, il leur arrive même de se contredire.

 

Par exemple, Google a déclaré ne pas être friand de « Guest blogging ».

 

Mais que faire si cette pratique vous permet de gagner en visibilité, de générer un trafic de bonne qualité pour votre site et de développer votre marque ? Certains vous encourageront à le faire, d’autres non.

 

 

Le SEO est un vrai jeu !

 

 

Le SEO est un jeu, et (quasiment) toutes les méthodes sont bonnes pour gagner. Le problème, c’est que le SEO est en perpétuelle évolution, et les règles deviennent souvent caduques dès le moment où elles sont actées.

 

De plus, ces « règles » c

onsistent essentiellement en un ensemble de prédictions et de tendances constatées en recroisant des données.

 

C’est justement pour cela que le SEO Gray hat vous offre un vaste terrain de jeu.

 

Les liens sont une composante essentielle du SEO, du maillage internet en passant par les liens externes, mais en obtenir peut s’avérer fastidieux lorsqu’on se cantonne aux méthodes de White HAT traditionnelles.

 

 

backlinks

 

 

Quelques cas intéressants

 

 

Dans certains secteurs tels que la nutrition ou les nouvelles technologies, il est relativement simple de créer des liens, car les blogs spécialisés dans ces domaines pullulent. Chaque jour, des milliers d’articles sont publiés sur le sujet.

 

Toutefois, les entreprises de compléments alimentaires sont très souvent boudées par les rédacteurs des blogs, toujours réticents à l’idée d’écrire sur le sujet.

 

Il leur est donc difficile de créer des liens pour gagner en visibilité auprès de clients potentiels et donc pour générer plus de chiffres.

 

Il en va de même pour le secteur des paris sportifs.

 

Un journaliste sportif n’associera jamais un lien à votre site de paris.

 

Les cabinets d’avocats sont dans une situation similaire, il ne s’agit pas d’entités dont on souhaite faire la publicité.

 

À cela il faut ajouter le niveau de qualité des classements des moteurs de recherche qui n’est pas optimal.

 

Les innovations algorithmiques telles que RankBrain permettent certes un référencement plus pertinent, mais la marge de progression reste importante.

 

 

C’est pourquoi le Grey hat et le Black hat ont le vent en poupe malgré les avertissements de Google.

 

 

Pourtant, Google a admis à plusieurs reprises que ces trois facteurs sont déterminants pour le classement d’un site web. La raison est simple.

 

Dans une certaine mesure, il est encore possible de manipuler le système.

 

Le problème est moins important qu’auparavant, mais il demeure tout de même.

 

Gardez toutefois en tête que vos concurrents feront tout ce qui est en leur pouvoir pour se hisser en première place. S’ils vous passent devant vous perdrez des rangs, et finirez relégué dans les limbes de la page 2.

 

Il n’en revient qu’à vous de choisir votre voie et les risques que vous êtes prêts à prendre.

 

 

SEO on-page et off-page

 

 

Le SEO est divisé en deux grandes catégories : le SEO on-page et le SEO off-page.

 

En premier lieu, le SEO on-page correspond à tous les éléments pris en compte par Google pour déterminer le classement de la page que vous souhaitez optimiser, tel que les titres, le contenu, et sa structure.

 

De plus, le SEO off-page correspond à tous les autres facteurs pris en compte par Google. Ils dépendent essentiellement d’autres sources, telles que les réseaux sociaux, les blogs en rapport avec votre secteur, et l’historique de navigation de l’utilisateur effectuant la recherche.

 

Ces deux types de SEO sont indispensables pour un site web correctement optimisé.

 

Voici un exemple qui devrait clarifier la situation.

 

Admettons que vous vivez dans une maison entourée d’un jardin, avec un petit chemin qui mène jusqu’à votre porte d’entrée.

 

 

Imaginons deux scénarios :

 

 

Scénario 1 :

 

 

Votre intérieur est sublime, mais votre jardin est en friche.

 

Même avec le plus bel hôtel particulier du XVIe arrondissement, si votre jardin visible depuis la rue n’est pas entretenu, personne n’aura envie de venir chez vous.

 

Il en va de même pour le SEO on-page. Vous aurez beau avoir le contenu le plus pertinent du web, personne ne créera de liens qui pointent vers votre page.

 

Personne ne verra jamais votre incroyable site internet, car vous ne générerez aucun trafic.

 

Que se passe-t-il si l’on prend le scénario inverse ?

 

 

Scénario 2 :

 

 

Votre pelouse est fraîchement coupée, mais l’intérieur de votre maison est un vase bazar.

 

Ces deux situations sont très similaires. Un jardin bien entretenu attirera beaucoup de personnes, mais si votre salon s’apparente à un champ de bataille, ils s’empresseront de quitter les lieux.

 

Lorsqu’un utilisateur quitte votre site après avoir vu seulement une page, Google considère qu’il s’agit d’un rebond. Plus votre taux de rebond (ou « Bounce rate » en anglais) est important, plus votre classement sera faible.

 

C’est pourquoi vous devrez vous concentrer à la fois sur le SEO on-page et off-page.

 

Penchons-nous dans un premier temps sur le SEO on-page.

 

 

SEO on-page

 

 

Le SEO on-page est divisé en quatre sous catégories. La première est la plus importante : le contenu.

 

 

CONTENU

 

 

Comme le disait Bill Gates, « Content is king ».

Cette phrase, prononcée en 1996, n’a jamais été aussi vraie qu’aujourd’hui.

 

Les utilisateurs du moteur de recherche de Google sont ravis de trouver ce qu’ils cherchent de la meilleure manière possible.

 

Lorsque vous recherchez une « recette de quiche facile et rapide »,

Google va faire tout son possible pour vous proposer la meilleure recette disponible sur la toile.

 

Il ne recherche pas simplement une recette facile ou une recette simple, ou vous propose de vous faire livrer une quiche dans la demi-heure. Il essaie de vous proposer exactement ce que vous avez demandé.

 

Google cherche systématiquement à offrir la meilleure expérience utilisateur possible en vous orientant vers le contenu le plus pertinent qu’il trouve.

 

 

En SEO, la priorité est donc donnée au contenu.

 

 

Vous devrez y consacrer beaucoup de temps, car vous n’obtiendrez de bons résultats qu’en faisant les efforts nécessaires.

 

Vous aurez beau tout optimiser pour les moteurs de recherche, si votre contenu n’est pas pertinent, vous ne tirerez rien de votre site.

