Rédigé par

Etienne Alcouffe

E-commerce : de quoi parle-t-on ?

octobre 18, 2019

Depuis quelques années, l’e-commerce a pris une ampleur importante face au commerce physique traditionnel.

 

Les habitudes des consommateurs ont évolué depuis que la technologie informatique a influencé la société et plus particulièrement l’univers du commerce et du marketing numérique.

 

 

E-commerce : de quoi parle-t-on ?

 

L’e-commerce, vente en ligne, commerce en ligne, vente à distance, commerce électronique ou encore cybercommerce désigne une activité commerciale réalisée en ligne et utilisant les réseaux informatiques et plus précisément internet.

 

À partir du moment où vous décidez de vendre des produits ou des services sur votre site internet, vous faites de l’e-commerce. Cependant, vous ne pouvez pas vous adonner à une activité de commerce sur n’importe quel site.

 

Vous devez créer des sites marchands qui prennent la forme de magasins en ligne ou encore de boutiques en ligne.

 

La création de tels sites réclame l’exploitation de CMS comme Prestashop, Shopify ou encore Magento ou la programmation d’un site maison orienté « vente en ligne »

 

Vous pouvez également ouvrir les transactions par les réseaux téléphoniques mobiles des smartphones, on parlera alors de commerce mobile ou encore de m-mobile (mobile commerce).

 

 

L’e-commerce intéresse de plus en plus d’entreprises notamment pour limiter les dépenses liées à la logistique et pour assurer une présence digitale sur la toile.

 

Tout a commencé aux États-Unis et c’est au Pays de l’oncle Sam que le E-commerce est né et que la première transaction en ligne a été enregistrée dans la ville de Philadelphie.

 

Le commerce électronique s’est par la suite étendu partout dans le monde et en France ou des enseignes connues comme Les 3 Suisses et la Redoute n’ont pas attendu pour proposer des options d’achats en ligne.

 

Petite révolution à l’époque, opération courante aujourd’hui, le e-commerce est un nouveau moyen de faire des affaires sans que les consommateurs aient besoin de bouger de chez eux !

 

Face à cette évolution rapide de la vente en ligne, une directive a été adoptée par l’Union européenne quant au commerce électronique.

 

La France en a également fait autant en transposant cette directive européenne en « loi pour la confiance dans l’économie numérique ».

 

Le commerce électronique a le vent en poupe et parmi les plus grands noms du domaine se retrouvent eBay, Cdiscount ou encore Leboncoin.

 

De récentes études ont permis de savoir que pas moins de 60 % des Français font des achats en ligne chaque année et ce taux est en constante augmentation compte tenu de l’évolution en flèche de l’e-commerce.

 

La FEVAD ou fédération du commerce électronique et de la vente à distance est un syndicat professionnel qui défend les intérêts des e-commerçant ; il offre une expertise dans l’ensemble des domaines précité afin d’accompagner les commerçants dans leurs démarches et dans la médiation de litiges.

 

 

Comment se présente l’e-commerce ?

 

Les formes d’e-commerce sont multiples, cependant, si vous envisagez de vous lancer dans ce secteur, vous avez intérêt à tous les connaître.

 

la classification peut se faire en fonction du type de client ou du mode d’achat voici quelques exemples :

 

L’e-commerce en fonction du type de client

 

Si vous voulez comprendre l’e-commerce sous l’angle du type de client, notez qu’il existe quatre principaux modèles à suivre à savoir l’e-commerce B2B, B2C, C2B et C2C.

 

L’e-commerce B2B ou Business-to-Business

 

Dans le cadre de cette activité de commerce, les clients finaux sont des entreprises, on parlera alors d’e-commerce interentreprises. L’exemple le plus simple se rapporte à un distributeur de pièces auto qui s’adresse à des garages de réparation automobile.

 

L’e-commerce B2C ou Business-to-Consumer

 

C’est la forme la plus classique de la vente en ligne où des commerçants proposent des produits à des consommateurs finaux (des particuliers).

 

L’e-commerce C2B ou Consumer-to-business

 

Dans cette forme de commerce électronique, ce sont des particuliers qui proposent ses services à des entreprises. C’est par exemple le cas de travailleurs en Free-lance qui proposent leurs services à des plateformes de travail spécialisées.

 

L’e-commerce C2C ou Consumer-to-consumer

 

Cette forme d’e-commerce est également très répandue en ligne et mise en avant par des plateformes connues comme Leboncoin et eBay. Ces plateformes permettent aux consommateurs de vendre des produits entre eux.

 

Il existe également des formes d’e-commerce moins connues comme l’e-commerce B2E (Business-to-Employer), G2C (Goverment-to-Consumer) ou encore C2G (Consumer-to-Goverment).

 

L’e-commerce en fonction du mode d’achat

 

Si vous vous référez au mode d’achat ou encore aux revenus générés par les e-commerçants, vous pouvez identifier quelques catégories d’e-commerce. En voici quelques-unes :

 

Une version en ligne d’un magasin physique

 

C’est la forme d’e-commerce qui nous vient en tête en premier lieu lorsqu’on parle de vente en ligne. Cette boutique e-commerce est l’équivalent d’une boutique physique ordinaire et les deux revêtent entièrement les mêmes caractéristiques.

