E-commerce
Temps de lecture
5 min
Partager
Abonnez-vous et rejoignez les +20,000 autres professionnels du marketing

Taux de profitabilité : calcul et définition

Publié le

Le taux de profitabilité est un indicateur de performance clé pour toutes les entreprises.

Dans cet article, nous allons voir en quoi consiste ce taux de profitabilité, qui est aussi parfois appelé « taux de marge nette », « taux de marge bénéficiaire » ou encore « ratio de rentabilité commerciale » dans le domaine de la comptabilité, et vous donner la formule qui permet de le calculer.

Puis nous allons discuter de ce que le taux de profitabilité peut apporter aux entreprises, et pour finir, nous allons comparer les deux notions de profitabilité et de rentabilité, qui sont parfois confondues.

Qu’est-ce que le taux de profitabilité ?

Voici la définition que l’INSEE donne de la profitabilité : « La profitabilité est le rapport entre le profit et la production. Le taux de profitabilité rapporte donc le résultat net comptable au chiffre d’affaires hors taxes (RNC/CAHT). »

En matière économique et comptable, la profitabilité reste l’un des principaux critères que les investisseurs aiment à prendre en compte pour jauger les performances et la création de richesse des entreprises, car elle exprime leur capacité à dégager des revenus à partir des ressources financières qu’elles utilisent.

Ainsi, les entreprises qui arborent un taux de profitabilité élevé sur le long terme sont celles qui intéressent les investisseurs et actionnaires en priorité, tout simplement parce qu’elles assurent des revenus constants dans le temps, et donc une certaine sécurité en matière d’investissement.

La profitabilité s’exprime sous forme d’un taux/ratio entre un volume d’activité et un volume de résultat donné.

Comment calculer le taux de profitabilité ?

Le taux de profitabilité se calcule en utilisant la formule suivante :

Taux de profitabilité = (Résultat net)/(Chiffre d’affaires hors taxe)

Pour rappel, on obtient le résultat net en ajoutant le résultat d’exploitation au résultat financier et à ce qu’on appelle en terme comptable le résultat exceptionnel.

Le chiffre d’affaires, quant à lui, correspond au total des ventes de produits, marchandises ou services qu’une entreprise réalise lors d’un exercice comptable donné.

Voici un exemple simple pour illustrer le calcul du taux de profitabilité d’une entreprise :

L’entreprise X affiche un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros couplé à un résultat net qui se monte à 40 000 d’euros.

Son taux de profitabilité se calculera donc comme suit :

40 000 : 2 000 000 = 0,02

Exprimé en pourcentage, cela donne 2 %

Ce ratio de 2 % montre que l’entreprise dégage un bénéfice qui correspond à un faible pourcentage de son chiffre d’affaires, mais il n’indique en aucune façon le niveau de rentabilité du seul cycle d’exploitation de l’entreprise.

Pour juger du niveau de performance du taux de profitabilité d’une entreprise, il faut le comparer à celui des principaux concurrents. Si votre taux de profitabilité est égal ou supérieur à la moyenne des entreprises de votre secteur d’activité, c’est un bon résultat.

Plus il est élevé, plus il intéressera des investisseurs potentiels. Le fait que votre taux de profitabilité augmente régulièrement d’un exercice à l’autre est aussi un élément positif.

L’intérêt qu’ont les entreprises à calculer leur taux de profitabilité

Comme le taux de profitabilité est, par définition, un ratio, les experts ne l’analysent jamais de manière isolée.

Pour commencer, il faut prendre en compte les taux calculés lors des exercices passés, sur plusieurs années, et vous devrez aussi considérer le taux de profitabilité moyen du secteur d’activité de votre entreprise pour tirer des conclusions à propos de cet indicateur de performance.

Ainsi, le taux de profitabilité est un outil comptable qui permet aux entreprises d’apprécier leur activité commerciale et son évolution dans le temps.

Mais gardez à l’esprit que cet indice est loin de fournir une description complète des performances d’une entreprise.

Dans le cadre d’un compte de résultat prévisionnel, par exemple, la notion de profitabilité peut aussi être utilisée pour analyser la performance d’un projet à venir.

Dans ce cas précis, seul le résultat d’exploitation est pris en compte, tandis que le résultat financier, qui inclut les produits financiers, les charges financières, et le résultat exceptionnel n’entrent pas en considération.

Pour rappel, le résultat d’exploitation correspond à l’excédent brut d’exploitation d’une entreprise.

Les autres indicateurs de profitabilité

Les autres indicateurs permettant de mesurer la profitabilité des entreprises se focalisent principalement sur l’activité dite « normale » de l’entreprise.

Et c’est là qu’intervient la notion de rentabilité économique, dont nous allons reparler plus loin dans cet article.

Avec la rentabilité économique, vous allez pouvoir mesurer vos performances par rapport aux moyens mis à disposition de votre entreprise, et non pas à la lumière de votre chiffre d’affaires.

Ce qu’on appelle le taux de marge économique sert également à mesurer la profitabilité.

Dans ce cas, le calcul s’effectue via une analyse de l’évolution de la marge à partir du tableau des soldes intermédiaires de gestion, mais aussi en faisant une comparaison avec des entreprises du même secteur d’activité.

Dans les entreprises de négoce, on nomme ce taux de marge en tant que « marge commerciale », tandis que les entreprises qui fabriquent des produits finis utilisent le terme de « marge de production ».

Profitabilité Vs. Rentabilité

Avec la notion de profitabilité que nous avons analysée plus haut, la rentabilité est un autre indicateur privilégié pour mesurer les performances des entreprises. Mais qu’est-ce qui les différencie ?

La rentabilité se définit comme le rapport obtenu entre le résultat dégagé et les ressources employées pour l’obtenir.

Mais dans le domaine de la finance, on distingue deux types de rentabilité : la rentabilité économique et la rentabilité financière.

Voyons tout d’abord en quoi consiste la rentabilité économique.

La rentabilité économique, qui correspond au terme anglais de « return on capital employed », abrégé en « ROCE », indique le résultat net dégagé par une entreprise, rapporté à son actif économique, comme suit :

Rentabilité économique=(Résutlat net)/(Actif économique)

La rentabilité financière, qui se traduit en anglais par « return on equity », abrégé en « ROE », correspond quant à elle à la rentabilité des capitaux propres d’une entreprise, et s’exprime sous la forme du rapport suivant :

Rentabilité financière=(Résutlat net comptable)/(Capitaux propres)

Ainsi, la principale différence qui distingue les notions de profitabilité et de rentabilité se trouve dans le dénominateur : le chiffre d’affaires dans le premier cas et l’actif économique ou les capitaux propres dans le second cas.

Les conclusions et interprétations que vous pourrez tirer de ces deux types d’indicateurs ne seront donc pas à mettre sur le même plan.

D’un côté, le calcul du taux de profitabilité va vous permettre de déterminer si l’activité de votre entreprise est propre à dégager des résultats ou des marges en fonction du chiffre d’affaires réalisé.

De l’autre côté, le calcul du taux de rentabilité va vous permettre de vérifier que les moyens mis à disposition de l’entreprise sont suffisants et que les gains générés par l’entreprise rémunèrent correctement le capital investi.

Abonnez-vous et rejoignez les +20,000 autres professionnels du marketing

Laissez vos commentaires

0 commentaire

Découvrir plus d’articles