 

Voici les facteurs pris en compte par Google lors de l’évaluation de votre contenu :

 

 

Qualité

 

 

Créer un contenu de qualité constitue la base de toute stratégie de SEO, mais ce n’est pas chose facile.

 

Vous devrez vous montrer bon pédagogue, écrire clairement, avec précision. Vous n’êtes toutefois pas obligés de commencer à partir de rien.

 

Pour arriver à un résultat plus approfondi et plus personnalisé, vous pouvez vous inspirer du contenu créé par d’autres, et le retravailler.

 

Si vous avez déjà les grandes lignes de votre contenu, prenez le temps de réfléchir à un titre pertinent qui fera office de point de départ.

 

Même si vous n’avez jamais rédigé de contenu auparavant, prenez l’habitude d’écrire tous les jours, de relire votre travail et de le modifier.

 

Vous arriverez rapidement à trouver l’inspiration nécessaire pour produire des textes qualitatifs.

 

 

Recherche de mots clés

 

 

Il est impératif d’effectuer une recherche de mots clés en amont.

 

Pour un contenu fonctionnel, vous devrez inclure des mots clés précis dans le titre et dans le corps de vos articles. Il est donc capital d’effectuer cette recherche avant de commencer la rédaction.

 

Internet regorge de guides en tous genres concernant la recherche de mots clés, n’hésitez donc pas à vous documenter autant que possible sur le sujet, car il s’agit là du facteur le plus important du SEO on-page.

 

Ainsi, vous développerez une profonde compréhension du processus qui vous permettra de rédiger un contenu extraordinaire dès le premier jet.

 

 

Utilisation des mots clés

 

 

Avec le temps, Google a beaucoup évolué. Il ne sert plus à rien de juxtaposer des dizaines de mots clés, c’est même une technique contre-productive que Google n’hésite pas à sanctionner.

 

La clé réside dans la sémantique. Google est une machine très (voire trop) maline lorsqu’il s’agit d’interpréter les mots clés saisis par un utilisateur qui effectue une recherche.

 

Il ne prend pas seulement vos mots clés en compte, il recherche aussi des synonymes pour mieux comprendre ce que vous voulez.

 

Lorsque vous saisissez « La Scala » dans la barre de recherche, Google comprend rapidement que vous ne cherchez sûrement pas le fameux théâtre de milan, mais probablement l’une des centaines pizzerias portant ce nom en effectuant des recherches similaires telles que « pizzeria La Scala », ou « La Scala Paris ».

 

Nul besoin de répéter vos mots clés des dizaines de fois dans votre texte, placez-les simplement dans vos titres, vos URL et vos méta descriptions.

 

Mettez-vous ensuite à la place du lecteur lorsque vous rédigerez, et intégrez discrètement vos mots clés par endroits de manière à ce que la lecture du texte demeure la plus naturelle possible.

 

 

Fréquence de publication

 

 

Hubspot a récemment réalisé une batterie de tests qui ont prouvé une fois de plus qu’un contenu régulièrement mis à jour améliorait les classements Google.

 

Mais attention, il ne s’agit pas simplement de poster des articles tous les jours.

 

Google regarde aussi l’évolution de votre contenu existant. Des articles statiques ne vous rapporteront que peu de points au classement général.

 

Il vous faudra donc mettre vos textes à jour de manière assez régulière. Non seulement vous gagnerez en cote auprès de Google, mais vous pourrez en profiter pour remanier votre contenu afin de l’adapter aux dernières tendances.

 

Vous pouvez même vous contenter d’une publication par mois, tant que votre contenu est sérieux, approfondi et bien entretenu.

 

 

Réponses directes

 

 

Vous l’avez sûrement remarqué, Google affiche parfois une réponse directe directement sur la page de résultats de recherche.

 

Si votre contenu est suffisamment clair pour que Google l’interprète comme réponse à une question spécifique, il sera affiché juste en dessous de la barre de recherche.

 

 

reponse direct google

 

 

C’est pour cela que la tendance est aux longs guides détaillés.

 

Votre texte doit être le plus clair possible. N’essayez pas d’employer trop de termes techniques et d’écrire des phrases alambiquées, votre référencement risque d’en souffrir.

 

Encore une fois, de nombreux articles sont consacrés au sujet, n’hésitez donc pas à les consulter.

 

 

SÉLECTION DES MOTS CLÉS

 

 

Nous avons déjà abordé la recherche de mots clés, mais c’est un sujet tellement important qu’il mérite une section dédiée.

 

La raison en est que l’essentiel du SEO gravite autour de la sélection des mots clés.

 

Les mots clés définissent le sujet de chaque phrase que vous écrirez.

 

C’est d’eux que dépend le nom de votre site, mais aussi la manière dont vous présentez votre marque en ligne.

 

Ils influent également sur la façon de créer des liens et de les implémenter dans votre contenu.

 

 

C’est aussi un travail de longue haleine.

 

 

Les gens ont tendance à penser que la sélection de mots clés peut être faite seulement une fois, mais cette assomption est totalement fausse.

 

Il faut rechercher de nouveaux mots clés en permanence, tout en s’assurant que votre contenu reste cohérent.

 

Voici les erreurs les plus communes lorsqu’il s’agit de trouver des mots clés.

 

 

Erreur no. 1 : Choisir les mauvais mots clés

 

 

Admettons que vous proposiez des services de consulting aux entreprises, dont le prix s’élève à 5 000 €.

 

Rapporté au mois, cela représente moins de 500 €, il s’agit donc d’un scénario totalement envisageable, mais le prix reste conséquent.

 

Si vous apparaissez en premier résultat pour « Conseils gratuits pour booster vos ventes », vous n’attirerez que des utilisateurs à la recherche d’une expertise gratuite.

 

Ils ne seront donc que peu enclins à opter pour une solution à plusieurs milliers d’euros.

 

Vous aurez beau générer un trafic important, s’il s’agit de la mauvaise audience, vous n’aurez pas l’impact souhaité.

 

Vous feriez donc mieux de changer de mot clé, quitte à perdre 90 % de votre trafic.

 

Avec seulement une ou deux conversions par mois, vous aurez déjà bien avancé. 

 

 

Erreur no. 2 : Ignorer la concurrence

 

 

À présent, vous avez choisi le mot clé adéquat.

 

Il est parfaitement en rapport avec votre activité et avec votre produit.

 

Que faire ensuite ?