 

Le dropshipping

 

 

Dans cette forme de commerce électronique, il existe trois acteurs différents à savoir le vendeur, l’acheteur et un tiers (particulier ou entreprise). Elle diffère du classique e-commerce au niveau du fait que le produit acheté est envoyé par un tiers et non par le vendeur.

 

L’e-commerce d’affiliation

 

Ce type d’e-commerce est assez complexe surtout pour les consommateurs. En effet, le vendeur ne s’occupe pas de l’expédition du produit et la transaction n’a pas lieu sur la plateforme. L’e-commerçant s’occupe de rediriger son client vers un autre magasin en ligne qui lui verse à son tour une commission. C’est pour cette raison qu’on parle d’affiliation et Amazon en est l’un des précurseurs.

 

E-commerce d’adhésion

 

Dans ce type d’e-commerce, l’objectif est que les clients achètent de manière récurrente auprès de son magasin en ligne. Pour les inciter à respecter cette fréquence d’achat, il faut proposer un abonnement sur une semaine, sur un mois voire même sur une année. Cette manière de procéder est adoptée par de nombreux professionnels du e-commerce depuis quelque temps grâce notamment au concept de « boîtes surprises ».

 

Ventes de service

 

Lorsqu’on parle d’e-commerce, ce ne sont pas uniquement des produits qui sont vendus. De nombreux e-commerçants proposent à leur clientèle des services de type-conseil, formations, coaching…

 

 

Le marketplace

 

Le concept de marketplace est très tendance et Amazon fait partie des marketplaces les plus connus.

 

Dans un marketplace, on recense de nombreux e-commerçants qui proposent leurs produits. En contrepartie de l’utilisation de la plateforme, les e-commerçants doivent verser une commission périodiquement.

 

Comment créer un e-commerce ?

 

Vous avez décidé de vous lancer dans l’e-commerce, mais vous ne savez pas par où commencer ? Le guide qui va suivre va vous aider à bien démarrer. Sans plus tarder, découvrez toutes les étapes par lesquelles vous devez passer.

 

 

Trouver la meilleure idée d’e-commerce

 

Si vous voulez trouver la meilleure idée d’e-commerce, faites une petite étude de marché, identifiez des besoins et problèmes à résoudre en adoptant les manières d’un entrepreneur 2.0.

 

Observez par exemple les commerces physiques qui rencontrent les plus grands succès et identifiez ceux qui pourraient avoir des versions en ligne.

 

Pour être plus pertinent, délimitez vos objectifs et identifiez les besoins des gens qui vous entourent.

 

Vous aurez ainsi une idée de l’activité commerciale que vous voulez exercer en ligne. Gardez en tête que si vous voulez que votre e-commerce connaisse le succès, vous devez résoudre les problèmes des gens et non vendre de simples produits ou services lambda.

 

Une fois que vous avez trouvé une bonne idée d’e-commerce, affinez-la et identifiez ses atouts et ses limites en rédigeant un cahier des charges.

 

Reste ensuite à trouver un bon positionnement et un business model qui tient la route pour que votre aventure d’e-commerce soit viable.

 

 

Mise en place d’un bon plan d’action

 

 

Maintenant que vous avez une idée et que vous l’avez bien étudiée, vous devez dresser votre plan d’action !

 

La prochaine étape qui vous vient en tête est sûrement de mettre en ligne votre site e-commerce. Avant cela, réfléchissez à un certain nombre de points à commencer par le nom de votre boutique en ligne.

 

Choisissez un nom court, facile à retenir, facile à prononcer et encore disponible à l’enregistrement pour votre nom de domaine.

 

Profitez-en pour acheter un domaine en rapport avec votre domaine d’activité et qui sera bénéfique d’un point de vue du SEO.

 

Jetez également un œil sur les réseaux sociaux pour vérifier sa disponibilité et son originalité.

 

La partie hébergement est également à prendre en compte, un site dédié au commerce électronique doit être hébergé par un service payant et fiable à l’image des hébergeurs : 1&1 ou encore Lws.fr.

 

L’identité visuelle de votre site est un autre élément extrêmement important pour que vos visiteurs reconnaissent d’un coup d’œil la particularité de votre boutique, engagez un graphiste afin d’apparaître comme un site professionnel de grande qualité.

 

Vous pouvez également acheter un thème premium sur les plateformes CMS. En ce qui concerne la création technique du site internet, n’hésitez pas à confier cette tâche à un spécialiste si vous voulez obtenir le meilleur résultat.

 

Pour la plateforme, plusieurs choix de CMS s’offrent à vous, parmi les plus utilisés se retrouvent Shopify, WordPress et Prestashop.

 

Concrétisez votre projet

 

Votre plan d’action est fin prêt et vous allez pouvoir concrétiser votre projet.