 

Vous utilisez le planificateur de mots clés de Google, ou une alternative payante comme SEMrush, puis y saisissez quelques idées de termes.

 

 

recherche de mot clef

 

 

Vous vous orienterez naturellement vers les résultats présentant le plus grand nombre de recherches.

 

Toutefois, votre aptitude à vous positionner de manière satisfaisante ne dépendra pas de votre contenu, mais plutôt de la concurrence.

 

Si l’on recherche le terme « Marketing de contenu », On s’aperçoit qu’il est demandé 500 fois par mois.

 

 

recherche de mot cles

 

 

Ce sont des chiffres satisfaisants, mais il ne s’agit pas des requêtes les plus populaires du moment.

 

 

Comparez maintenant votre site à ceux qui se positionnent en haut de page de résultat.

 

 

recherche SERP

 

 

Avez-vous une idée de leur autorité de domaine ou du nombre de liens qui pointent vers ces pages ?

 

Il vous faudra des mois, voire des années, pour réussir à vous positionner au même niveau.

 

Sur ce terrain, vos chances de survie sont quasi nulle.

 

Face à cette désillusion, on a vite tendance à s’orienter vers des termes de longue-traîne.

 

Mais ce n’est pas parce que les volumes de recherche sont plus faibles que la concurrence n’est pas là.

 

 

Prenons la recherche pour une « agence de contenu ».

 

 

agence de contenu

 

 

Le nombre de recherches avoisine les 50, il s’agit à priori d’un mot clé de longue-traîne idéal. Le problème, c’est la concurrence.

 

 

agence de contenu concurrence

 

 

Tous ces sites sont en ligne depuis des années, et disposent sûrement de centaines, voire de milliers de liens qui pointent vers leurs pages.

 

La concurrence est tout aussi rude que pour le mot clé précédent, mais pour des volumes bien moindres.

 

Il s’agit donc d’un très mauvais terme à choisir. Vous aurez beau vous placer en première place. Vous ne générerez aucun trafic tellement cette requête est peu fréquente et la concurrence importante.

 

Mais alors, comment faire pour trouver des mots clés en adéquation avec votre activité, qui ne soient pas compétitifs, mais qui induisent tout de même un trafic substantiel ?

 

 

Comme on le dit si bien outre-Atlantique :

 

 

Think outside the box.

 

 

Conseil no. 1 : Concentrez-vous sur les intentions de recherche, plutôt que sur les mots clés.

 

 

C’est en suivant un raisonnement inverse que vous trouverez les meilleures solutions.

 

Plutôt que de réfléchir à ce que les utilisateurs tapent dans la barre de recherche, essayez plutôt d’identifier ce qu’ils cherchent.

 

C’est ce que l’on appelle couramment les « intentions de recherche ».

 

C’est ainsi que vous pourrez passer d’un léger trafic à une réelle hausse de votre chiffre.

 

 

Prenons un exemple pour illustrer cela.

 

 

Vous êtes l’heureux propriétaire d’un site de recherche d’emploi.

 

Vos revenus proviennent des entreprises qui proposent des postes via votre plateforme.

 

Vos pages présentant les emplois disponibles doivent donc apparaître le plus haut possible dans les résultats Google pour que les utilisateurs se rendent sur votre site plutôt que chez vos concurrents.

 

Plus le nombre de personnes trouvant un emploi grâce à votre plateforme sera grand, plus vous générerez de chiffres d’affaires.

 

Imaginons que quelqu’un recherche un « poste d’ingénieur ».

 

 

poste d'ingénieur

 

 

Il obtiendra des résultats en pagaille, on lui proposera des emplois d’ingénieur mécanique, d’ingénieur informatique, et bien d’autres encore.

 

L’intention de cette recherche est très différente des résultats, et c’est ça que vous devrez déterminer avec précision.

 

 

Que recherche exactement l’utilisateur ? Dans quelle spécialité cet ingénieur recherche-t-il un emploi ?

 

 

Heureusement, il est très facile de remédier à la situation en trouvant des mots clés adaptés, et qui ne soient pas trop compétitifs.

 

Indeed.com fait partie des plus gros acteurs du secteur, vous devrez donc trouver des alternatives reposant sur les intentions de recherche pour bien vous placer. Commençons par regarder les recherches suggérées par Google.

 

 

recherches suggérées par Google

 

 

Voici d’autres exemples de recherches menées par les utilisateurs.

 

Vous avez déjà quelques termes potentiels, même si « mécanique », « civil » et « informatique » sont des mots clés déjà très compétitifs.

 

Mais qu’en est-il des ingénieurs en environnement ou des ingénieurs du son ?

 

Rendez-vous en bas de page de résultats pour obtenir encore plus de suggestions de la part de Google.

 

Poursuivons avec un autre exemple illustrant l’importance d’une bonne sélection des mots clés.

 

 

Un utilisateur recherche le « meilleur outil d’automatisation marketing » avec Google.

 

 

Il est donc en quête d’un logiciel d’automatisation. Toutefois, il n’est probablement pas prêt à passer à l’achat.

 

Il est en phase de comparaison et pondère les alternatives. Il souhaite donc trouver un site qui lui permet de comparer toutes les possibilités.

 

 

Regardons les résultats de cette recherche.

 

Un utilisateur recherche le « meilleur outil d'automatisation marketing » avec Google.

 

 

La première annonce publicitaire et le premier résultat naturel mettent tous deux l’accent sur l’intention de recherche.

 

Ils cherchent avant tout à comprendre ce que les utilisateurs recherchent vraiment, et ne se basent pas uniquement sur le texte qui a été saisi dans la barre de recherche.

 

Les autres annonces publicitaires cherchent uniquement à vendre un produit malgré le fait que l’utilisateur souhaite simplement comparer les différentes options.

 

Ces publicités ont été créées sans prendre en considération la motivation première de l’utilisateur.

 

Ils se sont contentés de consulter des listes de mots clés en partant du plus populaire, et en ont sélectionné quelques-uns.

 

Plutôt que de procéder ainsi, vous devez viser plus large en vous aidant des suggestions de Google.

 

 

AnswerThePublic est un autre outil très pratique qui permet de créer des listes basées sur des recherches réelles.

 

 

Effectuez une recherche pour « meilleur outil d’automatisation marketing », et il créera des listes encore plus précises et organisées.

 

 

answerthepublic

 

L’un des graphiques disponibles vous permet de segmenter les utilisateurs à l’origine de la requête.

 

Par exemple, ce graphique montre que les utilisateurs suivants recherchent le meilleur outil d’automatisation marketing :

 

  • Utilisateurs WordPress
  • Professionnels du B2B
  • Petites entreprises
  • Startups

 

Ces quatre audiences sont totalement différentes les unes des autres, et ont toutes de budgets et de besoins différents.

 

Les utilisateurs de WordPress sont à la recherche d’un simple plug-in à intégrer à leur back-office, tandis que les professionnels du B2B s’orienteront probablement vers une solution complète.

 

 

Les mots clés que vous choisirez varieront donc en conséquence.

 

 

HTML

 

 

Après le contenu, passons à la matrice.

 

Nul besoin d’une formation avancée d’informaticien, mais il est tout de même nécessaire de maîtriser la base du HTML si vous voulez gérer correctement une entreprise en ligne.

 

Heureusement, il existe de nombreuses plateformes telles que Codeacademy ou Khan Academy qui vous permettront de combler vos lacunes (le cas échéant) gratuitement.

 

Autrement, vous pouvez opter pour une approche plus empirique en vous aidant de sites tels que celui-ci :

 

http://www.simplehtmlguide.com/cheatsheet.php

 

Passons maintenant aux quatre éléments HTML que vous devrez systématiquement optimiser pour chacune de vos pages.

 

 

Balise de titre

 

 

Les balises de titre contiennent le texte qui fera office de gros titre de votre page. C’est aussi le texte qui s’affiche dans les onglets de votre navigateur lorsque vous ouvrez une nouvelle page.

 

On parle souvent de balise « h1 » lorsqu’il s’agit d’un blog.

 

Chaque page ne doit posséder qu’une seule balise h1. Autrement, Google risque de mal comprendre la structure de votre page.

 

 

Meta description

 

 

Les meta descriptions ne sont ni plus ni moins que les descriptions affichées par Google sur la page des résultats. En jetant un simple coup d’œil à ce petit texte, il est possible de distinguer les sites bien optimisés des autres.

 

Si votre meta description est correctement écrite, elle ne doit pas se terminer par « … » ou être coupée en milieu de phrase. Elle doit également contenir les principaux mots clés du contenu auquel elle fait référence.

 

La longueur du texte est limitée à 160 caractères, évitez donc de vous lancer dans une rédaction trop poussée et garder toujours à l’esprit que ce texte est à destination des utilisateurs plutôt que du moteur de recherche.

 

Le plug-in WordPress Yoast SEO est l’un des meilleurs outils d’édition des éléments meta actuellement disponibles.

 

 

yoast SEO

 

 

Il vous permettra d’éditer rapidement vos titres et métadonnées, et propose de nombreuses fonctionnalités avancées qui vous feront gagner un temps précieux.

 

Vous pourrez également créer vos metas descriptions pour les réseaux sociaux, générer ou mettre à jour le plan de votre site au format XML, définir des paramètres par défaut pour vos titres et descriptions, mais aussi remédier aux différents problèmes de votre site.

 

Découvrez toutes les autres fonctionnalités de ce plug-in à cette adresse : https://fr.wordpress.org/plugins/wordpress-seo/

 

 

Schema

 

 

Schema est le fruit d’une collaboration entre Bing, Google, Yahoo! et Yandex. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un schéma de données au format HTML qui vise à améliorer la manière dont les moteurs de recherche affichent votre contenu sur leur page de résultats.

 

C’est avec cet outil qu’il est possible de créer un résultat de recherche adapté à un film ou à un épisode de série. Il ne s’agit pas d’un facteur essentiel. Mais il ne faut tout de même pas négliger cette fonctionnalité qui peut booster votre trafic.

 

N’oubliez surtout pas de tester vos résultats de recherche après avoir terminé afin de vous assurer que tout fonctionne correctement.

 

 

Sous-titres

 

 

Les sous-titres sont des éléments indispensables à toute stratégie de SEO.

 

En plus de faciliter la structuration de votre contenu et d’en faciliter la lecture et la compréhension, ils ont une influence notable sur la manière dont les moteurs de recherche vont interpréter votre page.

 

Individuellement, vos titres h2, h3, h4… Auront moins d’influence sur votre référencement que vos balises h1, mais toutes réunis, leur impact ne doit pas être négligé.

 

C’est probablement la méthode la plus simple pour améliorer son référencement naturel. Ce serait dommage de ne pas en profiter.

 

 

Visualiser les améliorations HTML

 

 

La Google Search Console dispose d’une page « Améliorations HTML » qui propose des rapports présentant les difficultés rencontrées par Google lors de l’exploration et de l’indexation de votre site.

 

Google analyse les métadonnées de votre site, à savoir les titres et la description, pour en effectuer une évaluation et vous fournir un rapport comprenant les problèmes liés aux points suivants :

 

  • Les éventuels problèmes de titre, les titres de page manquants ou identiques.

 

  • Les meta descriptions manquantes, en double ou trop longues pour qu’elles puissent être lues dans leur intégralité.

 

  • Les pages dont le contenu ne peut être indexé, comme certains fichiers Rich Media, vidéos ou images.

 

 

 

webmasters search console

 

 

Ce rapport met donc à votre disposition une analyse complète de votre site. Vous n’aurez plus qu’à cliquer sur les valeurs affichées pour accéder aux pages nécessitant un remaniement.

 

 

ARCHITECTURE

 

 

L’architecture des sites web est une dimension très technique du SEO on-page. Mais il y a tout de même quelques éléments simples à optimiser pour améliorer votre référencement.

 

Un site correctement structuré permet d’offrir une bonne expérience de navigation aux utilisateurs. Et c’est avant tout ce que Google cherche à offrir.

 

Une architecture de qualité repose avant tout sur des temps de chargement rapides, une connexion sécurisée et un design « responsive » p

our rendre votre site accessible depuis tous les types d’appareils.

 

Vous devriez normalement avoir créé votre plan de site avant même d’avoir acheté votre nom de domaine.

 

Ainsi, vous pourrez plus facilement vous mettre à la place de vos utilisateurs et construire votre site en cherchant toujours à leur offrir la meilleure expérience possible.

 

Vous devrez aussi optimiser votre site pour améliorer l’expérience des moteurs de recherche qui le parcourent. Un site internet plus accessible vous garantit une meilleure visibilité.

 

 

Facilité de navigation

 

 

Les moteurs de recherche disposent de programmes robots qui parcourent votre site via les différents liens qui s’y trouvent.