 

Avant toute chose, préparez-vous à engager des dépenses relativement conséquentes.

 

Rien que pour offrir un design de qualité professionnelle à votre site, vous devez investir une certaine somme d’argent allant de quelques dizaines à quelques centaines d’euros.

 

Un site sans investissement webmarketing est aujourd’hui voué à l’échec, avoir les meilleurs produits et aucune visite sur son site sera la conséquence funeste d’un manque de discernement sur ce point crucial.

 

En plus d’investir de l’argent dans la conception de votre magasin en ligne, vous devez également investir du temps pour le rendre le plus agréable possible pour vos visiteurs.

 

L’expérience utilisateur joue un rôle très important et aura des conséquences sur le taux de transformation des internautes.

 

Atteindre vos objectifs en matière de chiffre d’affaires nécessite de bloquer du temps pour votre projet chaque semaine. Il est également souvent nécessaire d’attendre plusieurs mois avant d’obtenir un nombre de clients satisfaisants ou d’atteindre le seuil de rentabilité : avez-vous la trésorerie suffisant pour patienter ?

 

Par ailleurs, vous devez apporter une dimension plus professionnelle à votre site de e-commerce, car si les consommateurs font confiance à certains sites e-commerce comme Amazon, c’est qu’ils savent pertinemment qu’ils ne risquent rien en payant avec leurs cartes sur ces sites.

 

Si vous voulez gagner la confiance des consommateurs, vous devez vous inspirer des grands noms de la vente en ligne et rajouter sur votre site marchand certains éléments que la plupart des consommateurs vérifient avant de faire leur achat.

 

Parmi ces éléments se retrouvent la page contact, les moyens de paiement, les coordonnées de votre entreprise, le CGV, la page présentation ou encore une page qui parle des livraisons.

 

Mettre en avant un numéro de téléphone est souvent l’une des choses qui font basculer le plus les consommateurs (à condition que celui-ci ne soit pas surtaxé évidemment).

 

Soignez également la présentation de vos produits et n’hésitez pas à créer des fiches produits de qualité pour mieux mettre en avant les produits que vous vendez.

 

En travaillant correctement votre site d’un point de vue du contenu, vous favoriserez votre référencement naturel sur les moteurs de recherche et vous économiserez à long terme en dépenses publicitaires.

 

Grâce à une stratégie de référencement naturel (SEO) efficiente, votre site gagnera aussi bien en trafic qu’en visibilité.

 

Vous pouvez également agrémenter votre site de vidéos ou encore d’images pertinentes. Si vous parvenez à donner une dimension professionnelle, vous n’aurez aucun mal à attirer les clients et à les fidéliser.

 

Lorsque vous démarrez vos activités de vente en ligne, soyez modeste et privilégiez une niche à un site de e-commerce vendant tout et n’importe quoi.

 

En vous spécialisant dans un domaine spécifique, vous parviendrez mieux à cibler vos clients et vous orienterez vos actions autour de vos produits.

 

Dans le cas où vous avez un fournisseur, informez-vous souvent auprès de ce dernier pour connaître la disponibilité des produits.

 

Si vous voulez que vos affaires marchent, ne proposez pas les mêmes produits que la concurrence et trouvez d’autres produits susceptibles d’intéresser vos clients, mais que vos concurrents ne disposent pas.

 

Dans ce cadre vous avez un travail de fond à faire en amont pour dénicher LE fournisseur qui mettra immédiatement votre produit en avant par son prix ou par son originalité. La mise sur le marché d’un produit répondant à un besoin qui vient d’apparaître est souvent une course contre la montre et les plus rapides raflent souvent la mise.

 

Dernière chose, conformez-vous à la loi et obtenez un statut professionnel. Dans ce contexte, vous avez le choix en France entre devenir micro-entrepreneur ou créer une entreprise de type SARL. Renseignez-vous sur les différents plafonds de chiffre d’affaires avant de monter votre structure juridique.

 

Se lancer dans l’e-commerce ?

 

 

L’heure est actuellement à la technologie et aux smartphones, de nombreux Français utilisent internet et le web au quotidien.

 

Vendre ses produits sur internet et devenir e-commerçant est donc une belle aventure à condition de travailler dur pour vous démarquer de la concurrence et apporter une vraie valeur ajoutée aux consommateurs.

 

Bien que les Français sont légèrement en retard vis-à-vis d’autres nations en ce qui concerne les achats en ligne, il existe de véritables opportunités dans certains secteurs et ne pas oublier que monter un site de e-commerce c’est aussi monter une entreprise vous permettra d’avoir tout de suite de bons réflexes.

 

Ne négligez pas l’étude de marché incluant une parfaite connaissance de vos concurrents, la seule chose qui doit guider vos actions est la valeur que vous allez offrir aux consommateurs.

 

La réussite d’un projet de e-commerce passe par des sacrifices et de l’investissement, mais si vous êtes motivés et que vous travaillez dur vous pourriez bien parvenir à un résultat satisfaisant.