 

Plus le réseau de liens interconnectant les différentes pages de votre site est dense, plus il sera facile pour ces robots de le parcourir et de mieux en comprendre la structure.

 

Pour faciliter la tâche de Google, vous pouvez créer une page « Plan du site » à l’aide d’un simple plug-in WordPress ou bien d’un générateur de plan de site (généralement au format XML).

 

 

Contenu en double

 

 

Contrairement aux idées reçues, dupliquer son contenu n’affecte que rarement votre SEO.

 

Tout votre contenu ne doit pas nécessairement être original. Et vous pouvez publier de nouveau votre contenu sur d’autres sites. Mais attention à ne pas inonder la toile avec les mêmes articles.

 

Si vous publiez, via un site disposant d’une importante autorité de domaine, un article déjà en ligne sur votre site. Google indexera la seconde publication avant la première, affectant ainsi le classement de votre site original.

 

Il s’agit d’un problème de canonicalisation (ou standardisation) des données de votre site.

 

Généralement les articles de blogs sont répertoriés à l’aide d’un titre, d’une image, et d’un compteur de mentions « J’aime » et de partages.

 

Si l’on se rend sur MarketingLand.com, on remarque que les publications sont dotées d’une courte description en plus du titre et de l’image.

 

Il s’agit d’un format tout à fait classique et très répandu qui est dû au thème utilisé (notamment sous WordPress) pour mettre en forme le site, qui génère automatiquement quelques lignes de description pour chacune de vos publications.

 

 

À moins que vous n’ayez pris le soin de l’écrire vous-même. Cette description reprend généralement les premières phrases de votre article.

 

 

C’est une fonctionnalité très prisée des développeurs. Car elle permet aux lecteurs de tout de suite saisir l’idée principale de la publication.

 

Elle peut toutefois entraîner des problèmes de canonicalisation. Car il s’agit de contenu dupliqué.

 

Le texte de la page recensant les articles et le corps de l’article lui-même sont identiques.

 

Si votre blog comporte des centaines, voire des milliers d’articles. La situation peut s’avérer très problématique.

 

Il existe toutefois de nombreuses manières de remédier aux erreurs de canonicalisation, mais tout dépend de leur nature.

 

Vous pouvez intervenir en retirant une simple ligne de code dans le fichier thème de votre blog.

 

Même si la Google Search Console vous renvoie des milliers d’erreurs, il n’y a qu’une seule cause principale.

 

Si votre site contient plusieurs versions de la même page. L’insertion d’une « URL canonique » vous permettra d’indiquer aux moteurs de recherche la page originale.

 

Tout ce que vous aurez à faire, c’est insérer une simple ligne de code contenant une URL qui pointe vers la page souhaitée.

 

C’est également une fonctionnalité proposée par le plug-in Yoast SEO.

 

En créant vos pages, vous aurez juste à indiquer quelle est la page/version canonique pour que cette ligne de code soit ajoutée par défaut.

 

Vous pouvez également définir cette valeur manuellement dans les options avancées de chaque page ou publication.

 

 

canonical google links

 

 

Le plug-in Quick Page/Post Redirects vous permettra de créer des redirections si votre site compte des liens morts.

 

 

Les liens cassés apparaissent souvent lorsque l’on fusionne, supprime ou modifie les pages d’un site, c’est là que cet outil intervient. Vous pourrez ajouter les anciennes URL en lot pour créer des redirections pointant vers les nouvelles adresses de vos pages.

 

N’hésitez pas à utiliser le plug-in Broken Link checker pour voir quelles URL doivent être redirigées.

 

Les doublons et les liens cassés sont les deux erreurs types d’erreurs les plus souvent rencontrées sur les sites web.

 

Si vous n’utilisez pas de CMS comme WordPress, vous devrez éditer le fichier. htaccess de votre site pour y inclure les redirections 301.

 

De nombreux guides existent d’ores et déjà sur internet, nous vous recommandons de les consulter pour mieux comprendre l’intérêt des redirections 301 et leur importance.

 

 

Optimisation pour mobile

 

 

Si votre page/site n’est pas adaptée aux appareils mobiles, le combat est perdu d’avance.

 

Une étude a révélé que près de 55 % des utilisateurs de Facebook se connectaient au réseau social uniquement par le biais de leur téléphone/tablette.

 

Facebook comptant aujourd’hui 2,2 milliards d’utilisateurs actifs mensuels, on parle donc de plus d’un milliard de personnes qui ne naviguent que via leurs appareils mobiles.

 

Vous devrez donc composer aussi pour cette catégorie de personnes.

 

Commençons d’abord par effectuer le test d’optimisation mobile de Google pour voir où vous en êtes : https://search.google.com/test/mobile-friendly?hl=fr

 

mobile friendly google test

 

 

mobile friendly google test
mobile friendly google test

 

 

Les thèmes WordPress sont généralement compatibles avec la plupart des appareils. Autrement, vous pouvez installer le Plugin WPtoutch pour remédier au problème.

 

 

Vitesse de chargement

 

 

On a parfois du mal à l’admettre, mais peu de gens ont encore la patience d’attendre plus de 10 secondes qu’une page se lance.

 

De ce fait, des temps de chargement trop longs risquent de mettre en péril votre trafic, et donc vos conversions.

 

Les derniers benchmarks de Google ont démontré que la probabilité qu’un utilisateur quitte le site augmente de 113 % si les pages mettent plus de 7 secondes à s’afficher.

 

 

vitesse de chargement

 

 

Ces mêmes analyses ont également montré que le temps de chargement moyen d’une page web dépasse les 22 secondes.

 

 

Vous pouvez utiliser l’outil Test My Site de Google (https://testmysite.withgoogle.com/intl/fr-fr) pour connaitre la vitesse de chargement de votre page web.

 

 

 

Pingdom est un autre outil qui vous permet de suivre la vitesse de chargement de vos pages sur une certaine période.

 

Il surveille les performances générales de votre site depuis différents endroits dans le monde, afin de vous assurer qu’il convient parfaitement à un usage international et multilingue.

 

 

Voici quelques outils et astuces qui vous permettront d’optimiser vos temps de chargement.

 

 

Dans un premier temps, réduisez le nombre de requêtes HTTP de votre site web à moins de 50 si possible.

 

Lorsqu’un utilisateur saisit l’adresse de votre site dans leur navigateur, il envoie une requête d’informations.

 

Moins les données transitant sont volumineuses, plus vos serveurs les enverront rapidement.

 

Vous avez également la possibilité de « réduire » votre code avec le plug-in WordPress WP Super Minify qui se chargera de combiner vos fichiers CSS automatiquement.

 

Les réseaux de livraison de contenu (ou Content Delivery Networks en anglais) sont une autre alternative en cas de délais trop longs.

 

La plupart des sites comportent de belles images qui en agrémentent la navigation, mais qui dit, image en haute résolution, dit : fichier volumineux. Si votre site intègre des centaines de photos, le volume de données à envoyer peut s’avérer colossal.

 

Cloudflare est un CDN qui propose de délocaliser ce contenu volumineux en l’hébergeant au plus près que possible des utilisateurs pour réduire les temps de chargement du site.

 

WP Smush.it (pour les utilisateurs WordPress) ou Compressor.io (pour les autres) sont des outils qui vous permettront de réduire la taille des images avant le chargement du site sans que la qualité visuelle en soit affectée.

 

 

Mots clés dans les URL

 

 

Vous devez insérer vos mots clés dans vos URL si vous ne voulez pas perdre de points.

 

Vous devrez probablement changer la structure de vos permaliens sur WordPress et il vous faudra tout de même garder en tête que ces liens, sont destinés aux utilisateurs.

 

Mais l’ajout de vos mots clés dans vos URL est une technique essentielle à toute stratégie de SEO qu’il ne faut pas mettre de côté.

 

 

HTTPS et SSL

 

 

La sécurité en ligne est désormais un facteur pris en compte par les moteurs de recherche dans leurs classements. Mais Google a décidé d’aller encore plus loin.

 

Il avertit les utilisateurs lorsque le site internet auquel ils essaient d’accéder n’est pas sécurisé.

 

 

https ssl

 

 

Ces messages d’alertes recommandent aux visiteurs de ne pas donner d’informations personnelles. Mais peuvent aussi tenter de les décourager de se rendre sur un site.

 

Si votre domaine n’est pas assez sécurisé, vous pourriez vous exposer à de sérieuses pertes de trafic.

 

 

site non securisé

 

 

Il existe deux protocoles de sécurité très répandus : le HTTPS (une version sécurisée du protocole HTTP) et le SSL (Secure Socket Layer).

 

Même s’ils n’amélioreront que peu votre référencement, il faudra en choisir un pour votre site.

 

Le passage d’une connexion non sécurisée à un protocole HTTPS ou un certificat SSL peut prendre du temps. Mais c’est une étape incontournable d’un site web fonctionnel. Si vous créez un nouveau domaine, vous pourrez même l’acheter en option directement auprès de votre hébergeur.

 

 

Il existe plusieurs types de certificats SSL parmi lesquels choisir :

 

 

  1. Domaine unique : Il permet de protéger un domaine unique, mais ne sécurisera pas les sous-domaines (tels que « blog.junto.fr »).
  2. Domaines multiples : Il permet de couvrir plusieurs noms de domaines différents, mais pas leurs sous-domaines.
  3. Wildcard : Le SSL Wildcard permet de protéger un domaine et ses sous-domaines (« blog.junto.fr » et « shop.junto.fr », par exemple).
  4. OV : Les certificats OV (Organization Validation) proposent une protection d’un site similaire au SSL pour domaine unique, mais sans sécuriser les transactions de e-commerce.
  5. EV : Les certificats EV (Extended Validation) proposent quelques fonctionnalités supplémentaires, telles que le nom du site en vert dans la barre de recherche. Ils requièrent toutefois plus de travail que les autres.

 

Toutes ces options offrent un niveau de sécurité satisfaisant pour votre site. La différence réside dans la manière dont vous les utiliserez. Il est généralement possible de les acheter directement auprès de votre hébergeur.

 

Si ce n’est pas le cas, il existe de nombreuses entreprises en ligne qui proposent ces services.

 

Si vous travaillez sous WordPress, vous pouvez vous orienter vers un plug-in type Really Simple SSL qui vous permettra de paramétrer rapidement un certificat.

 

 

SEO off-page

 

 

Il est désormais temps de sortir de la maison pour passer côté jardin. Nous allons aborder les quatre principaux aspects du SEO off-page.

 

 

LA CONFIANCE

 

 

PageRank, le fameux algorithme mis au point par les fondateurs de Google, n’est pas le seul paramètre à rentrer en compte dans le classement des 10 meilleures pages affichées par les moteurs de recherche.

 

La confiance est une composante de plus en plus importante, et Google n’hésite pas à sanctionner les sites douteux.

 

TrustRank est un autre outil du célèbre moteur de recherche qui permet de déterminer l’honnêteté de votre site. Google aura plus tendance à vous faire confiance si vous êtes affiliés à une grande institution ou à une grande entreprise par le biais de liens externes.

 

Les liens provenant de domaines « .edu » ou « .gouv » sont d’excellentes cautions de qualité.

 

 

Autorité générale

 

 

Google détermine le niveau d’autorité de votre site en se basant sur :

 

  • Votre autorité de domaine, à savoir l’influence de votre nom de domaine. LinkedIn est un domaine jouissant d’une immense autorité, car tout le monde en a entendu parler.

 

  • L’autorité de vos pages, qui correspond à l’influence qu’une page unique de votre site a (un article de blog, par exemple).

 

Vous pouvez utiliser cet outil pour mesurer votre indice d’autorité (sur une échelle de 1 à 100) : https://www.seoreviewtools.com/website-authority-checker/

 

Moz vous propose également de mesurer votre autorité de domaine et de page.

 

Le résultat obtenu est également noté sur 100. Mais il s’agit d’un score pondéré. Il est donc très facile de passer de 0 à 20, mais dépasser les 50-60 vous demandera beaucoup d’efforts. Tout score situé entre 80 et 90 est considéré comme une note maximale.

 

 

Mais quel est le meilleur moyen pour faire décoller votre e-réputation ?

 

 

Les liens créés par de grands sites éditoriaux règnent en maîtres.

 

Si vous le pouvez, mettez tout en œuvre pour que les sites médiatiques les plus visités parlent de vous.

 

C’est une tâche ardue, de longue haleine. Mais les résultats sont plus que satisfaisants. Ces institutions sont totalement immunisées de par leur autorité générale et feront office de témoins de la qualité de votre site.

 

 

Taux de rebond

 

 

Votre taux de rebond correspond au nombre de personnes qui quittent votre site après avoir consulté une seule page, rapporté au nombre total de visiteurs de votre site.

 

Pour réduire celui-ci, vous devrez travailler sur votre contenu, sur vos temps de chargement et sur l’adéquation entre ce que vous proposez et ce que recherchent les utilisateurs. Un site rapide, esthétique et proposant un contenu de qualité pousse les gens à rester.

 

Les vidéos constituent un bon moyen d’agrémenter une page web.

 

Si vous recherchez une « pizza » près de chez vous, vous aurez tendance à consulter les trois premiers résultats. Le deuxième et le troisième site correspondent à vos attentes, vous vous y attardez donc quelques minutes. Mais le premier ne vous satisfaisait pas, vous l’avez donc quitté au bout que quelques secondes.

 

Google va prendre cette information en compte et considérera que le premier résultat n’a pas été utile pour répondre à la demande de l’utilisateur.

 

Si ce cas de figure se produit de nouveau, il n’hésitera pas à pénaliser le premier site en le reléguant à une position inférieure.

 

C’est pour cela que le taux de clics est tout aussi important (voire plus important) que le classement.

 

 

Ancienneté du domaine

 

 

Avant l’ère du numérique, les institutions les plus respectées étaient généralement les anciennes. Nous avons toujours valorisé les entreprises qui existent depuis des décennies, cette pérennité étant gage de qualité.

 

Il en va de même pour les domaines internet. L’âge d’un domaine joue un rôle, certes moindre, mais un rôle quand même, dans les classements de Google.

 

Si votre site n’est pas encore en ligne, il vous est possible d’acheter un domaine qui n’a pas été renouvelé à un prix raisonnable, et de profiter de son ancienneté.

 

La confiance, l’autorité et l’âge d’un domaine ont tous trois un point commun :

 

Votre marque.

 

 

Identité

 

 

Disposer d’une identité de marque est un indicateur de confiance prisé par les moteurs de recherche. Mais encore une fois, il vous faudra y consacrer du temps et de l’énergie.

 

Vous n’avez pas nécessairement besoin de créer une marque, votre nom peut suffire. De plus, une forte identité de marque vous protège des pénalités infligées par les mises à jour Google régulières qui visent à éliminer les « mauvais » sites.

 

C’est (en partie) pour cette raison que les grandes marques bénéficient d’un traitement de faveur.

 

La plupart du temps, les utilisateurs préfèrent s’orienter vers une marque qu’ils connaissent.

 

Une étude menée conjointement par Search Engine Land et Survey Monkey a démontré que 70 % des consommateurs américains s’orientaient vers une enseigne « connue » lorsqu’il s’agissait de décider sur quel résultat cliquer.

 

Un nom de marque connu joue un rôle encore plus important que le prix ou la qualité de vos produits.

 

 

LIENS

 

 

Si vous avez lu ce guide jusqu’ici, vous aurez normalement compris que tout ne tourne pas autour des liens externes.

 

Ils sont tout aussi importants que les autres éléments précédemment abordés. Il existe des dizaines de moyens pour obtenir des liens externes, mais la pire technique consiste à attendre.

 

Pour générer des liens externes, il faudra vous montrer proactifs et les demander.

 

 

Voici trois facteurs à prendre en compte lorsque vous essayez d’obtenir des liens externes :

 

 

Qualité des liens

 

 

Il s’agit là d’une composante essentielle, bien plus importante que le nombre de liens.

 

Des liens externes de qualité vous permettront d’atteindre les meilleures sources, et de proposer un contenu qualitatif en échange. La plupart des gens s’arrêtent au nombre total de liens en pensant qu’il s’agit d’un bon indicateur.

 

 

C’est faux, et en voici les raisons :

 

 

  1. Les moteurs de recherche ignorent la plupart des liens qu’ils considèrent de mauvaise qualité ou trompeurs
  2. Les liens de nouveaux sites sont bien plus importants que les liens répétés de sites existants
  3. Les liens provenant d’autres sites pèsent bien plus lourd dans la balance que les liens provenant de votre propre site.

 

 

Intitulé des liens (Anchor text)

 

 

L’intitulé d’un lien correspond au texte utilisé par un autre site pour matérialiser ce lien dans un texte. Bien que souvent négligé, ce texte a son importance.

 

Il existe de nombreux procédés rédactionnels qui permettent d’intégrer un lien externe à un paragraphe. Mais faites toujours en sorte que le texte soit le plus naturel possible.

 

Exemple : Vous pouvez intégrer ce guide des intitulés de liens dans une phrase ou bien utiliser les termes « cliquez ici » pour y accéder.

 

Il existe aussi un type de liens dits « contextuels » sur lesquels il faudra mettre l’accent.

 

 

Nombre de liens

 

 

Enfin, le nombre de liens dont vous disposez a son importance, car il doit être proportionnel à la taille de votre site.

 

Les liens vers votre page d’accueil sont bénéfiques pour votre référencement. Mais la plupart des liens naturels ne pointeront pas systématiquement vers cette page, à moins que le contenu ne mentionne spécifiquement votre marque.

 

Les liens créés par les autres sites mèneront généralement à un produit ou à une publication de votre site.

 

Assurez-vous donc que les bonnes sources pointent vers les bonnes pages, à savoir celles qui convertissent.

 

Ensuite, cherchez à comprendre d’où ces liens proviennent.

 

 

ÉLÉMENTS PERSONNELS

 

 

Voici quelques points à aborder afin de mieux cibler votre audience.

 

Pays

 

Les utilisateurs d’un moteur de recherche ne voient que des résultats pertinents en fonction du pays dans lequel ils se trouvent. Les horaires des magasins et des restaurants sont affichés en fonction de vote fuseau horaire.

 

Les moteurs de recherche interprètent les termes différemment en fonction des zones géographiques. Si vous recherchez « football » aux États-Unis. Vous obtiendrez uniquement des résultats en lien avec le football américain et non avec ce que les Américains appellent le « soccer ».

 

Pour indiquer à Google les pays que vous ciblez, n’hésitez pas à ajouter les variantes régionales de ces termes à vos mots clés. Mais réfléchissez bien avant de vous exporter, car la concurrence varie grandement d’un pays à l’autre.

 

Pour rappel la sélection des mots clés est essentiellement basée sur vos concurrents déjà en lice.

 

Et bien Google France vous renverra des résultats bien différents de Google Québec.

 

La difficulté varie donc en fonction des pays.

 

Un site multilingue met votre contenu à disposition d’un plus vaste public, mais peut vous permettre aussi de monter dans les classements.

 

Il peut agir en véritable levier de trafic si vous le traduisez dans des langues parlées par une grande communauté (anglais, espagnol, portugais…).

 

Créer du contenu multilingue est l’une des solutions les plus simples pour à la fois générer plus de trafic et améliorer son référencement naturel. 

 

 

Attention, ce n’est pas aussi facile à mettre en place que ça en a l’air.

 

 

La plupart des plug-ins de traduction de sites web vous promettront une traduction automatique de votre site dans pratiquement toutes les langues. Mais le résultat n’est souvent pas à la hauteur.

 

Les textes sont traduits mot à mot et le résultat est rarement fluide.

 

Mieux vaut faire appel à un traducteur natif de la langue cible, car un contenu mal rédigé peut vite pousser les utilisateurs à quitter votre site.

 

 

Ville

 

Pour un meilleur ciblage de votre audience, la zone géographique peut être réduite à l’échelle d’une ville. C’est pour cette raison que Google vous propose toutes les pizzerias de votre rue en premier lorsque vous tapez « pizza » dans la barre de recherche.

 

N’hésitez donc pas à insérer (avec parcimonie) le nom de la ville visée dans vos mots clés.

 

 

Historique de recherche de l’utilisateur

 

 

Si un utilisateur a déjà ouvert une page précise de votre site auparavant, ou s’il vient tout juste de le visiter. Google considérera que c’est un résultat pertinent et sera plus enclin à vous insérer dans ses premiers résultats de recherche.

 

 

Réseaux sociaux

 

 

Votre entreprise est-elle présente sur Facebook, LinkedIn ou bien YouTube ?

 

Plus vous aurez de l’influence sur les réseaux sociaux, plus Google vous présentera en tant que résultat aux personnes qui vous « aiment » ou vous « suivent ».

 

 

DIMENSION SOCIALE

 

 

En plus des données sociales directement transmises par l’utilisateur, une forte présence sur les réseaux sociaux vous aidera à améliorer votre référencement.

 

Voici les deux principaux facteurs sur lesquels vous devrez mettre l’accent pour gagner en influence :

 

 

Qualité des partages

 

 

Tout comme pour les liens externes, les personnes qui partagent votre contenu ont leur importance. Google sait reconnaître les influenceurs, et ceux-ci pèsent bien plus lourd que les utilisateurs lambda lorsqu’ils partagent vos publications.

 

Pour les pousser à partager votre contenu, vous pouvez les informer en avant-première des nouvelles sorties, parutions, etc. ou bien les citer dans vos textes ou les interviewer.

 

N’hésitez pas à contacter toutes les personnes influentes sur les réseaux sociaux afin de leur présenter votre site, produit, blog, etc.

 

Il existe même des plateformes pour trouver plus facilement de nouveaux influenceurs, comme Tribe, qui répertorie de nombreux créateurs de contenus.

 

Toutes leurs données y sont référencées (y compris leurs tarifs) pour que vous puissiez les recroiser plus facilement avec vos audiences pour une promotion optimale de vos produits.

 

 

Nombre de partages

 

 

Le second facteur social est le nombre de partages. Le contenu viral reste le Saint Graal de tout marketeur, mais c’est hélas passé de mode.

 

 

La recette du succès est très simple :

 

 

Créer le meilleur contenu possible.

 

Il s’agit évidemment d’une notion très vague, certains préféreront créer une documentation pérenne vouée à durer, tandis que d’autres s’orienteront vers le « buzz » avec du contenu en adéquation avec l’instant présent.

 

Les utilisateurs préfèrent les articles courts assortis d’images ou de vidéos.

 

Parcourez des sites comme BuzzFeed et vous vous rendrez vite compte du type contenu qui a tendance à devenir viral.

 

Il y a quelques années, John Berger a publié une étude dans le Journal of Marketing Research démontrant que : La viralité est en partie induite par une activation physiologique. Le contenu suscitant de fortes émotions positives (admiration) ou négatives (colère, anxiété) est plus susceptible de devenir viral. 

 

Comme expliqué précédemment, plusieurs millions d’articles sont publiés chaque jour. La concurrence est donc très rude dans la sphère de l’information en ligne.

 

Le contenu qui se démarque s’avère souvent extrême, que ce soit d’un côté ou de l’autre du spectre. Et c’est justement pour cette raison que pullule l’intox sur internet.

 

Par exemple, les « Fake news » prennent souvent une ampleur démesurée. Même si tout le monde sait d’emblée que ces informations sont probablement erronées.

 

Les plus importants sites qui proposent ce genre de contenu parviennent à générer des centaines de milliers d’euros de chiffre en raison de l’immense trafic induit par ces articles.

 

Ne cédez pas à la tentation ! Prenez le temps de réfléchir à votre sujet et à votre angle d’attaque avant de publier quoi que ce soit.

 

Si vous arrivez à toucher la corde sensible de vos lecteurs. Vous susciterez chez eux une forte attention susceptible de durer dans le temps.

 

N’hésitez donc pas à vous montrer, et à bien vous montrer.

 

 

La légende du référencement payant qui aide le référencement gratuit

 

 

Il était une fois, l’histoire des webmasters qui pensaient que de mettre des annonces payantes sur adwords Google Ads, aiderait leurs sites à se voir du jour au lendemain propulser en tête des résultats organiques.

 

La légende urbaine vient probablement du fait, que les robots des moteurs de recherche comme Google Scan en effet le site lorsque les services de Google Ads (adwords) sont sollicités. 

 

Mettre des annonces payantes, n’impact donc pas le positionnement d’un site, au risque d’en décevoir quelques-un il est parfaitement inutile de mettre en place des annonces sponsorisées pour améliorer votre SEO.

 

 

Conclusion

 

 

Le SEO est désormais une composante critique de tout site internet visant à générer du trafic.

 

 Obtenir un bon positionnement dans les résultats de recherches peut vous permettre de toucher plus de clients. Pour obtenir de la visibilité sur internet, vous devrez apporter de la valeur ajoutée à votre site en travaillant sur les pages du site, les mots et expressions clés : le contenu.

 

Si vos précédents résultats n’ont pas été à la hauteur de vos efforts, recommencez !

 

Sélectionnez bien vos mots clés avant d’écrire votre prochain article, servez-vous des bonnes pratiques présentées dans ce guide, optimisez vos titres et vos descriptions. 

 

Le meilleur moyen de performer en SEO c’est de travailler dur chaque jour, votre persévérance vous permettra de vous démarquer de vos concurrents : au travail !